Le choix de la raison

La politique a ce travers qui est celui d’être l’art du possible. Prisonniers de la réalité nous devons « faire avec » et trop souvent mettre de côté nos idéaux les plus nobles. 

Ce réalisme est celui de Christine Boutin, présidente du Part Chrétien-Démocrate, qui a annoncé hier soir qu’elle arrêtait la course àla présidentielle. Fautedes 500 signatures nécessaires, elle a choisi de changer de fusil d’épaule…En soutenant Nicolas Sarkozy. 

Stupeur chez certains, cris d’épouvante chez d’autres, joie chez quelques uns : elle se rallie à l’UMP ! 

Je vois déjà les commentaires fuser, les accusations de grands rigoureux abonder : compromission avec le pouvoir, quête d’un maroquin… Absurde ! Tout le travail de Christine Boutin, toute son œuvre politique a été au service d’une idée politique : la Démocratie chrétienne, et à quel prix ! Madame Boutin a été vilipendée, trainée dans la boue depuis 1998 et le débat sur le PACS. Nombre de ses alliés, de ses amis l’ont lâché car elle a eu des prises de position courageuses et à contre-courant. Ses choix, sa candidature aux présidentielles de 2002, la fondation du Forum des Républicains Sociaux devenu des années plus tard le Parti Chrétien-Démocrate va dans le sens de ses convictions humanistes et Démocrates-chrétiennes inchangées depuis le début de son engagement politique. 

Mais défendre des idées implique t’il de s’isoler, de ne s’allier avec personne, de refuser de travailler avec un gouvernement sous prétexte que nous ne sommes pas en accord avec lui à 100% ? 

Certains reprochent à Christine Boutin d’avoir travaillé avec l’UMP et de remettre ça à nouveau…comme si elle aurait été une « grande dame de la politique » si elle avait boudé le gouvernement au nom de la pureté politique… Absurde ! Que vaut cette soi-disant pureté si elle n’est qu’impuissance ! 

Non : le but de la politique est de construire quelque chose, or construire implique de participer au pouvoir et participer au pouvoir implique de savoir quelles sont nos priorités. Or pour le PCD la priorité est aux valeurs ! 

Nicolas Sarkozy et François Hollande ont tous les deux le mérite d’avoir tenu un discours clair sur la question des valeurs. 

Le candidat socialiste est favorable au mariage homosexuel, à l’homoparentalité et est prêt à légaliser l’euthanasie. A cela s’ajoute une forme de laïcisme exacerbé… Les valeurs ne sont donc pas au rendez-vous, en revanche les nouvelles mœurs tiennent le haut du pavé…

 Le Président sortant défend l’inverse. Lors de son interview au Figaro Magazine il a affirmé son opposition à l’euthanasie, au mariage gay et à l’adoption par les couples homos. Il donne donc des garanties sur ce sujet. 

Bien entendu l’harmonie n’est pas parfaite, il existe des points de divergence mais il est objectivement préférable que Nicolas Sarkozy soit réélu. Nous ne pouvons pas prendre le risque de mettre François Hollande à l’Elysée… 

La question qui se pose est : Sarkozy ou Hollande ? Les autres candidats, même s’ils font de beaux scores, n’ont aucune chance de parvenir au pouvoir… Il ne faut donc pas se tromper et au moins limiter les dégâts. 

Je comprends ceux qui sont tentés d’aller à la pêche devant le peu d’intérêt de cette campagne électorale. Sur Twitter il y a eu récemment une brève discussion sur ce sujet et j’ai émis quelques tentations la dessus…Mais non, il faut voter et voter utile pour éviter au pays une catastrophe. 

Bien entendu cela ne fait pas de moi un Sarkozyste pur et dur. Il y a des choses que je n’approuve pas dans ses idées… Mais sur les questions économiques Hollande ne changera rien : il est aussi libéral que Sarkozy, aussi prisonnier du dogme de la croissance que lui, aussi partisan de l’austérité que lui… En revanche, il sera désastreux sur les questions de société. 

Donc oui Christine Boutin a fait le bon choix : le choix de la raison.

Publicités

18 réflexions au sujet de « Le choix de la raison »

  1. « Le Président sortant défend l’inverse. Lors de son interview au Figaro Magazine il a affirmé son opposition à l’euthanasie, au mariage gay et à l’adoption par les couples homos. Il donne donc des garanties sur ce sujet.  »

    Une interview vous suffit ? Et les actes ???

    • Le problème est qu’en face Hollande est très clair: il est pour et il le fera. Et le vrai choix se fait entre ces deux candidats. Les autres, même avec de bons scores n’ont aucune chance. Donc des deux maux il faut choisir le moindre…ou au moins faire barrage au pire des deux.

  2. Ce choix était fait depuis le début de sa campagne. Rien de surprenant, elle a toujours dit qu’elle soutiendrai Sarkozy. Au moins, on aura entendu quelques temps ses idées. C’est deja ca. Quand a la pertinence de son choix ….

    • Elle a tout de même sérieusement discuté avec Bayrou. Ce n’était pas si évident… Et une alliance avec bayrou aurait sans doute eu plus de « gueule » mais il n’a rien voulu entendre sur une question décisive d’où le rebasculement.
      Il reste que cela ne renforce la décribilité de personne ni celle de Sarko ni celle de Christine Boutin. Bref, cela soulage mais ne fera pas gagner Sarkozy.

      • Elle a en effet sérieusement envisagé l’hypothèse Bayrou…Mais c’était rapé d’avance, l’entourage de FB est très anti-Boutin depuis très longtemps et les réactions de certains militants Modem (et pas des moindres) ont été très violentes dès qu’elle en a parlé. Et comme tu le dit, il n’a rien voulu entendre sur une question décisive. Personnellement je n’y croyais pas quand cela a été évoqué, les deux sont issus de la même famille mais ils se sont beaucoup éloignés.

  3. Ping : Pour défendre Christine Boutin… | Le blog d'Henry le Barde

  4. Le problème Charles, c’est que tu raisonnes comme s’il n’y avait qu’un seul tour à l’élection présidentielle, ou plutôt comme si il y avait une incompréhension générale, de laquelle on s’accommoderait très bien, du sens de cette institution à deux tours.

    Le discours que tu tiens aujourd’hui est un discours d’entre-deux-tours. Et c’est exactement comme ça que C. Boutin le présentait il y a un an, au moment où elle annonçait sa prise de distance d’avec l’UMP. Elle avait alors un discours très juste, qui mêle à la fois les convictions et le réalisme : je suis une candidate de convictions, disait-elle, le premier tour est là pour défendre ses idées auprès des français, et le second tour, celui du réalisme et du choix de la raison. Nous ne sommes pas dans un système bipartiste et notre institution n’est pas configurée pour cela.

    Même si la masse et les médias s’en accommoderait volontiers, histoire d’importer aussi ça des US, et d’avoir moins de contraintes en terme de personnes et de temps de parole pour promouvoir ce star-système que se prête à être l’élection présidentielle. Dans ce star-système, les petits candidats sont des importuns, des cailloux dans l’engrenage médiatique, des boulets qu’il va falloir se cogner à l’antenne, et plus il y en a, moins on pourra focaliser sur une ou deux personnalités fétiches. Allons-y, félicitons-nous de ce réalisme/fatalisme faisons un truc de plus à la mode US.

    • Assez d’accord avec Pneumatis: De plus aux US, avec le système de vraies primaires et dans 51 états (transposé chez nous au choix c’est 90 départements mais réalistement 22 régions) çà fait 51 débats x 2 pour que les sujets soient discutés… Il y a la subsidiarité qui modère le système de bipartisme et on n’a pas çà en France… le débat n’a pas lieu et ce n’est pas sain… Le premier tour est fait pour çà… Résultat on a un argumentaire, « sans moi ce serait pire », alors qu’aux US passé les primaires le discours est « positif »…

    • Le 21 avril 2002 a tué le premier tour, tout comme au début de la IIIeme République le droit de dissolution a été discrédité par une législative anticipée désastreuse (droit qui a été réhabilité sous la IVeme République). Il faut avoir conscience qu’en cas d’élimination de Sarko au premier tour, Hollande sera alors élu avec un score de maréchal…Voulons nous d’une homoparentalité, d’un mariage gay, d’une euthanasie portés par un Président s’appuyant sur un score très élévé ? Non.

      Sur la question du bipartisme…nos institutions reposent sur la bipolarisation, pas sur un multipartisme touffu type IVeme Rep. Cette bipolarisation a en effet tendance à glisser vers le bipartisme…Est-ce un mal ? Pas forcément. Reste maintenant aux catholiques d’être présents dans ces deux pôles politiques…Si nous ne voulons pas que la culture de mort régne, engageons nous massivement dans les partis de gouvernement (les poissons et le PCD sont de bons exemples même s’ils sont trop peu nombreux) et prenons nos responsabilités.
      Enfin sur les USA… Il n’y

  5. Il faut voter, oui, voter utile, ça reste encore à prouver ! N’est-ce pas aberrant comme expression ? On vote pour exprimer son opinion, c’est la seule utilité que le vote devrait posséder. Parler du choix de la raison, c’est assez évident, mais il me semble plutôt dommage d’être obligé d’en arriver là maintenant. Est-ce digne d’une démocratie ? Il ne me semble pas … Le premier tour ne devrait-il pas plutôt révéler la diversité d’un pays ? Une démocratie digne de ce nom ne devrait-elle pas permettre un large éventail des représentations qui ne se refermerait qu’au second tour ? C’est plutôt ainsi que j’envisage les choses.

      • Cher Charles,
        C’est avec plaisir que je vois que tu as repris du service…
        Tout de même, peut-on vraiment parler de valeurs quand un président vient faire la guerre la main sur le coeur à un dicateur qu’il a reçu deux ans avant, en le laissant installer sa tente à l’Elyséé ? Quand ce même président a invité au défilé du quatorze juillet (à l’inverse de son prédécesseur qui avait rompu toute diplomatie avec lui) celui qui aujourd’hui est en train de rayer de la carte une ville entière de son pays et tuer femmes en enfants ?
        Quand une « union pour la méditerranée », instaurée par ce même président, et qui n’a jamais marché, a eu comme secrétaire celui que les égyptiens ont chassé ? Ce genre de comportement ne se réduit pas à « quelques idées »… La seule annonce de la défense des valeurs sur les questions de société (certes primordiales) ne suffit pas, à mon sens, à rendre acceptable des choix politiques. On voit l’arbre à ses fruits.

        • Cher Vif,

          Content de te retrouver. Mon « choix de la raison » n’est pas une adhésion militante pour Sarkozy. C’est un choix par défaut, un « vote barrage » face à Hollande. Si ce dernier passe nous aurons toute une série de lois mortifères qu’il nous sera impossible d’abroger ensuite…Euthanasie, mariage homo, homoparentalité. Et le seul qui peut lui faire barrage, c’est sarko. C’est du réalisme pur, et en politique il en faut.
          Evidemment Sarko a fait des âneries…La dessus je te rassure Hollande est capable de faire 100 fois pire et dans le passé Mitterrand ne s’est pas privé.

  6. Ping : Revue de Presse : édition spéciale chrétiens et politique « Lemessin

  7. Ping : La campagne, c’est maintenant

  8. Ping : Vous avez dit non-négociables ? (3) | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

  9. Ping : Retours sur une campagne | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s