Haïti : son Président, son Armée et sa souveraineté.

Vous vous en rappelez peut-être, mais le premier article de mon blog portait sur la crise gouvernementale qui sévissait en Haïti. Je connais bien ce pays. Des liens familiaux et plusieurs voyages font qu’Haïti est devenu pour moi une seconde patrie. 

Depuis la fin août, la situation a évolué dans la République des Tentes. Le Président Martelly est parvenu à un exploit politique : il a constitué un gouvernement. Alors que son parti Respons Payizan n’a qu’une petite poignée de parlementaires il est parvenu à convaincre la chambre des députés et le Sénat. 

Ce n’était pas gagné, les deux précédents Premier Ministres désignés ont été refusé par les chambres : Daniel Gérard Rouzier par les deux assemblées, Bernard Gousse par le Sénat. Nous l’avions vu précédemment, la constitution de 1987 est très rigide et nécessite la ratification par les deux chambres. La majorité des parlementaires est hostile au Président. Le Docteur Garry Conille a été ratifié à l’unanimité de la chambre des députés et le 4 octobre  par la majorité du Sénat. Il est donc un Premier Ministre de consensus. Ses qualités professionnelles ont été un argument de poids : Fonctionnaire onusien, il est surtout le chef du bureau de l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la reconstruction d’Haïti : Bill Clinton. Il est donc l’homme de la reconstruction du pays. 

Ce profil a convaincu beaucoup de monde, il fait aussi grincer des dents. Certains le qualifient d’homme de la recolonisation… Cela est exagéré. Pourquoi ? Lire la suite

Publicités