Retours sur une campagne

A quelques jours du second tour, je profite d’une interview de Christine Boutin sur Atlantico pour faire quelques petits « retours » sur cette campagne présidentielle.

Le journaliste d’Atlantico a interrogé Madame Boutin sur un sondage qui chiffre à 27% le nombre de jeunes catholiques ayant voté pour Marine Le Pen. Il n’est pas aisé de répondre à cette question. Elle avance comme hypothèse : « De façon générale, la génération montante a une exigence sur les principes sociétaux beaucoup plus importante qu’il y a dix ou quinze ans. » et elle ajoute : « pour ces jeunes l’expression politique du premier tour et en particulier chez Nicolas Sarkozy n’a pas été perçue comme suffisamment exigeante par rapport aux principes fondamentaux véhiculés par Jean-Paul II et Benoît XVI. (…)D’autre part – et je le dis en tant que Présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD) – je pense que c’est une incompréhension par rapport aux postures de Nicolas Sarkozy qui sont pourtant très claires. Moi-même, j’ai été candidate à l’élection présidentielle, et j’ai été très exigeante sur ces principes sociétaux. Or, Nicolas Sarkozy les a repris dans l’article publié dans le Figaro Magazine et depuis, je suis tous ces meetings et il n’y pas de place pour l’ambiguïté. Au dernier meeting tenu à Clermont-Ferrand, il a parlé de la valeur sacrée de la vie, des questions que l’on se pose autour de la mort, notamment avec l’euthanasie, et a rappelé son opposition au mariage homosexuel etc. »

Personnellement, j’adhère en grande partie à cette hypothèse. Nous autres catholiques sommes « taraudés » depuis longtemps par les questions sociétales. Nous vivons une époque ou les partis politiques n’ont pas peur de reprendre des revendications sociétales qui sont à l’encontre de l’enseignement de l’Eglise. Euthanasie, homoparentalité, mariage gay, et tout ce qui touche à l’avortement… Nous avons là différentes visions du monde et de l’Homme qui se font face : l’anthropologie chrétienne d’un coté et de l’autre, de nouvelles idées, issues d’autres familles de pensée souvent athées ou déistes…Nous pensons par exemple à certains points de vue issus des études sur le genre, le fameux gender…

Une des grandes questions politiques de notre temps est : « Quelle société voulons-nous » ? Cette question a été rappelée par l’Eglise qui est en France a travers le document de la Conférence des évêques, et le livre du Cardinal Vingt-Trois. SAJE Prod l’a d’ailleurs très bien mis en image.

Bien entendue, cette question de société ne se limite pas aux sujets que j’ai évoqués plus haut. La conférence des évêques nous le rappelle avec beaucoup de justesse en mentionnant treize points… La doctrine sociale de l’Eglise ne s’arrête donc pas aux questions touchant à la vie, à la famille et à l’éducation…Même si ces trois points sont fondamentaux et qualifiés de « non-négociables ».

Mais cette réflexion sur les tendances de vote de catholiques nous amène au sujet du climat de cette campagne électorale. Ambiance tendue, diabolisation de l’un et de l’autre candidat, affaires qui remontent, propos frisant la diffamation… Mais aussi résignation, « vote barrage », l’enthousiasme n’a guère été dans les cœurs…

Côté catholique, la blogosphère et les réseaux sociaux ont été en ébullition. Quel vote sera le plus cohérent avec ma foi ? Telle a été la question que nous nous sommes tous posés. Le groupe Votons cohérent a fixé des conditions et envisage le vote blanc si elles ne sont pas respectées. D’autres ont opté pour « le moindre mal » en choisissant Nicolas Sarkozy ou encore François Bayrou. Certains ont préféré Le Pen. Le courant des Poissons roses, désireux d’entrer au Parti Socialiste, a envoyé un message à François Hollande qui mérite d’être lu et étudié. Ce très beau texte aborde les questions sociétales avec beaucoup de vérité sans jamais tomber dans la caricature… Sébastien Gros, proche collaborateur de Manuel Valls a répondu à ce texte…négativement. Ce qui nous montre l’importance des questions sociétales au sein du PS.

A titre personnel, vous le savez, j’ai fait le choix de Nicolas Sarkozy. Quand Christine Boutin a décidé de suivre le Président-candidat,  j’ai tout de suite justifié cela en parlant du « Choix de la raison ». J’en suis toujours convaincu. Je crois que les chrétiens doivent être présents dans les grandes coalitions gouvernementales, que ce soit à droite avec le PCD ou à gauche avec le courant des Poissons roses… Bien entendu je n’oublie pas les autres partis. Il faut que nous soyons partout, mais nous serons plus efficaces dans des « grands ensembles ».

Ce que j’exprime est ma conviction… Mais je ne l’impose à personne. Les propos tenus sur mon blog n’engagent que moi. Quand je reprends les textes de l’Eglise, c’est pour tenter de nourrir un discernement…Celui-ci n’a pas été aisé et surtout, cette campagne a été gagnée par de nombreuses discussions autour de la notion de points non-négociables. J’ai donc écrit plusieurs articles sur le sujet afin d’apporter un éclairage supplémentaire.

Parfois, je l’avoue, j’ai été très sévère avec les partisans du vote blanc… Mon but n’est pas de les stigmatiser, et s’ils ont été blessés je leur demande pardon. Mais cette démarche du vote blanc pose de nombreuses questions quand à la conséquence du vote…or je reste convaincu qu’en votant pour le « moins mauvais » on peut éviter une catastrophe supplémentaire.

Au nom de mes convictions j’ai posé ce choix que j’assume pleinement. J’ai défendu cette position en conscience, et d’autres chrétiens ont défendu une autre position, également en conscience.

C’est leur droit, je le respecte.

Publicités

Indignons-nous ! Mais avec qui ?

« Indignez-vous » est devenu le mot le plus porteur politiquement depuis la sortie du pamphlet de Stéphane Hessel. 

Ce texte a connu une surprenante postérité : un grand mouvement spontané est apparu et a pris le nom « Les indignés ». 

Important succès, on les retrouve dans de nombreuses villes Européennes. 

Mais qui sont les Indignés ? Un mouvement hétéroclite, composé en grande partie de jeunes d’extrême gauche, mais pas seulement : de nombreux chrétiens ont manifesté le vœu de rejoindre le mouvement. 

Et on peut comprendre cela. Le capitalisme de 2011 est une catastrophe. La mondialisation libérale crée des chômeurs au Nord et des esclaves au Sud. La spéculation a ruiné des milliers de travailleurs. Et les gouvernements renflouent aveuglément les banques sans leur demander de comptes… absurde ! 

La démocratie connait une très grave crise car elle donne le sentiment d’être complètement inféodée au pouvoir financier. 

C’est normal d’être indigné, il faut l’être. Surtout quand on est chrétien ! Le néolibéralisme n’a rien de compatible avec la foi chrétienne ! 

Mais voila, se pose un gros problème : avec qui s’indigner ? 

Le mouvement des Indignés a connu quelques débordements très regrettables. En Italie, une Eglise a été saccagée. En Espagne, quelques jeunes pèlerins des JMJ ont été agressés… 

Les Indignés seraient-ils antichrétiens ? 

Il est devenu évident que le mouvement n’est pas sans lien avec les organisations de gauche et d’extrême gauche. En Espagne les blessures de la guerre civile sont encore vives et Jose Luis Zapatero a un rapport très conflictuel avec le catholicisme… 

Dans le reste de l’Europe, gauchisme et Eglise ne font pas forcément bon ménage. J’en ai personnellement fait l’amère expérience : des jeunes de gauche avec qui j’étais proche sur des questions concrètes ont refusé tout échange parce que j’étais chrétien…De la haine à l’état pur, ça fait peur. 

C’est stupide : nous sommes souvent très proches sur le plan politique…Mais une ligne de démarcation invisible nous sépare. 

La vie politique française est dominée par cette opposition. Les catholiques les plus attachés à Rome sont majoritairement à droite. Les « nouvelles mœurs » sont défendues par la quasi-totalité de la gauche alors qu’elles mettent du temps à s’imposer en face…Pourtant la droite libérale a un positionnement économique guère catholique…c’est certain. 

Autre exemple, cette fois-ci plus historique : la Démocratie-chrétienne française avait envisagé la formation d’un grand parti politique au Centre gauche. Un « parti travailliste » regroupant les démocrates-chrétiens et les socialistes…Ce projet est né au sein de la Résistance avec notamment Gilbert Dru. Il a échoué à la Libération. Pourquoi ? La gauche peinait à s’allier avec les catholiques et cela malgré la grande fraternité de la résistance. La gauche est fondamentalement laïque, lui demander une telle fusion est contre son identité. L’Union sacré n’existe qu’en temps de guerre. De vraies et belles amitiés ont existé, mais à la Libération la politique a repris ses droits et dès 1944 le PCF faisait des coups très bas à de Gaulle et au MRP… 

Jean Lecanuet a retenté l’expérience dans les années 1960. Il avait même pour cela obtenu un rendez-vous avec le Grand Maître du Grand Orient (ça ne s’invente pas…). Que lui a dit le premier des Frères ? « Nous ne pouvons concevoir un parti où cohabiteraient ceux qui vont à la messe et ceux qui n’y vont pas ». L’homme au tablier avait au moins le mérite d’être clair… Cet échec n’a pas découragé Lecanuet qui a éliminé la référence chrétienne du MRP… Sur ces expériences malheureuses Pierre Pflimlin avait dit à Lecanuet : « N’êtes vous pas lassé de vous faire éconduire comme un amoureux qui s’obstinerait à courir après une belle qui ne s’intéresse pas à lui ».  

Pourquoi courir après la gauche ? 

Je crois honnêtement qu’avant de chercher à se lier avec les non-croyants, il faut d’abord que les chrétiens s’affirment. 

OUI : il faut d’abord reconstruire une authentique Démocratie-chrétienne ! 

OUI nous devons nous indigner. Nous devons passer à l’action ! Mais en assumant très clairement notre identité chrétienne. 

Vivons la Doctrine sociale de l’Eglise, aidons les plus pauvres, rebâtissons la Démocratie chrétienne de Frédéric Ozanam ! 

Si nous sommes vraiment nous-mêmes, ce n’est pas nous qui irons vers les autres Indignés…ce sont eux qui viendront à nous ! 

Indignons-nous…Mais en chrétien !