Jacques Attali et le Meilleur des mondes

MainTranshumanismeJacques Attali serait-il un « technoprophète » ? C’est-à-dire un de ces étranges intellectuels annonçant, avec délectation, les transformations futures de l’espèce humaine grâce aux miracles de la technique ? Nous pouvons nous poser cette question en lisant son article dans Slate « Vers l’humanité unisexe ». En effet, ce court document nous décrit une humanité mue par un désir d’égalité, de liberté et d’immortalité qui la pousse à se servir du progrès technique pour concrétiser ce désir… Le résultat ? Un monde de stricte égalité, d’indifférenciation, entre les sexes et les orientations sexuelles où la sexualité serait totalement séparée de la procréation, où les enfants seraient conçus par ectogenèse, c’est-à-dire dans des utérus artificiels. Ainsi la femme serait pleinement libérée de l’enfantement ! Il imagine un monde de sexualité libre, d’unions libres, sans aucun mariage, où l’humanité s’est affranchie de tout y compris de la mort ! Oui, la mort, car la technique permettrait de libérer l’Homme de son funeste destin… ou tout au moins de le retarder. 

Jacques Attali n’invente rien. Le futur qu’il décrit a été dépeint avec génie en 1932 par Aldous Huxley dans Le Meilleur des mondes, sauf en ce qui concerne l’immortalité. Dans ce livre, il n’y a plus de famille, les enfants sont conçus industriellement dans des machines. La sexualité est totalement libre et cela dès l’enfance (!). « Chacun appartient à tous les autres » comme le répète toujours les héros du livre. Egalité totale, liberté totale, mais fin des différences, fin des groupes, des familles… et, bien sur, tout est conçu pour que chacun soit un parfait travailleur et un excellent consommateur ! 

Jacques Attali a raison de s’inspirer d’Aldous Huxley car les avancées techniques, les changements culturels et spirituels de notre époque marquent une profonde révolution. Il reconnaît que nous vivons une mutation sociétale, et que le mariage pour tous est une étape de ce changement de civilisation. Nous cheminons vers ce monde et les évolutions qu’Attali décrit, comme l’évolution physique de l’Homme, ou son immortalité, sont recherchées dans certains laboratoires. Il est d’ailleurs intéressant de lire le livre du philosophe Suisse Jean-David Ponci, la biologie du vieillissement, pour constater que la quête d’éternité intéresse de près la recherche scientifique.

L’idéologie désirant faire de l’Homme une créature surpuissante, voire immortelle, par le biais de la technique se nomme le transhumanisme. Elle est sans doute une des folies du début du XXIème siècle car en transformant radicalement l’Homme, on fini par le dénaturer et, in fine, le remplacer par une nouvelle espèce. Jean-Claude Guillebaud a parfaitement décrit cette idéologie dans son livre « La vie vivante » : « Le technoprophétisme apparaît comme une utopie de substitution.(…) Le transhumanisme, en somme, vient combler le décalage existant entre les réalisations techniques dont l’homme s’est montré capable au cours de l’Histoire et l’infirmité meurtrière de son cheminement éthique, moral et politique. (…) Il poursuit des objectifs qui dépassent ceux du Titan Prométhée : accession à l’immortalité, à la puissance absolue, à l’autonomie, à la jouissance parfaite. Même si ses adeptes s’en défendent, il se présente bien comme une eschatologie (du grec eskhatos, « dernier », et logos, « discours »), c’est-à-dire une annonce des fins ­dernières de l’homme et du monde. Rejetant les idéologies mortifères du XXe siècle, il indique un autre chemin pour parvenir à des lendemains qui chantent. Une préoccupation, en revanche, lui est étrangère : l’éthique. » 

Est-ce de la science-fiction ? Jean-Claude Guillebaud répond à cette question par la négative : « En réalité, le projet transhumaniste – il se qualifie ainsi – ne relève plus du futurisme ni du délire. (…) Il inspire dorénavant des programmes de recherche, la création d’universités spécialisées et d’une multitude de groupes militants. Il influence une frange non négli­geable de l’administration fédérale américaine et, donc, le processus de décision politique. Voilà près de dix ans que ledit projet, pour ce qui le concerne, n’est plus cantonné dans le ciel des idées. Il génère l’apparition de lobbies puissants. Les hypothèses qu’il propose ne cessent d’essaimer dans les différentes disciplines du savoir universitaire. » Parmi ces groupes militants, nous pouvons citer l’association « transhumanistes : technoprog’ ».

Mais alors quel est le lien entre le mariage pour tous et cette évolution ? Pourquoi Jacques Attali lie ces deux choses ? Le mariage pour tous marque une réforme essentielle de la famille. Avec ses conséquences directes que sont l’adoption, la PMA et la GPA, il consacrera la procréation artificielle comme un moyen normal d’engendrement. L’ectogenèse, quant à elle, s’imposera d’elle-même dès qu’elle sera au point. Signalons que certaines féministes la réclament déjà. Marcela Iacub, juriste féministe, affirme : « Cela (l’ectogenèse) permettra d’arriver enfin à l’égalité homme-femme, de supprimer la dissymétrie fondamentale entre les sexes, entre les femmes stériles et les femmes fécondes.(…) L’utérus artificiel permet de penser un destin différent pour l’humanité et pour l’identité sexuelle. Rien que pour ça, je suis pour. »

Les règles de l’engendrement ainsi changées, ce sera toute la structure familiale, tous les repères, toutes les généalogies qui seront ainsi modifiées. A cela s’ajoute la tentation du bébé parfait. Si un enfant est conçu dans un utérus artificiel, rien n’empêchera la sélection d’embryons pour correspondre à un projet parental taillé sur mesure. C’est tout le rapport parents/enfant qui sera modifié : l’enfant ne sera plus un don que l’on accueille, que l’on accepte comme il est, mais un projet conçu de A à Z… Projet parfait, à la carte, dont l’accès deviendrait un droit : version ultime d’un droit à l’enfant qui commence à s’installer dans notre droit civil. Comment vivrons ces enfants « parfaits » et surtout comment seront-ils accueillis quand ils ne correspondront pas aux rêves de leurs parents ? 

Mais aussi que deviendra cette humanité « transhumaine » transformée et surtout dénaturée par une technique tout puissante ?  Cette question est vertigineuse et elle est une problématique d’ordre écologique. Ainsi conçu artificiellement, l’Homme nouveau sera totalement sorti de son milieu naturel. Ainsi coupé de sa généalogie, de sa filiation, détaché de son père et de sa mère, l’Homme perdra ses repères naturels. Quel sera son devenir ? 

Jacques Attali s’interroge sur ces lendemains angoissants et il suggère : « Alors, au lieu de s’opposer à une évolution banale et naturelle du mariage laïc, qui ne les concerne pas, les Eglises devraient plutôt se préoccuper de réfléchir, avec les laïcs, à ces sujets bien plus importants: comment permettre à l’humanité de définir et de protéger le sanctuaire de son identité? Comment poser les barrières qui lui permettront de ne pas se transformer en une collection d’artefacts producteurs d’artefacts? Comment faire de l’amour et de l’altruisme le vrai moteur de l’Histoire? » Il pose une bonne question, mais se contredit quand il considère le mariage pour tous comme une évolution banale et naturelle du mariage laïc, alors qu’il est la première étape de ce processus. Mais Jacques Attali a raison en reconnaissant que l’enjeu des prochaines décennies et des prochains siècles sera de protéger le sanctuaire de l’identité humaine. Comment ? Certainement en protégeant l’Homme de lui-même et de sa propension à se prendre pour un dieu à l’aide de la technique. Certainement en développant une écologie humaine qui visera à maintenir la conception naturelle de l’Homme, en lui permettant de s’inscrire dans une filiation humaine, dans une famille avec un père et une mère. C’est exactement ce qu’on fait les Eglises, mais aussi d’autres confessions et des intellectuels non-croyants en s’opposant au mariage pour tous et à ses dérives. 

Le débat actuel est un débat de civilisation. Il nous interroge quant à la société que nous voulons : une société construite sur des repères naturels, ou un monde conçu à partir d’une idéologie techniciste faisant croire à  l’Homme qu’il est un dieu.

transhumanisme

Publicités

20 réflexions au sujet de « Jacques Attali et le Meilleur des mondes »

  1. Le transhumanisme… Une perspective glaçante. Les idéologies du XXe siècle on porté le surhomme… le XXIe aura ses transhumains. Mais ce n’est pas un progrès, puisqu’il ne vise qu’a faire disparaître l’homme. What’s next ?

  2. Si nous restons dans une perspective matérialiste, le futur attalien se heurte à des crises et des guerres qui rendront caducs les développements scientifiques qu’il imagine pour un avenir apocalyptique…

  3. Techonologie, transhumanisme, cyborg … vous reliez tout cela à la dénaturation, la fin de l’homme voire à l’apocalypse (si je lis correctement le post d’A. Delannoy).

    Il est clair que la recherche scientifique s’aventure aujourd’hui sur des pistes qui peuvent amener à une évolution plus ou moins rapide, plus ou moins radicale de l’humain. Il est évident aussi que nous vivons d’ores et déjà dans un monde à la fois beaucoup plus petit et beaucoup plus vaste que celui de nos ancêtres. Il est enfin évident que nous devons réfléchir, anticiper, nous préparer à, voire encadrer ou bloquer certaines révolutions scientifiques annoncées.

    En revanche nous n’arriverons pas à traiter ces questions passionnantes si nous ne réfléchissons pas mieux et plus en profondeur que cela. Le sujet mérite d’aller bien plus loin et comporte plus d’aspects que ce que vous nous proposez, cher Charles. J’espère donc que ce billet n’est que le premier d’une longue série susceptible d’engendrer des fruits intellectuels féconds. Car il y a au moins une chose totalement vraie dans ce que vous écrivez : tout cela est d’ores et déjà à l’horizon. Ce n’est pas lorsqu’on sera dessus qu’on devra se mettre à y penser !

    Cordialement; M.

    • En effet, une réflexion de fond s’impose sur ce sujet. Dans l’Atlas des Utopies, récemment publié par Le Monde et La Vie, Jean-Claude Guillebaud reconnait qu’en France ce sujet est peu abordé, contrairement aux Etats-Unis. Donc oui, continuons la réflexion et, cher Manuel, j’espère bien que vous y participerez notamment en développant les autres aspects de cette problématique. 🙂

  4. Ce debat est celui de l’homme qui a la pretention de tout dominer sans dissernement. Il prone la domination coute que coute en defiant les lois de la nature, en les niant au profit d’une quete normalement impossible. Il impose ses vues irrealistes. Il est incapable d’assumer des choix de vie qui le privent de la normalite. Il oeuvre pour l’insense. Or la science, celle qui aide l’homme, se nourrit d’une grande humilite et epouse dans ses choix les contraintes des lois naturelles. Il est absolument inepte dans la periode difficile economiquement que nous vivons aujourd’hui de voir ce debat pousse sur le devant de la scene quand l’essentiel pourrait manquer a la plupart d’entre nous.

  5. Je pense qu’aujourd’hui le groupe militant le plus puissant sur le transhumanisme est Google :
    – Les fondateurs et patrons de Google ont déclaré à plusieurs reprises vouloir créer l’homme augmenté.
    – Ils ont embauché le grand manitou du transhumanisme, Ray Kurzweil, dans leur équipe d’ingénieurs.
    – Ils ont participé à la création de la Singularity University.
    – L’épouse d’un fondateur (Serguey Brin) dirige une boite de séquençage, analyse et stockage d’ADN, boite financée par google (23andme.com)

  6. « à se prendre pour un dieu à l’aide de la technique » c’est ce que fait l’homme depuis la tentation première « vous serez comme des dieux » et le péché originel, pas d’autre alternative que de L’adorer ou Le singer grotesquement.

    • En effet, le transhumanisme est dans la droite ligne du péché originel. Immortalité, nouveaux pouvoirs, le transhumanisme veut changer l’Homme pour lui donner tous les attributs des dieux. C’est l’idéologie d’un monde sans Dieu, comme le dit Guillebaud, mais surtout l’idéologie d’un Homme qui, après avoir évacué Dieu, désire le remplacer par un Homme divinisé…

  7. Il pose une bonne question, mais se contredit quand il considère le mariage pour tous comme une évolution banale et naturelle du mariage laïc, alors qu’il est la première étape de ce processus.

    ==> Attali le sait parfaitement. Il sait que le mariage actuel est un verrou. Il sait qu’une fois celui-ci devenu inopérant, alors un boulevard s’ouvre pour le déferlement de l’homme augmenté, trafiqué, technicisé. En attirant l’attention des bobeaufs sur les dangers de demain dont il n’a cure, et en faisant passer les dangers qui nous menacent dès à présent pour d’anecdotiques adpatations juridiques à des évolutions sociétales déjà installée dans la société, il banalise le danger présent et en détourne l’attention en orientant celle-ci vers des dangers à venir. Ainsi il se fait rassurant pour le présent et reporte l’inquiétude sur l’avenir, le plus tard qui devrait d’ores-et-déjà mobiliser notre réflexion et susciter nos craintes. Il prend en charge les craintes présentes et les déplacent vers un objet situé dans le futur !

    « Mais Jacques Attali a raison en reconnaissant que l’enjeu des prochaines décennies et des prochains siècles sera de protéger le sanctuaire de l’identité humaine. Comment ?
    ==> à ce moment-là il sera trop tard ! son machiavélisme aura eu raison de l’honnêteté bon marché des bobeaufs crédules !

    « Certainement en protégeant l’Homme de lui-même et de sa propension à se prendre pour un dieu à l’aide de la technique. Certainement en développant une écologie humaine qui visera à maintenir la conception naturelle de l’Homme, en lui permettant de s’inscrire dans une filiation humaine, dans une famille avec un père et une mère.  »
    ==> très juste mais Attali s’en moque comme d’une guigne.

    « C’est exactement ce qu’on fait les Eglises, mais aussi d’autres confessions et des intellectuels non-croyants en s’opposant au mariage pour tous et à ses dérives. »
    ==> absolument. La bataille se mène dès à présent. Avec le projet transhumaniste de post-humanité toute puissante, il n’y a aucun compromis possible : la moindre concession se paiera au prix fort !

  8. Merci Charles pour cet ARTICLE plein de sens, particulièrement édifiant…..
    La problématique posée « Que deviendra cette humanité « transhumaine » transformée et surtout dénaturée par une technique tout puissante ? » interpelle….

    et renvoie dès lors à cette volonté effrénée, excessive de la bio technologie d’intervenir directement sur le patrimoine génétique des espèces, sur le vivant, de modifier la nature biologique de l’homme rendant dès lors possible l’inimaginable….. celle du « post humanisme… ». Mais cette réflexion que tu partages montre finalement et avec étonnement ce dialogue étrange entre le premier Homme (Adam/Eve) et le serpent qui lui annonça « Vous serez comme des Dieux »…..Dieu a répliqué son image à travers sa créature, mais l’homme en transformant le patrimoine génétique, l’ADN de Dieu, n’imprime-t-il pas du coup l’image même du tentateur…..Je vous laisse bien évidemment méditer l’image…

  9. Ping : Au-delà d’un million | Rue de Vaugirard

  10. Ping : Iron Man 3, transhumanisme et Marketing. | Le monde tourmenté d'un Fol Bavard

  11. Ping : Le Gouvernement serait-il mal-à-l’aise avec l’écologie ? | Rue de Vaugirard

  12. Bonjour,

    je découvre votre article par le biais d’une critique cinématographique de Fol Bavard.
    Excellent !

    On peut rajouter le dernier Dan Brown et son projet transhumaniste « d’enfer »(« inferno ») : j’en parlais ici, notamment en faisant d’autres parallèles : http://pepscafeleblogue.wordpress.com/2013/08/19/lhomme-meilleur-un-projet-transhumaniste-denfer-a-decrypter-dans-le-dernier-dan-brown/

    Cordialement,

    Pep’s

    PS : j’ai également découvert votre participation aux « Cahiers libres » !

  13. Merci pour votre article. Je vous propose également de découvrir mon billet en lien avec l’article que vous avez rédigé par rapport au texte de Jacques Attali. Votre analyse est très juste et vous découvrirez sur mon blog un point de vue proche du votre mais relu sous un autre angle. Bien amicalement,

  14. Ping : ATTALI Jacques, technoprophète ? [10%] | Le transhumanisme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s