Vous avez dit non-négociables ? (3)

Etre catholique et citoyen n’est pas une sinécure. Différentes personnalités, différents mouvements se réclamant de la foi chrétienne sont actifs sur le terrain politique et ils vivent différemment la campagne présidentielle et le cas de conscience qu’elle implique. Nous voyons apparaître différentes stratégies pour tenter de mettre en œuvre la doctrine sociale de l’Eglise sans bafouer les points non-négociables… Stratégies que l’on peut toujours discuter tant du point de vue de la cohérence que du point de vue de l’efficacité. 

Parmi ces stratégies il y a celle de Christine Boutin. Le ralliement de Madame Boutin pour Nicolas Sarkozy, soutenu par son parti, le PCD, s’est fait après la déclaration du Président annonçant qu’il était défavorable à l’euthanasie, au mariage gay et à l’homoparentalité : des points, en effet, non-négociables qui, pour Madame Boutin, justifient un rapprochement qui pourrait permettre au PCD de participer au pouvoir de façon constructive. Cette décision se discute car malgré l’engagement du Président de ne pas toucher à ces points, il a une politique qui est loin d’être dans le plein esprit de la doctrine sociale de l’Eglise. Mais sur les sujets de famille et de fin de vie il a su donner des garanties.  

J’ai personnellement justifié cette décision et je le maintiens : si Sarkozy est battu alors François Hollande sera élu…et là le pire est à craindre : il ne respecte aucun point non-négociable, ni sur la vie, ni sur la famille et sur la liberté religieuse il défend un laïcisme qui n’augure rien de bon… Quant à l’économie il est sur une ligne très proche de celle de Sarkozy…Le clivage est donc sur les nouvelles mœurs et l’euthanasie, et le vote Sarkozy est dans ce cas un « vote barrage » afin d’empêcher l’apparition de lois contraire à l’éthique. Une politique du moindre mal proche de l’exemple donné par le Cardinal Ratzinger dans la note de 2002. 

La posture de Christine Boutin est donc celle de la coopération avec un grand parti de gouvernement. Le mouvement courant des Poissons roses a adopté une stratégie similaire…Mais au sein du Parti socialiste. Situation délicate pour eux qu’ils affrontent avec beaucoup de vérité. Leur communiqué du 19 février n’a pas peur d’interpeller le candidat socialiste : « François Hollande devrait modérer ses certitudes dans les domaines de l’éthique sociale. Avant de prendre des décisions, il doit ouvrir un débat de fond sans préjuger de son issue, afin que les futurs députés puissent voter selon leur conscience. Toutes ces questions sont complexes, nous avons chez les Poissons Roses des personnes de gauche qui l’ont bien compris. Même au PS, il n’y a pas d’unanimité sur ces sujets, nous pouvons le prouver. En évitant un positionnement inutilement clivant, François Hollande pourrait sortir par le haut de la polémique sur les valeurs dans laquelle la droite veut l’enfermer. L’objectif serait de recentrer le débat sur la gestion de la crise économique, sujet sur lequel le PS et tous les mouvements qui le soutiennent, nous semblent beaucoup plus légitimes, créatifs et rassembleurs. Il faut éviter d’entrer dans une pensée d’un destin indépassable, laissant croire à tort qu’il n’y a plus de marge de manœuvre dans la politique économique et que du coup, le clivage doit se faire sur l’éthique sociale. Cela fausse tout et n’aidera pas à reconstruire le lien et la confiance. » 

Pour les autres candidats, des chrétiens les soutiennent aussi…Nous resterons dubitatif devant ceux qui soutiennent Jean-Luc Mélenchon, un peu moins vis-à-vis des supporters de François Bayrou. Ce dernier est un chrétien convaincu, le seul candidat catholique déclaré dans cette campagne…Mais il a beaucoup de mal à assumer ses convictions religieuses en politique, et ce malgré sa récente interview dans La Vie… Il opère une étrange distinction entre foi et politique et surtout il soutien sur l’homoparentalité des positions contradictoires avec les points non-négociables… D’un point de vue économique il est un défenseur de l’austérité… comme les autres, voire un peu plus ce qui a attiré vers lui de surprenants soutiens : quelques néolibéraux déçus d’un Sarkozy trop keynésien pour eux. 

Devant un tel marasme, certains ont décidé de ne pas apporter leurs suffrages aux candidats en lice. Le vote blanc, nul ou l’abstention est leur choix. 

Cette solution est envisagée par le Cardinal Barbarin dans Famille chrétienne du 5 mai 2007: « Si les deux candidats soutiennent une mesure contre laquelle ma conscience se révolte, je peux poser l’acte politique de ne pas voter ou de voter blanc. »   

Patrice de Plunkett l’évoque aussi en parlant des présidentielles américaines : « Si le candidat républicain est un otage du Tea Party, et si Obama est impossible en raison de ses atteintes au droit à la vie, que reste-t-il au chrétien ? L’abstention ? Pourquoi pas, commencent à dire des blogueurs catholiques… Aucun sophisme ne peut forcer un citoyen à voter contre sa conscience. » Ce raisonnement peut s’appliquer à la France. 

Un mouvement s’est constitué dans ce sens, c’est « Votons cohérent ». Un de ses membres, Jean-Baptiste Maillard estime que « pour être « cohérents », comme chrétiens, nous ne pouvons transiger sur ces questions, y compris pour un « moindre mal » : on ne peut par exemple d’une main brandir le danger de l’euthanasie et de l’autre cautionner l’avortement avec résignation : ce serait nous compromettre. On ne peut de même choisir de se battre contre ce dernier fléau dont les femmes sont les victimes collatérales, et d’autre part soutenir le retour de la peine capitale (qui n’est pas une ‘mort naturelle’). On ne peut pas davantage faire la promotion de l’homoparentalité. » 

C’est en effet cohérent…néanmoins ne pas voter ou voter blanc implique de prendre le risque de faire passer François Hollande, déjà en tête dans les sondages…Ce qui aggraverait la situation du point de vue du droit à la vie et de la famille et ne changerait absolument rien sur les questions économiques et sociales… 

Dans ce grand débat des élections présidentielles, le dernier mot revient justement à notre conscience. Comme le dit Patrice de Plunkett : « Aucun sophisme ne peut forcer un citoyen à voter contre sa conscience. »

Publicités

17 réflexions au sujet de « Vous avez dit non-négociables ? (3) »

  1. Je vous renvoie au livre du Cardinal André Vingt-Trois « Quelle société voulons nous Pocket 2012
    à la page 142 qui reprend la lettre due Conseil permanent de la Conférence des évêques de France d’octobre 2011: http://www.eglise.catholique.fr/getFile.php?ID=18950
    « À cette lettre, nous joignons un document qui détaille quelques points qui nous semblent importants à prendre en compte en vue de ces élections. À chaque citoyen, à chacun de vous donc, il revient d’examiner comment les programmes et les projets des partis et des candidats traitent ces différents points, et de déterminer si ces approches sont cohérentes ou non avec la société dans laquelle nous voulons vivre. À chacun de vous il reviendra aussi de HIERARCHISER ces différents points en vue du vote.  »
    Ce sont comme le titre de la liste l’indique, des ELEMENTS DE DISCERNEMENT qui nous amènent à réfléchir.
    Personnellement, les seuls COMMANDEMENTS que je retienne comme non négociables son  » Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force ! » et « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » qui reprend en fait les 9 commandements suivants de l’ancien testament en rajoutant  » la charité qui est la loi dans sa plénitude  » (Rm 13,8-10). et je conclue que sauf à changer leurs programmes, je ne voterai pas pour FH , Eva Joly, Melenchon car pro-euthanasie (tu ne tueras pas). Il me reste donc au premier tour, Bayrou et Sarkozy ou l’abstention.
    L’abstention ne serait envisageable pour moi que si j’étais persuadée que mon vote ne changerait rien dans aucun des domaines dominants de ma hiérarchisation personnelle.
    Reste Bayrou et Sarkozy. Compte tenu, du rejet du second par plus des deux tiers des français, et de son opportunisme électoral clivant, ce n’est pas sa promesse contre le mariage et l’adoption homosexuelle qui va guider mon choix comme candidat à opposer à Hollande. Les promesses non tenues , il y en a eu beaucoup. De plus, son tournant » à droite toute » ne me convient vraiment pas. Alors, je vais voter Bayrou comme de nombreux chrétiens.

    • Merci pour ton commentaire et la citation de Mgr Vingt-Trois. Ton analyse est intéressante et rejoins l’esprit de la note de 2002.
      Sur ton choix, je le respecte totalement et bien que je n’ai pas à le commenter…je le commenterai quand même 😉 En effet, il n’y a que deux votes « satisfaisants » : Bayrou et Sarko. Sur Bayrou j’ai cette grosse réserve par rapport à l’homoparentalité. Je pense que son discours est trop ambigüe, et il peut-être dangereux car tendant à banaliser une situation qui ne l’est pas.

      Sur Sarko, en effet son virage « à droite toute » est très, très contestable. Les sorties de Guéant sont épouvantables…néanmoins je ne le considère pas comme représentant un danger (à la différence de MLP qui générerait le chaos). De plus vient l’autre argument : le seul qui puisse faire barrage à Hollande, c’est Sarko…bien sur ce raisonnement est un raisonnement de second tour, mais j’ai le sentiment qu’il est déja en grande partie joué et Bayrou ne me convainc guère.

  2. Ping : Revue de Presse : femmes, politique, Vatican, Vatican II, célibat… « Lemessin

  3. Vous dites :
    « néanmoins ne pas voter ou voter blanc implique de prendre le risque de faire passer François Hollande »
    sauf que…
    un vote blanc ou une abstention massifs (taux supérieur à celui du 1er par exemple) entraîneraient un manque de légitimité certain de l’élu : on peut espérer alors qu’il prenne des dispositions pour en tenir compte (modification du mode de scrutin, voire modification de la Constitution), sous peine de fâcheuses réactions populaires !

    • Cela fait très longtemps que nous avons des taux records d’abstention et cela n’a rien changé. Et savez-vous pourquoi les gens s’abstiennent ou certains votent blanc ? Non, il est impossible de le savoir car l’abstention n’exprime rien. Certains votent blanc pour la vie, d’autres par refus des institutions d’autres au nom d’idéologies opposées aux votres etc. L’abstention est un mélange indifférencié de multiples et contradictoires refus, même chose pour le vote blanc. Quand à la prise en compte de cela par les hommes politiques…je peux vous dire qu’ils n’en ont cure.

      Déja que lors des référendums ils se moquent du résultat, le feraient-ils pour une démarche où rien n’est exprimé ? Ont-ils pris en compte le NON au référendum sur le traité constitutionnel européen ? Non, car ils ont fait passer le traité de Lisbonne après. Y a t’il eu une réaction populaire ? Non, rien.

      Par contre le risque d’avoir de nouvelles lois mortifères avec le passage de François Hollande est bien réel…Votons donc en conséquence.

      • Vous avez l’air de regretter, comme moi-même, le fait que le suffrage universel ait été bafoué par le non respect du vote référendaire de 2005 et l’application du Traité de Lisbonne. En ce cas, pourquoi ne pas choisir le candidat gaulliste (et catholique) Nicolas Dupont-Aignan ?

      • Une solution qui peut faire réfléchir : le vote réel explicité
        1 – Le vote blanc n’est pas comptabilisé comme « suffrage exprimé » (il est donc « nul »). La loi ne permet pas non plus l’expression citoyenne minimum
        indispensable à un bon exercice démocratique (cf. message de Noël 1944 de Pie XII qui fait de l’expression un droit).
        Et comme il est très utile et profitable pour tous d’exprimer clairement pourquoi on ne peut ni ne veut prendre parti, on peut alors l’expliciter sur son bulletin.
        Voter nul en s’exprimant positivement et brièvement ne vaut-il pas mieux que voter nul blanc ?
        2 – On place donc dans l’enveloppe un papier format bulletin de vote où, préalablement, on a lisiblement écrit pourquoi on s’exprime ainsi (150 signes maximum, imprimé si possible). Les scrutateurs en feront l’usage que leur conscience leur indiquera (et ils ne manquent pas de les lire), en attendant que la loi électorale soit modifiée comme ci-après.
        —————————————–
        Militer par ailleurs pour que la loi électorale accepte comme suffrage « exprimé » des bulletins comportant des expressions courtes et constructives, à l’évaluation du comité de dépouillement. Faire valoir que l’outil informatique (l’ère du tweet efface l’ère du message préconçu) permet de synthétiser et de publier ces observations le temps qu’il faudra après la proclamation des résultats.
        Cela pourrait, à la fois, diminuer l’abstentionnisme, renseigner les politologues et baliser la superbe de certains partis et de certains élus car leur bilan électoral complet devra être publié…

          • IL faut bien commencer un jour. Si la proposition est un réel progrès, elle fera son chemin « dans les têtes ». C’est là que s’initie les bonnes réformes… Cordialement

  4. @JJS : Dupont-Aignan est en effet un candidat intéressant et tentant, mais personnellement je me suis plutôt orienté pour un vote à destination d’un gros candidat. Sur NDA j’ajouterais que je me suis souvent demandé pourquoi il n’avait pas tenté de se rapprocher de Christine Boutin. Un Gaulliste pur comme lui et une DC vraie comme elle aurait pu faire une belle alliance.

  5. Vous connaissez le dicton : « au premier tour on choisit, au deuxième on élimine ». Pour ma part mon choix est fait, ce sera NDA. Espérons que son score soit le meilleur possible.

  6. Ping : Votons responsable ! | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

  7. Il convient aussi de mentionner ce petit texte publié sur le site du diocèse de Belley-Ars :

    « La DSE (…) interdit à un catholique de favoriser, par son vote, un programme contenant une entorse sur un point dit « non-négociable » par l’Eglise, à savoir : le droit à la vie, depuis la conception jusqu’à son terme naturel ; le droit au mariage indissoluble entre un homme et une femme ; le droit à la liberté d’éducation des parents. »

    (à lire ici dans son intégralité)

  8. Ping : Moralité du vote au deuxième tour : pas si évidente pour le cardinal Barbarin | Chrétienté Info | Eglise Catholique

  9. Ping : Retours sur une campagne | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s