Frédéric Ozanam et la Révolution de 1848

Lamartine25fevrier1848Frédéric Ozanam a été un acteur de la révolution de 1848. Certes, il n’a pas joué un rôle politique de premier plan. Mais son influence sur les catholiques de son temps n’a pas été négligeable. L’Eglise a donc béatifié un « révolutionnaire » ! Ce qui tord le cou au cliché d’une Eglise conservatrice qui craint les changements et les révolutions… Regardons de plus près ce qui c’est passé. Lire la suite

Publicités

Frédéric Ozanam : la charité, la justice et la lutte des classes

Révolte des CanutsFrédéric Ozanam a connu une France en pleine mutation. Né en 1813 et mort en 1853, il a vécu à une période où la société française s’est radicalement transformée tant d’un point de vue politique que social. Politique car il a connu cinq régimes. Social parce que cette période est celle de la Révolution industrielle qui a complètement modifié les classes sociales et les rapports économiques et sociaux dans le pays. Rapidement, une nouvelle société s’est construite avec d’un côté une bourgeoisie industrielle riche et puissante, de l’autre une classe ouvrière pauvre et nombreuse. Les changements politiques de la France ont accentué cette mutation. Ozanam a connu cinq régimes politiques : l’Empire de Napoléon 1er, la Restauration à partir de 1815, la Monarchie de Juillet en 1830 avec le Roi des Français Louis-Philippe 1er (curieux monarque qui n’avait pas de légitimité et qui s’inspirait des principes de 1789), la IIème République en 1848 et enfin le second Empire en 1852. La France changeait et certains régimes, comme la Monarchie de Juillet, ne refusaient rien à la nouvelle classe qui dirigeait l’économie du pays…

La Révolution industrielle a entraîné un exode rural qui a rempli les villes de populations ouvrières misérables. Ozanam a connu le Paris de 1831 qui est celui que décrit Victor Hugo dans les Misérables. Les ouvriers travaillaient durement, tous les jours, toute la journée, dans des conditions catastrophiques. Ils recevaient un salaire de misère et vivaient dans des taudis. Aucunes vacances, aucun repos, aucune protection en cas de maladie, pas de retraite : il était difficile pour eux d’élever leur famille et de vivre décemment. Lire la suite

Frédéric Ozanam et la Société de Saint Vincent de Paul

Ozanam23 avril 1833. Ce jour là, Frédéric Ozanam fête ses vingt ans. Il aurait pu les fêter comme tous les étudiants de son temps : avec ses camarades de la Sorbonne dans une taverne du quartier latin. Ou bien il aurait pu choisir une atmosphère plus « balzacienne », en fréquentant un très chic salon au milieu de jeunes gens de « bonnes familles ».

Mais non, ce jour là sera différent, car avec sept autres amis, ils ont décidé de se rassembler à l’actuel 38 rue St Sulpice, au siège du journal la Tribune Catholique, pour répondre à un appel… Lire la suite

Et si on (re)découvrait Frédéric Ozanam ?

Frédéric OzanamLa société de Saint Vincent de Paul fête cette année le bicentenaire de la naissance de son principal co-fondateur : Frédéric Ozanam. Né en 1813, il a fondé, avec quelques amis, la première « conférence de charité » en 1833, et il est mort en 1853. 2013 est donc un triple jubilé : bicentenaire de sa naissance, 180 ans de la société de saint Vincent de Paul, 160 ans de l’entrée au ciel de Frédéric. 

Ozanam n’est pas encore très connu et c’est bien dommage car il a une personnalité passionnante. 

Je l’ai personnellement découvert en 1997, lors des Journées mondiales de la jeunesse de Paris. Frédéric Ozanam a été béatifié à cette occasion par Jean-Paul II, à Notre-Dame. Cette rencontre a été pour moi décisive. J’avais 18 ans. J’étais un grand adolescent en quête de vérité et de justice sociale. L’heure était à la contestation et plusieurs fois il m’arrivait de remettre sérieusement en question l’éducation catholique que j’avais reçue. La foi en Dieu restait intacte, mais c’était avec l’Eglise que j’étais en froid… c’est ainsi que je suis allé aux JMJ avec des pieds de plomb. 

L’évènement des JMJ, les enseignements reçus, l’image de ce pape au corps épuisé mais à l’esprit jeune et flamboyant qui appelle à « construire la civilisation de l’amour », tout cela m’a bouleversé. Je m’étais réconcilié avec l’Eglise. J’avais découvert sa dimension prophétique, la puissance de son message dans un monde en pleine mutation. 

L’appel de Jean-Paul II à construire la civilisation de l’amour était accompagné d’un exemple concret : la vie et la personne de Frédéric Ozanam. Le bienheureux Ozanam est bien différent des autres saints de l’Eglise. Laïc, marié, père de famille, tour à tour avocat, professeur de droit puis professeur de lettres à la Sorbonne, il était engagé dans la société française du début du XIXème siècle. Il avait un engagement social avec la fondation des conférences de Saint Vincent de Paul, un engagement politique avec sa participation active à la révolution de 1848, un engagement intellectuel avec son travail de recherche en histoire des religions. Tous ses engagements étaient habités, motivés, par une foi ardente et un immense amour du Christ et de son Eglise. 

Ozanam était un citoyen, témoin des changements de son temps qui ont engendré le monde moderne que nous connaissons. Cet exemple est peut-être un des plus parlant pour quiconque souhaite s’engager dans la Cité aujourd’hui. C’est sans doute cet aspect qui m’a le plus marqué chez lui : le citoyen et, soyons clair, le révolutionnaire républicain de 1848. Ozanam n’a pas eu peur de dire que la devise « Liberté, égalité, fraternité » est « l’avènement temporel de l’Evangile » alors que bon nombres de catholiques étaient monarchistes. Ozanam a pris position en faveur de la démocratie alors que ce régime était mal perçu par l’Eglise. Ses choix audacieux ont fait de lui un visionnaire : il a anticipé, et inspiré, la doctrine sociale de l’Eglise, il a contribué à la fondation de la démocratie chrétienne

Ozanam était aussi un ardent défenseur de l’Eglise, même s’il se permettait quelques critiques… il était un évangélisateur et non un propagandiste, un prophète et non un petit soldat. Intellectuel engagé, il a été un historien pionnier dans la réhabilitation d’un Moyen-âge trop souvent caricaturé.

Cette grande figure mérite d’être redécouverte tant elle peut être une source d’inspiration pour aujourd’hui. Sa manière d’être, à la fois audacieuse et loin des extrémismes, ferme et non-violente, à l’écoute de ses adversaires mais toujours dans le respect, fidèle à l’Eglise mais avec un esprit critique constructif, tout cela fait d’Ozanam un personnage exemplaire pour notre époque riche de débats passionnés et d’enjeux cruciaux. 

Pour mieux le connaître, je diffuserai dans les semaines à venir, quelques articles sur différents aspects de la vie et de la personnalité de Frédéric Ozanam. Il s’agira de quelques réflexions sur certains épisodes de sa vie, certains de ses ouvrages ou encore sur certaines facettes de ce personnage très riche. 

A suivre !

Nostalgie vincentienne

Un récent billet sur le blog de Dopamine, « une catho à l’hosto », m’a beaucoup interpellé. Il parle de la mort d’un SDF, Dimitri, qui venait souvent aux urgences de l’hôpital où elle est externe.

En lisant cet article, je me suis rappelé d’une activité que je faisais il y a quelques années. J’exerçais comme bénévole à la Société de Saint Vincent de Paul : j’étais un « vincentien » (prononcez « vincenssien »). Lire la suite