Faut-il un référendum sur le mariage pour tous ?

ReferendumLa question du référendum est arrivée au cœur du débat sur le mariage pour tous. Certains députés de l’opposition ont décidé de déposer une motion référendaire. L’idée fait son chemin : en pleine séance de questions au gouvernement, l’opposition a scandé le slogan « Ré-fé-ren-dum »… ils étaient nombreux à le clamer, la formule a du succès.

Le gouvernement tient tête, sa réponse est non, non et non… ce qui s’explique : si le référendum a lieu, les Français sanctionneront le gouvernement au lieu de répondre à la question posée… du moins pour une bonne partie des électeurs. Au vu de la popularité du gouvernement, Hollande-Ayrault préfèrent éviter cette option, en mettant en avant l’impossibilité constitutionnelle d’une telle consultation et non le risque politique.

Nous n’aborderons pas la question de la constitutionnalité du référendum. Le juriste Nicolas Mathey a abordé cette question avec justesse, et la réponse est loin d’être évidente… disons simplement que le référendum n’est « pas impossible ». C’est plutôt la question de l’opportunité que nous allons voir. Lire la suite

Publicités

Bien commun et tentation communautaire

La défense du mariage entre un homme et une femme, la protection de la vie, sont-elles des causes qui n’intéressent que les chrétiens ? Le droit à la vie est-il un dogme religieux, révélé, échappant à tout raisonnement et sa défense seulement dû à la foi de quelques croyants ? Le mariage monogame et hétérosexuel n’est-il qu’une institution religieuse, ne s’appuyant que sur des textes sacrés et des traditions cultuelles ?

La réponse est non. Défendre toute vie humaine, ainsi que la famille naturelle est au contraire l’acte le plus humain, le plus rationnel qui soit. Nous ne sommes pas dans le domaine de la théologie mais dans celui du bon sens…même si celui-ci n’est pas toujours suivi…

Deux personnalités ont évoqué ces questions aujourd’hui. Guillaume de Prémare, sur Urgence-com-catho, nous explique que « Le mariage n’est pas le bien propre des catholiques, c’est le bien commun de toute la Cité. »

Sur le droit à la vie, Patrice de Plunkett nous a donné un bel exemple de bon sens a travers un très beau texte de Marcel Pagnol, véritable icône de la République laïque. Dans cet extrait de l’eau des collines, Pagnol nous décrit Sparte, cité pratiquant allégrement l’infanticide au nom d’un eugénisme collectiviste et militariste. Le non-croyant Pagnol nous donne-là des arguments en faveur de l’accueil de la vie, pleins de bon sens et de justesse.

Voici le texte : Lire la suite

Retours sur une campagne

A quelques jours du second tour, je profite d’une interview de Christine Boutin sur Atlantico pour faire quelques petits « retours » sur cette campagne présidentielle.

Le journaliste d’Atlantico a interrogé Madame Boutin sur un sondage qui chiffre à 27% le nombre de jeunes catholiques ayant voté pour Marine Le Pen. Il n’est pas aisé de répondre à cette question. Elle avance comme hypothèse : « De façon générale, la génération montante a une exigence sur les principes sociétaux beaucoup plus importante qu’il y a dix ou quinze ans. » et elle ajoute : « pour ces jeunes l’expression politique du premier tour et en particulier chez Nicolas Sarkozy n’a pas été perçue comme suffisamment exigeante par rapport aux principes fondamentaux véhiculés par Jean-Paul II et Benoît XVI. (…)D’autre part – et je le dis en tant que Présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD) – je pense que c’est une incompréhension par rapport aux postures de Nicolas Sarkozy qui sont pourtant très claires. Moi-même, j’ai été candidate à l’élection présidentielle, et j’ai été très exigeante sur ces principes sociétaux. Or, Nicolas Sarkozy les a repris dans l’article publié dans le Figaro Magazine et depuis, je suis tous ces meetings et il n’y pas de place pour l’ambiguïté. Au dernier meeting tenu à Clermont-Ferrand, il a parlé de la valeur sacrée de la vie, des questions que l’on se pose autour de la mort, notamment avec l’euthanasie, et a rappelé son opposition au mariage homosexuel etc. »

Personnellement, j’adhère en grande partie à cette hypothèse. Nous autres catholiques sommes « taraudés » depuis longtemps par les questions sociétales. Nous vivons une époque ou les partis politiques n’ont pas peur de reprendre des revendications sociétales qui sont à l’encontre de l’enseignement de l’Eglise. Euthanasie, homoparentalité, mariage gay, et tout ce qui touche à l’avortement… Nous avons là différentes visions du monde et de l’Homme qui se font face : l’anthropologie chrétienne d’un coté et de l’autre, de nouvelles idées, issues d’autres familles de pensée souvent athées ou déistes…Nous pensons par exemple à certains points de vue issus des études sur le genre, le fameux gender…

Une des grandes questions politiques de notre temps est : « Quelle société voulons-nous » ? Cette question a été rappelée par l’Eglise qui est en France a travers le document de la Conférence des évêques, et le livre du Cardinal Vingt-Trois. SAJE Prod l’a d’ailleurs très bien mis en image.

Bien entendue, cette question de société ne se limite pas aux sujets que j’ai évoqués plus haut. La conférence des évêques nous le rappelle avec beaucoup de justesse en mentionnant treize points… La doctrine sociale de l’Eglise ne s’arrête donc pas aux questions touchant à la vie, à la famille et à l’éducation…Même si ces trois points sont fondamentaux et qualifiés de « non-négociables ».

Mais cette réflexion sur les tendances de vote de catholiques nous amène au sujet du climat de cette campagne électorale. Ambiance tendue, diabolisation de l’un et de l’autre candidat, affaires qui remontent, propos frisant la diffamation… Mais aussi résignation, « vote barrage », l’enthousiasme n’a guère été dans les cœurs…

Côté catholique, la blogosphère et les réseaux sociaux ont été en ébullition. Quel vote sera le plus cohérent avec ma foi ? Telle a été la question que nous nous sommes tous posés. Le groupe Votons cohérent a fixé des conditions et envisage le vote blanc si elles ne sont pas respectées. D’autres ont opté pour « le moindre mal » en choisissant Nicolas Sarkozy ou encore François Bayrou. Certains ont préféré Le Pen. Le courant des Poissons roses, désireux d’entrer au Parti Socialiste, a envoyé un message à François Hollande qui mérite d’être lu et étudié. Ce très beau texte aborde les questions sociétales avec beaucoup de vérité sans jamais tomber dans la caricature… Sébastien Gros, proche collaborateur de Manuel Valls a répondu à ce texte…négativement. Ce qui nous montre l’importance des questions sociétales au sein du PS.

A titre personnel, vous le savez, j’ai fait le choix de Nicolas Sarkozy. Quand Christine Boutin a décidé de suivre le Président-candidat,  j’ai tout de suite justifié cela en parlant du « Choix de la raison ». J’en suis toujours convaincu. Je crois que les chrétiens doivent être présents dans les grandes coalitions gouvernementales, que ce soit à droite avec le PCD ou à gauche avec le courant des Poissons roses… Bien entendu je n’oublie pas les autres partis. Il faut que nous soyons partout, mais nous serons plus efficaces dans des « grands ensembles ».

Ce que j’exprime est ma conviction… Mais je ne l’impose à personne. Les propos tenus sur mon blog n’engagent que moi. Quand je reprends les textes de l’Eglise, c’est pour tenter de nourrir un discernement…Celui-ci n’a pas été aisé et surtout, cette campagne a été gagnée par de nombreuses discussions autour de la notion de points non-négociables. J’ai donc écrit plusieurs articles sur le sujet afin d’apporter un éclairage supplémentaire.

Parfois, je l’avoue, j’ai été très sévère avec les partisans du vote blanc… Mon but n’est pas de les stigmatiser, et s’ils ont été blessés je leur demande pardon. Mais cette démarche du vote blanc pose de nombreuses questions quand à la conséquence du vote…or je reste convaincu qu’en votant pour le « moins mauvais » on peut éviter une catastrophe supplémentaire.

Au nom de mes convictions j’ai posé ce choix que j’assume pleinement. J’ai défendu cette position en conscience, et d’autres chrétiens ont défendu une autre position, également en conscience.

C’est leur droit, je le respecte.

Mgr Rey parle des présidentielles.

Les élections présidentielles de 2012, malgré des campagnes médiocres, ont révélé un phénomène original : le retour des catholiques dans la scène politique. Des fidèles laïcs, mais aussi le clergé, ont décidé de parler dans cette campagne électorale. Nous passons d’une discrète action « en chrétien » à un discours « en tant que chrétien ». 

Nous pouvons citer différentes interventions : le document de la Conférence des évêques de France du 3 octobre 2011, le livre « Quelle société voulons-nous ? » de Mgr Vingt-Trois, la vidéo réalisée par SAJE prod… Mais aussi en dehors du cadre ecclésial, au sein de la société civile : la Fraternité des Chrétiens Indignés. Dans les partis politiques, différentes organisations de laïcs (distinctement de l’Eglise bien sur) : les Poissons roses au PS, le PCD à droite. Enfin, hors tout cadre : le mouvement « Votons cohérent ». 

En un mot : ça bouge ! C’est très positif. Mais je souhaiterais revenir sur une déclaration : celle de Monseigneur Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon en date du 29 mars dernier.  Lire la suite

Et si on parlait de la Démocratie-chrétienne ?

Robert Schuman, une grande figure Démocrate chrétienneLa Démocratie-chrétienne est une famille de pensée en plein renouveau avec l’action du Parti Chrétien Démocrate de Christine Boutin. Bien que ce soit un petit parti, il est l’héritier d’une importante tradition politique. 

Pourquoi en parler aujourd’hui ? Cette famille a tenté de faire vivre la doctrine sociale de l’Eglise au sein de la Cité sans pour autant être un parti confessionnel. De nombreux chrétiens ont désiré apporter le message de l’Evangile au cœur de la vie politique. Leurs expériences doivent être étudiées et réfléchies. Bien sur la Démocratie-chrétienne n’a aucun monopole. De nombreux autres courants ont compté ou ont été fondés par des chrétiens. Certains ont même été en franche opposition avec les mouvements Démo-chrétiens… Mais la Démocratie-chrétienne a été la famille de pensée la plus importante et celle qui se référait le plus expressément à la doctrine sociale de l’Eglise. 

Je vais donc tenter d’aborder en plusieurs articles quelques questions autour de la Démocratie-chrétienne : Sa définition, son origine, l’histoire de son plus grand parti en France : le Mouvement Républicain Populaire. Sur ce mouvement, nous verrons sa fondation, et les raisons de son échec. Enfin nous étudierons les relations entre Gaullisme et Démocratie-chrétienne et nous verrons si cette famille de pensée a encore une pertinence au XXIème siècle. 

Rendez-vous très vite pour le premier article de ce parcours.

Faut-il désespérer de la politique ? Patrice de Plunkett apporte quelques éléments de réponse.

Notre ami journaliste Patrice de Plunkett est intervenu vendredi 7 octobre aux Etats Généraux du Christianisme sur le thème d’actualité « Faut-il désespérer de la politique ? » 

Voici le texte intégral de sa conférence sur son blog : plunkett.hautetfort.com.

Question difficile tant la situation actuelle ne nous incite guère à l’espérance. Crise économique, remise en question de la protection sociale, mondialisation libérale, échecs des hommes politiques, l’heure n’est pas à l’optimisme. 

Plunkett ne tombe pas dans les deux écueils qui guettent l’observateur chrétien : il n’y a ni angélisme, illusion béate d’un lendemain qui chante, ni pessimisme, fantasme sinistre d’un naufrage de notre civilisation. Il est réaliste, il reconnaît les graves injustices de notre temps : l’impunité des banquiers responsables de la crise, l’absence de remise en question des politiques actuelles…et pourtant il est plein d’espérance car il croit en une possible action des chrétiens. Mais pas des chrétiens seuls, car il considère comme possible et souhaitable l’alliance des croyants et des non-croyants. Alliance forgée autour de la doctrine sociale de l’Eglise, qui, rappelle t’il, ne s’adresse pas qu’aux seuls catholiques. 

Rendre l’espérance aux citoyens…Vaste programme qui passe par une remise en cause complète du système économique. Celui-ci est dans une impasse et il ne peut plus en sortir. Cette crise est historique et marque la fin d’un monde. Il ne faut pas que les chrétiens  « loupent le coche », car prendre ce tournant est la seule manière de rendre du sens à la politique. 

Patrice de Plunkett n’a pas peur d’avoir un discours « radical » qui ferait d’un socialiste soutenant François Hollande un bon centriste… 

En cela il se démarque aussi d’une certaine culture catholique française…Et il l’assume ! 

En effet on peut se poser la question : Pourquoi une grande partie des catholiques français se reconnaissent dans la droite ? Pourquoi les catholiques pratiquants, les plus fidèles à Rome, sont ancrés sur l’hémisphère droit de l’échiquier politique au point de se demander : Peut-on être catholique et de gauche ? Ce à quoi ils répondent souvent : bien sur que non ! La gauche étant pour eux un « axe du mal »… 

Cela est amusant car le blogueur catholique Koztoujours se moque souvent de la gauche et de son côté moralisateur en la surnommant « le camp du bien ». C’est vrai que les socialistes ont tendance au manichéisme…Mais la droite catho aussi ! Eh oui cher ami, nous retrouvons la même structure mentale de chaque côté du Rubicon politique… 

Patrice de Plunkett se moque de cette dualité et je suis entièrement d’accord avec lui. Ce clivage est stupide ! Mais hélas il est réel et il conditionne bien des comportements. 

Il y a des catholiques à gauche, mais soit on les voit peu, soit ils prennent trop souvent des postures « libérales ». Ils se disent « loin des dogmes » (en assimilant la morale sexuelle à un dogme ce qu’elle n’est pas), sont souvent loin de l’Eglise sur les questions bioéthiques et aiment se distancier de Rome…C’est dommage et c’est aussi à cause de cela que le PS est majoritairement, voire totalement, rallié aux nouvelles mœurs…eh oui, si il y a eu quatre-vingt députés de droite pour protester contre le gender dans les manuels scolaires c’est à cause du poids des catholiques au sein de l’électorat UMP… 

Mais pourquoi les cathos de droite ne protestent que contre le gender et pas contre la mondialisation libérale ? Pourquoi la bioéthique, la famille, l’école privée sont les seuls sujets où on entend les cathos ? La doctrine sociale de l’Eglise ne concerne pas que ces sujets, il y en beaucoup d’autres. Honnêtement, les propositions d’Arnaud Montebourg sur la démondialisation, le système bancaire et l’économie en général sont plus proches de l’enseignement de l’Eglise que l’essentiel du programme de Nicolas Sarkozy ! 

Bien évidemment Montebourg est rallié aux nouvelles mœurs…et là, les catholiques bloquent. Moi aussi je l’avoue ! Je rêve d’une sorte d’hybride entre Christine Boutin et le grand Arnaud ! Nous aurions là une vraie, puissante et belle Démocratie chrétienne. Une DC digne d’Ozanam et du MRP tel qu’il était en 1945 (après il s’est coupé de De Gaulle et s’est vautré dans l’Atlantisme…catastrophe historique). 

Ah si tous les chrétiens s’unissaient…Mais pas seulement, il faut aussi s’allier aux non-croyants. Je suis bien d’accord avec Patrice de Plunkett quand il dit : « Et cette lutte, il faudra la mener au coude à coude : croyants et incroyants, parce que la réalité est la même pour tout le monde. » Le seul bémol que je ferais : avant de s’allier avec les autres, commençons par affirmer nos choix politiques en tant chrétien. Faisons revivre la Démocratie chrétienne, j’insiste encore la dessus, pour qu’elle soit, enfin, fidèle à elle-même ! Faisons sauter ce maudit clivage droite-gauche, osons employer ces gros mots que la droite ne supporte pas : démondialisation, nationalisation des banques, osons refuser le libéralisme que se soit celui des nouvelles mœurs ou celui de l’économie !

Ensuite, une fois affermi et construite, la Démocratie chrétienne pourra s’allier avec d’autres courants pour bâtir ce nouveau monde.

Pour les chrétiens, l’heure est historique. Le capitalisme tardif est au bord de l’implosion. Notre système économique va mourir. Tous les indicateurs sont au rouge et sur les écrans d’ordinateur des économistes nous voyons ceci :

 Nous avons donc le choix : où nous décidons de conserver ce système en bon « conservateur » tout en rejetant les nouvelles mœurs pour garder un minimum de morale (ce qui confond éthique chrétienne et posture moralisatrice…une catastrophe).

Soit nous décidons d’accueillir et de construire un nouveau monde, celui de la civilisation de l’amour. Il implique de changer de système économique, et de renoncer à ce funeste libéralisme (tant financier que social).

Les chrétiens ont une pensée exceptionnelle. Nous avons eu, et avons encore, des philosophes, des économistes, des exemples prestigieux. Tout les courants de l’économie de communion, de l’anarchisme eucharistique (mot horrible pour un patron de droite), du commerce équitable et j’en passe, sont une matière première fantastique pour une action politique durable et efficace. Mettons-les en avant, invitons ces personnalités dans nos paroisses. Ce que dit Patrice de Plunkett sur les colloques catholiques est tristement vrai…continuons comme ça et l’Eglise finira au cimetière avec ce système économique vérolé !!!! 

N’ayons pas peur d’être nous-mêmes ! C’est le seul moyen de ne pas désespérer de la politique.

Frédéric Ozanam et la Démocratie chrétienne.

« J’ai cru et je crois toujours en la possibilité d’une démocratie chrétienne, je ne crois même qu’en cela en matière politique. » Disait Frédéric Ozanam lors de la Révolution de 1848. 

Cette citation est la première que j’ai lue d’Ozanam quand je l’ai découvert en 1997. Cette année là j’étais aux JMJ de Paris et Jean-Paul II venait de le béatifier à Notre Dame. J’avais 18 ans, j’allais entrer à la fac de Droit, et j’avais le cœur remplis d’idéaux. La découverte de Frédéric Ozanam a été pour moi la découverte de la Démocratie chrétienne. 

Bien entendu, Jean Paul II ne l’a pas béatifié parce qu’il était Démocrate chrétien. L’Eglise n’intervient pas en faveur de tel ou tel parti. Ozanam a été béatifié pour ses vertus héroïques, sa sainteté, et il a été présenté en exemple aux jeunes parce qu’il illustre parfaitement l’appel à construire la civilisation de l’amour. 

Sans revenir en détail sur sa vie (d’autres sites le font très bien), Ozanam a été au cœur des grandes mutations sociales, économiques et politiques du XIXème siècle. Né en 1813 et mort en 1853, il a vécu dans la France qu’ont décrit Victor Hugo et Honoré de Balzac. Le Paris des Misérables et de la Comédie humaine était celui d’Ozanam. Il était un intellectuel brillant. Docteur en droit puis docteur es lettres, il était au cœur de la pensée de l’époque. 

Et il a été confronté à une difficulté terrible : être catholique dans le monde moderne naissant. La république des idées n’était pas très favorable au catholicisme. Ses professeurs étaient le plus souvent athées, ou voltairiens. Le catholicisme était perçu comme appartenant à l’Ancien Régime. 

Défenseur de la foi, il était un infatigable avocat de l’Eglise…Mais sans tomber dans l’intransigeance ! 

Car voici la particularité d’Ozanam : il aimait l’Eglise, il avait une très grande foi, mais jamais il ne sombra dans la caricature ! Cela lui valut de nombreux ennemis. Les catholiques intransigeants, qui partaient en guerre contre le monde moderne ne l’appréciaient guères… 

Plusieurs de ses œuvres sont à méditer : La première a été la fondation de la Société de Saint Vincent de Paul. Ozanam a désiré vivre la charité en se rendant directement au domicile des plus démunis, ou dans la rue. Il y avait en lui un grand désir de cohérence. Etre chrétien impliquait la charité, le don de soi. Et il avait compris que défendre l’Eglise, promouvoir la foi ne pouvait se faire sans la charité. 

La deuxième initiative n’est pas sans lien avec la première, car son contact avec les plus démunis a inspiré ses choix politiques : Il a pris position en 1848 en faveur de la République au nom de l’idée qu’il se faisait de la démocratie : la Démocratie chrétienne. Cela peut en surprendre certains et en choquer d’autres…Mais  regardons la Démocratie chrétienne de plus près : 

Qu’est-ce que la Démocratie chrétienne ?

 La Démocratie chrétienne est une famille de pensée méconnue bien que très importante dans l’histoire des idées politiques. Elle est apparue lors de la première moitié du XIXème siècle, en France lors de la Révolution industrielle.

 Frédéric Ozanam est un de ses fondateurs. La Démocratie chrétienne a une origine assez complexe mais elle s’est pleinement constituée lors de la Révolution de 1848 avec le journal l’Ere nouvelle

La France était en mutation, l’ancienne monarchie des Bourbon avait été balayée en 1830 et ses défenseurs n’étaient plus du tout en phase avec leur temps. La Monarchie de Louis-Philippe 1er, tout en étant illégitime, s’était appuyée sur la haute bourgeoisie. Elle était en rupture totale avec le peuple qui quittait les campagnes pour s’installer dans les faubourgs des grandes villes. Une nouvelle classe sociale faisait son apparition : les ouvriers. Mal payés, aux conditions de travail catastrophiques, ils n’étaient pas écoutés par le pouvoir en place et étaient exploités par les richissimes bourgeois du capitalisme naissant. 

A cette même époque, Marx concevait le communisme et d’autres penseurs imaginaient le socialisme. Mais toutes ces idées étaient athées, matérialistes et Marx appelait à la lutte des classes. 

Ozanam et les premiers démocrates chrétiens ont compris l’enjeu de cette époque. Ils ont vu se préparer une terrible guerre sociale. Alors que Marx encourageait cette lutte, les démocrates chrétiens voulaient la Fraternité universelle. Réunir autour d’une même table riches et pauvres, patrons et ouvriers, pour construire un monde meilleur, contribuer au bien commun. Des salaires justes, de bonnes conditions de travail, permettre a chacun de vivre de son travail, voici les idéaux des démocrates chrétiens.

 Pourquoi la République ? Parce qu’en 1848, la monarchie de juillet s’était effondrée et que la monarchie légitime était devenue impossible. Les ultras avaient coupé les Bourbon de la modernité. Ozanamétait issue du légitimisme. Il était profondément attaché à la famille royale et donc il n’aimait guère Louis-Philippe, pas assez légitime à ses yeux. Il fallait donc, selon lui, se tourner vers le peuple et instituer la République. Verstout le peuple et donc une République s’appuyant sur le suffrage universel. Mais pas n’importe quelle république, une république chrétienne, construite selon les préceptes d’amour du prochain et de fraternité universelle. « La démocratie sera chrétienne ou ne sera pas. » Disait Ozanam. Une démocratie imprégnée des valeurs chrétiennes et non ballotée au gré des élans populaires. 

Les héritiers d’Ozanam

 La démocratie chrétienne connut une belle postérité. Elle se répandit dans le monde entier. De nombreux Etats ont eu à leur tête des dirigeants démocrates chrétiens : l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Belgique, mais aussi des démocraties d’Amérique latine. En France, elle resta un courant politique minoritaire jusqu’à la seconde guerre mondiale où une grande partie des cadres de la France Libre étaient démocrates chrétiens. Ce sont des grands noms de la Résistance : Pierre-Henri Teitgen, François de Menthon, Georges Bidault, Edmond Michelet, Louis Terrenoire etc. Ils ont fondé le Mouvement républicain populaire (MRP), qui devint à la Libération l’un des premiers partis de France. 

Le MRP était un parti du centre, proche du Général de Gaulle (jusqu’en 1946 où il se détourna de lui), et très attaché à la démocratie et aux réformes sociales. Le MRP a fortement contribué à la création de la Sécurité sociale, c’est une de ses grandes victoires. 

Robert Schuman était une des grandes figures du MRP et c’est lui qui a fait du MRP le parti dela construction Européenne.Avecles Démocrates chrétiens Allemand et Italiens, ils ont fondéla Communauté Européennedu Charbon et de l’Acier, origine de l’Union Européenne. 

C’est dans les années 1960 que le MRP a disparu. La concurrence du gaullisme (pourtant proche de la Démocratie chrétienne), le souhait de certains d’enlever l’étiquette chrétienne au profit d’un « centrisme » plus consensuel, a eu raison de la démocratie chrétienne à la française. 

Depuis lors, la France a de nombreux démocrates chrétiens disséminés dans de nombreux partis politiques (y compris à gauche), mais plus de parti démocrate-chrétien. 

La création du Parti Chrétien-Démocrate par Christine Boutin il y a deux ans, a permis à cette famille de pensée d’avoir une nouvelle visibilité. 

Ozanam a donc connu une très importante postérité, hélas souvent ignorée. A nous de faire connaître ses idées et surtout de les faire vivre.