De Gaulle était-il démocrate-chrétien ?

Peut-on voir en Charles de Gaulle un démocrate-chrétien ? La question peut paraître incongrue tant le MRP s’est enfoncé dans l’antigaullisme et a contribué à la légende noire faisant de De Gaulle un contre-révolutionnaire maurassien.

Pourtant la question mérite d’être posée car quelques chrétiens-démocrates ont vu en lui un des leurs, et certains auteurs ont relevé un grand nombre de liens de parenté entre le gaullisme et la démocratie-chrétienne. Nous l’avons vu précédemment, les liens entre ces deux familles furent passionnés, mélanges d’attraction et de répulsion, avec une réelle proximité idéologique mais aussi quelques points d’achoppements. Ces deux familles de pensées sont voisines et même cousines. Pour comprendre cette parenté il faut se pencher sur la personnalité et les idées du Général.

De Gaulle a plusieurs fois exprimé son attachement à la famille démocrate chrétienne. Après la guerre il a dit à Georges Bidault « je suis un chrétien social », il a affirmé aussi « Le MRP a un père spirituel, Marc Sangnier, moi je suis son père nourricier». Marc Sangnier, une des grandes figures démocrates chrétiennes à qui il a dit : « Je suis de votre famille spirituelle ». De Gaulle se reconnaissait dans cette famille de pensée, il le dit explicitement même s’il ne souhaitait s’engager dans aucun parti. Il a soutenu et d’une certaine façon désiré la création du MRP. Il souhaitait pour la France un grand « parti conservateur intelligent donc social », une démocratie chrétienne. Ce souhait venait de sa proximité avec cette famille : avant-guerre il était un lecteur de Temps présent, Sept et surtout l’Aube dans lequel il a écrit. Il a soutenu ce journal en faisant parti de l’association des Amis de l’Aube. Toutes ces publications sont proches de la démocratie chrétienne. En revanche il lisait peu l’Action française et dans ses différents contacts politiques on trouve des démocrates chrétiens du PDP, de la Jeune République ou des républicains comme Paul Reynaud…mais pas de maurassiens.

Il faut aussi mentionner sa conviction pour l’idée de participation des ouvriers aux bénéfices de l’entreprise. Cette idée est récurrente chez de Gaulle, et il considérait que seul le MRP pouvait faire triompher ce projet. Il l’a dit à Georges Bidault : « Vous seul pourrez libérer les ouvriers ». Il disait « libérer » pour évoquer la fin du « salariat » qui était le système où l’ouvrier reçoit un salaire fixe indépendant des résultats de l’entreprise. Jean-Marie Mayeur traite des liens entre de Gaulle et le catholicisme social dans son livre catholicisme social et Démocratie chrétienne. Mayeur, est d’abord d’une grande prudence, car il rappelle que la pensée du Général « ne saurait se réduire à un système ». Néanmoins, il rappelle les multiples apports du catholicisme social chez de Gaulle et il fait le lien entre l’idée gaullienne de participation et la doctrine sociale de l’Eglise. A la fin de ce texte, Mayeur indique que de Gaulle est davantage proche de la démocratie d’inspiration chrétienne que du catholicisme social intégraliste d’Albert de Mun ou de La Tour du Pin qui souhaitaient mettre en place un ordre social chrétien. Mayeur le situe donc davantage vers les démocrates chrétiens du MRP que vers les traditionnalistes, bien que son héritage familial soit légitimiste.

Sur les convictions philosophiques du Général, il faut bien entendu regarder du point de vue de ses convictions religieuses. Michel Brisacier traite ce sujet avec justesse dans son livre La foi du Général. Catholique pratiquant, de Gaulle était un croyant convaincu qui a reçu une éducation catholique. Son père, Henri de Gaulle, était un professeur de philosophie chez les Jésuites de la rue de Vaugirard. Ce dernier était légitimiste, mais il était convaincu par l’innocence du capitaine Dreyfus, et il était très influencé par le catholicisme social. Une personnalité catholique a beaucoup influencé Henri de Gaulle et sa famille : Frédéric Ozanam. Le père d’Henri de Gaulle, Julien-Philippe, l’a beaucoup connu et son œuvre passionnait le père du Général. Ozanam a été un des premiers démocrates chrétiens en 1848. Ozanam était aussi un catholique féru de liberté, proche de Lacordaire et de Montalembert. On retrouve chez le jeune Charles de Gaulle une filiation envers ces hommes. De Gaulle n’a jamais caché son admiration pour Montalembert, et dans sa jeunesse il lisait le journal catholique libéral Le Correspondant. Donc lorsque les cadres du MRP faisaient du Général un traditionnaliste, ils commettaient une erreur d’appréciation. Bien sur, l’influence de Bonald et Maistre ne peut-être nulle car Henri de Gaulle était légitimiste et les catholiques libéraux lisaient et respectaient les théoriciens de la Contre-révolution. Mais de Gaulle avait dépassé ces auteurs anciens et avait beaucoup d’autres références plus récentes. François-Georges Dreyfus, dans son livre De Gaulle et le gaullisme, analyse les sources de la pensée gaullienne. Il ne mentionne pas les sources évoquées par Brisacier. Mais les deux historiens se complètent. Parmi les sources gaulliennes, Dreyfus ne mentionne ni Maurras, ni les contre-révolutionnaires. Mais il voit un de Gaulle nourri par différentes pensées et différents auteurs. En premier Charles Péguy, l’auteur préféré du Général mais aussi aimé et lu par de nombreux démocrates chrétiens. Péguy était le maître à penser d’Edmond Michelet, qui se servit de passages de l’Argent pour rédiger son appel à la résistance du 17 juin 1940 à Brive-la-Gaillarde. Michelet était démocrate chrétien mais aussi un fervent gaulliste. Péguy a influencé de Gaulle par une forme de nationalisme et un esprit chevaleresque de mépris de l’argent, de dépassement de soi et de volonté d’unité nationale. Dreyfus mentionne aussi l’influence de Maurice Barrès, auteur nationaliste, républicain et social. Mais aussi, il se réfère à un vivier d’intellectuels qui est une source commune à de Gaulle et au MRP : les non-conformistes des années 1930. Ces non-conformistes sont imprégnés de la pensée de Péguy, mais aussi du philosophe juif Bergson. Ce dernier était le maître à penser du responsable de la doctrine du MRP, le philosophe Etienne Borne. Borne, était un de ces non-conformistes, mais après guerre il devint très vite antigaulliste.

Il y a donc une évidente inspiration démocrate-chrétienne chez de Gaulle. Néanmoins, faire du Général un démocrate-chrétien serait exagéré et mal comprendre sa pensée qui « ne saurais se réduire à un système » comme le disait Jean-Marie Mayeur. D’autres apports sont venus enrichir sa vision du monde et lui-même n’acceptait pas d’être réduit à un courant de pensée. Ses propos se rattachant au christianisme social étaient d’ordre privés : Auréolé du statut de leader de la France Libre, il entendait rassembler la nation et toutes ses familles de pensées… De Gaulle avait une inspiration démocrate-chrétienne mais le gaullisme a agrégé un grand nombre de personnes, de familles politiques différentes, toutes réunies autour du Général et de la « certaine idée » qu’il se faisait de la France, de l’Homme et de la société.

A suivre…

PS : La question de la foi de Charles de Gaulle est un sujet qui a récemment inspiré de nombreux auteurs. Outre ceux que j’ai cités, il y a deux ouvrages et un colloque qui apportent d’intéressantes lumières :

Une vie sous le regard de Dieu, par Laurent de Gaulle (petit neveu de Charles) aux éditions de l’œuvre.

Charles le Catholique, De Gaulle et l’Eglise, par Gérard Bardy (ancien patron du Pèlerin) aux éditions Plon.

Charles de Gaulle, chrétien, homme d’état, colloque de la Fondation Charles de Gaulle.

Publicités

2 réflexions au sujet de « De Gaulle était-il démocrate-chrétien ? »

  1. Ping : La Démocratie-chrétienne aujourd’hui et demain | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s