L’alibi de l’homophobie

Manif LGBT« L’homosexualité perçue de manière positive par 90% des Français.» C’est la conclusion du sondage Ifop diffusé le 14 décembre par France Inter. Bien sûr ce n’est qu’un sondage, mais il a été effectué par un grand institut et commandé par une association gay. Il ne peut donc être soupçonné de manipulation en faveur d’organisations hostiles au lobby LGBT qui affirmeraient qu’il n’y a presque plus d’homophobie en France. Ce chiffre révèle une très nette évolution en faveur des personnes homosexuelles : en 1996, seuls 67% des sondés étaient de cet avis, et en 1986, 54%. Cette opinion favorable indique un net recul de l’homophobie, ce qui est une excellente nouvelle.

Nous pouvons comparer ce chiffre avec ceux concernant l’opinion vis à vis du mariage pour tous et de l’homoparentalité. Le plus récent est le sondage Ifop du 16 décembre : 60% des sondés sont pour l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe, et 46% sont favorables à l’adoption. Mais alors, pouvons-nous conclure que les 40% de sondés qui ne sont pas favorables au mariage pour tous, et que les 54% en désaccord avec la possibilité d’adopter sont de funestes homophobes ? Non, car si on en croit le premier sondage, qui dit que 90% des Français perçoivent l’homosexualité de manière positive, les 40% de personnes opposées au mariage pour tous, et les 54% qui sont opposés à l’adoption devraient être contenus dans les 10% qui ne perçoivent pas l’homosexualité de manière positive, si c’était le cas.  Lire la suite

Eglise et questions sociétales

Le blog « A la table des chrétiens de gauche » a récemment publié l’article de Jean-Louis Schlegel Questions de mœurs : quelle attitude politique de la part des catholiques ? Un texte intéressant qui pose la question de la réponse chrétienne à donner aux problématiques dites « de société » que nous rencontrons aujourd’hui.

Il n’est pas aisé de répondre à la question de l’attitude à adopter. Pourtant je pense que la réponse doit être à la hauteur du problème…et le problème est très important car il touche les fondements de notre société.

En effet, quelle est la portée de ces « questions de mœurs » ? L’euthanasie n’est-elle qu’un assouplissement, une tolérance permettant de donner la mort dans quelques cas exceptionnels ? L’homoparentalité n’est elle qu’une possibilité donnée à quelques couples gays, une exception à la règle de la famille traditionnelle au même titre qu’il existe des familles monoparentales ?

La réponse est non : ces deux problématiques ne sont pas anodines car elles sont les symptômes d’une profonde révolution, d’un changement radical de société, d’une « mutation métaphysique » comme le dit Michel Houellebecq. Les « questions de mœurs » sont en fait des questions « de société » et elles portent sur les fondements même d’une société humaine : qu’est-ce que l’Homme ? Quand et comment sa vie commence, se termine ? Dans quelle structure familiale le « petit d’homme » va-t-il naître, se construire ? Lire la suite