Au-delà d’un million

La Manif pour tous, avenue de la Grande Armée“Au-delà d’un million, le gouvernement vacille” disait François Mitterrand. Il savait de quoi il parlait. En 1984, son gouvernement avait retiré une loi déjà votée devant une manifestation géante.

Céder devant la pression populaire n’est pas un phénomène rare. Les grands mouvements populaires parviennent généralement à leur fin. Cela est normal : la démocratie ne se joue pas seulement lors des élections, au Parlement ou dans les mécanismes institutionnels. La démocratie est aussi à l’oeuvre dans les corps intermédiaires et dans les collectifs spontanés qui parviennent à rassembler un très large public.

Or que voyons-nous ? Depuis l’automne une opposition nombreuse s’est soulevée contre le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. Cette opposition est massive : trois manifestations de 300 000, 800 000 et 1,4 million de personnes. Une pétition au CESE de 700 000 signatures rassemblées en quelques semaines. Toute cette organisation s’est faite en peu de temps, mais la détermination est là, ce qui est la clé de ce succès. Une détermination qui trouve sa source devant la gravité de l’enjeu : la structure même de la famille est remise en question. Mariage pour tous et adoption, ensuite PMA puis GPA, autrement dit les notions essentielles et fondatrices que sont la filiation, l’engendrement sont remises en question. C’est un changement de civilisation comme le dit Mme Taubira… Or ce changement, nous sommes très nombreux à ne pas en vouloir.

Mais le gouvernement reste de marbre. Il vacille, c’est évident, mais il feint la stabilité, il ignore le souffle qui traverse le pays. François Hollande a-t-il inscrit le mot “rien” dans son journal intime du 24 mars ? Cela ne nous surprendrait guère tant nous voyons qu’il se comporte comme si cette journée était un paisible dimanche des Rameaux et que l’avenue de la Grande Armée n’était occupée que de quelques embouteillages en fin de journée… La police voit 300 000 personnes au lieu de plus d’1,4 million, Arnaud Montebourg évoque une “poignée de manifestants”… Et le gouvernement fait la sourde oreille : pour lui, il n’y a rien eu, sauf quelques échauffourées avec la police.

Il y a quelque chose d’exaspérant dans ce souverain mépris de nos dirigeants. Quelque chose qui relève d’une morgue, d’un irrespect envers leurs concitoyens.

Mais je reste convaincu que cette inflexibilité reste une façade, une posture. Par cette attitude, le gouvernement joue la carte de l’usure. Il prend son temps, il nous ignore tout en nous mettant des bâtons dans les roues : chiffres sous-estimés de la préfecture de police, refus de la pétition au CESE, auditions à l’Assemblée biaisées, absence d’auditions au Sénat, projet de commission d’enquête sur les finances de la Manif pour tous… Il ne semble pas qu’un mouvement d’opposition né de la société civile ait été aussi mal traité dans ce pays.

Quid de la démocratie ? Le gouvernement ne devrait-il pas écouter les corps intermédiaires ? François Hollande se renie, lui qui a tant reproché à Nicolas Sarkozy d’ignorer ces fameux corps… Car ne l’oublions pas : la plupart des mouvements sociaux, des grandes manifestations ont abouti au retrait du projet de loi incriminé par les manifestants. La plupart mais pas tous : les manifestations qui ont eu lieu sous Nicolas Sarkozy n’ont pas atteintes la détermination du gouvernement. Mais celles qui se sont déployées lors des précédents gouvernements de droite et celle de 1984 sous François Mitterrand ont été des succès. Ces gouvernements savaient que parfois il faut savoir plier devant des marées humaines. Alors, l’inflexibilité de Nicolas Sarkozy serait-elle la référence de François Hollande ? Le changement n’est-il donc pas pour maintenant ?

Nous assistons là à un véritable déni de démocratie. Mais cela ne doit pas nous inciter à prendre  de mauvaises directions. Il ne faut pas écouter une colère, certes légitime, mais très mauvaise conseillère qui pourrait nous inciter à des actions illégales voire violentes. Le “printemps français” n’est pas d’actualité. La France n’a rien de l’Egypte et François Hollande n’est pas dictateur. Faire un tel parallèle ne peut que nous mener vers une perte de crédibilité, autrement dit à l’échec. D’autre part, prendre un tel chemin nous conduit à une inévitable politisation du mouvement. Or cela ne sert à rien, si ce n’est à nous conduire droit dans le mur : la Manif pour tous rassemble toutes sortes de sensibilités politiques différentes. Il y a des personnalités de gauche ainsi que de nombreux électeurs de François Hollande. La force de ce mouvement est justement son unité dans sa diversité. Ainsi il ne peut être réduit à une petite frange politique, forcément minoritaire, qui ne serait composée que des perdants du 6 mai…

Mais il ne faut pas non plus tomber dans l’autre excès : le découragement, la fatigue, l’usure. La mutation sociétale en cours est colossale. Répondre à cette mutation est forcément un travail de longue haleine. Il faudra sans doutes d’autres Manif pour tous, d’autres pétitions pour contrer non seulement la loi Taubira mais aussi toutes les futures lois qui continueront de détricoter notre société. Mais surtout, pour apporter une réponse pertinente, intelligente, équilibrée à ces questions profondes, il faut mettre en place un grand mouvement, un courant qui s’installe sur le long terme.

La mutation sociétale en cours touche les questions de la nature même de l’Homme. Les gender studies qui inspirent ce grand changement remettent en question la définition de l’homme et de la femme. Les pensées “cyborg” ou transhumanistes qui sont actuellement en vogue à cause du développement de la technique redéfinissent la nature même de l’Homme. Notre époque est traversée de questions fondamentales, pour ne pas dire existentielles… Il est donc grand temps de nous tourner vers le thème de la nature humaine et donc, la problématique qui nous touche est écologique. Tugdual Derville, porte-parole de la Manif pour tous, nous le dit depuis le 13 janvier : le grand mouvement de la Manif pour tous est un mouvement d’écologie humaine. C’est sans doute la meilleure réponse à apporter à cette mutation sociétale, une réponse écologique par un grand courant écologique. C’est aussi la réponse à apporter à la question de l’action devant ces politiques gouvernementales : un mouvement métapolitique, c’est-à-dire au-dessus des partis, qui les féconde par une pensée originale. Ce courant de l’écologie humaine est en train de se constituer et c’est une excellente nouvelle.

Publicités

9 réflexions au sujet de « Au-delà d’un million »

  1. Et après le politique ? Quel chemin pour trouver nos contemporains, après le « mariage pour tous » ? http://www.theologieducorps.fr/actualites/2013/03/jour-dapres-2

    Je regarde favorablement l’initiative de Tugdual, en espérant qu’il ne se transforme pas en « écolo donneur de leçons » (comme les écologistes politiques, c’est pour cela que Cécile Duflot irrite tant), mais qu’il sache porter un émerveillement.

  2. Charles, je partage largement votre analyse. Et notamment le risque qu’il y aurait, selon moi, à prolonger inutilement un baroud d’honneur sur la question ponctuelle du mariage – au risque de la transformer en affrontement anti gouvernemental – alors que le vrai débat, désormais, se situe ailleurs : dans le refus de la marchandisation du vivant au travers d’une généralisation de la PMA, de la GPA, un jour de l’utérus artificiel. Et je pense, comme je l’a déjà écrit sur mon blog, que sur ce terrain les opposants au mariage pour tous ont marqué des points dans la perspective des combats à venir. Permettez au journaliste que je suis de m’élever contre l’interprétation, fausse, de la « petite phrase » d’Arnaud Montebourg, enlevée de son contexte. Pour avoir été, à ce moment précis, sur BFMTV, son propos sur « une poignée de manifestants » ne concernait que ceux d’entre eux qui s’affrontaient aux forces de l’ordre puisque c’était là la question qui lui était posée.

    • Merci Charles pour ce texte fort et juste. Ne nous laissons pas récupérer : nous sommes des prophètes et non des réacs !
      René, je ne crois pas qu’il faille baisser les bras. La mobilisation contre le CPE est ainsi un exemple d’inscription dans la durée, avec des manifestations allant crescendo. Et qui aurait parié la semaine dernière sur autant de monde ce dimanche ?
      La mobilisation LMPT peut être un coup d’arrêt à toutes les dérives libertaires qui se font passer pour des progrès inéluctables, souvent autant partagées à droite qu’à gauche. Un des défis est de ne pas apparaître uniquement anti (càd ‘méchant’ dans la mentalité courante, ce n’est pas pour rien que LMPT est systématiquement désigné comme « les anti mariage homo »)

    • René, j’ai du mal à vous suivre : vous vous félicitez des points gagnés par les manifestants dans le refus de la marchandisation du vivant (moi aussi) mais vous encouragez à abandonner le combat sur la question du mariage ? Consommez-vous des substances illicites avant d’écrire ou défendez-vous la cause du paradoxe pour le plaisir des mots ?
      Certes il est urgent de ne pas radicaliser le combat, ni de se tromper de cause. Mais abandonner la lutte ? Vous avez mal jaugé à qui vous avez affaire, et sous-estimé l’enjeu…
      Avez-vous des enfants ?

      • @Argenttropcher: On se calme s’il vous plaît et on évite les formules pas très sympas. René a apporté une intéressante contribution au débat. Je pense qu’en effet le problème dépasse très largement la question du mariage et que nous devons aller au-delà, même si je crois qu’il ne faut rien làcher au cas où le gouvernement déciderait d’abandonner son projet (ce qui est fort possible).

        • Soit j’ai peut-être été un peu fort, dans l’emballement, donc mes excuses à René, s’il les accepte. Mais si vous aviez raison, et que le problème dépassait largement la question du mariage comme vous le dites, admettons-le, simple hypothèse d’école. En ce cas jusqu’où va-t-il ? Ne nous mentons pas, ce sont les limites de la nature même de notre régime qui sont alors à remettre en question. Avec le risque évident, pour toute initiative, de faire tomber le bon peuple de Charybde en Scylla…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s