Frédéric Ozanam, historien

Ozanam« Pendant que les catholiques s’arrêtaient à la défense de la doctrine, les incroyants s’emparaient de l’histoire. (…) Il nous faut reconquérir ce domaine qui est à nous, puisque nous le trouvons défriché de la main de nos moines, de nos bénédictins, de nos bollandistes[1]. Ces hommes pieux n’avaient pas cru leur vie mal employée à pâlir sur les chartes et les légendes. (…) je veux montrer le bienfait du christianisme dans ces siècles mêmes dont on lui impute les malheurs.[2] » 

Ainsi parlait Frédéric Ozanam en ce vendredi saint de l’année 1851, dans l’avant propos de son cour sur la civilisation au Vème siècle. Dans ce long texte introduisant son enseignement à la Sorbonne, Frédéric Ozanam nous délivre un émouvant testament spirituel et intellectuel. Spirituel, car il y relate son adolescence difficile, où il avait perdu la foi, et sa conversion grâce à l’abbé Noirot. Intellectuel, car il nous livre les raisons profondes de son travail universitaire, de sa double vocation de chercheur et d’enseignant.  Lire la suite