Le parti de la fidélité

Les 25 et 26 novembre1944 s’est tenu à Paris le congrès fondateur du Mouvement Républicain de Libération qui changea très vite de nom pour devenir le Mouvement Républicain Populaire, le MRP. 

Il est le parti de la Résistance, le plus important mouvement politique créé en 1944 (les autres nouveaux sont très modestes et n’ont pas toujours de ligne politique claire, c’est le cas de l’UDSR, l’union des démocrates sociaux de la Résistance), et le seul qui se réclame de la fidélité au Général de Gaulle. L’organe de presse du MRP, le quotidien l’Aube, n’a pas hésité à le qualifier de « Parti de la fidélité ». Fidélité au Général de Gaulle, au programme du Conseil national de la Résistance (CNR), comme le dit son éditorialiste et premier Président du MRP, Maurice Schumann. 

Le MRP a donc l’image d’un parti Gaulliste, d’un parti de résistants : son symbole est la Croix de Lorraine, le portrait du Général figure sur certains tracts et son nom est sur les professions de foi. Maurice Schumann, la « voix de Radio Londres » a été son porte-parole. Charles de Gaulle a lui-même dit à Georges Bidault: «Le MRP a un père spirituel : Marc Sangnier, moi je suis son père nourricier » (propos rapportés par Edmond Michelet et Louis Terrenoire). Marc Sangnier, le fondateur du Sillon, a été choisit par le Mouvement comme Président d’honneur. 

Il est aussi un parti profondément réformateur…Révolutionnaire ! Il le dit dans toutes ses publications. Son slogan ? « La révolution dans l’ordre et par la loi ». Sans violence, dans la légalité, le MRP veut réformer en profondeur les institutions politiques mais aussi sociales. Son programme reprend celui du CNR présidé par Georges Bidault un des fondateurs du Mouvement : Vote des femmes, mise en place d’une Sécurité sociale : assurance maladie, retraite par répartition. Mise en place de la IVeme République… Sur ce dernier point, une précision s’impose.La IVeme République rêvée par le MRP n’a rien à voir avec le régime instable qui sera mis en place en 1946. Ils défendent un régime stable, avec un exécutif fort ayant recours au référendum. Lors de l’élection de la première Assemblée constituante, en 1945, le MRP a défendu des idées qui ne sont pas sans rappelerla Veme République… Le MRP est donc en rupture totale avec la IIIeme République. 

Mais le parti de la fidélité a été pris dans la tourmente de la vie des partis : avec des succès et des tempêtes. 

La fondation du mouvement s’est faite dans l’enthousiasme. La Résistance chrétienne s’est majoritairement agglomérée dans le « Mouvement Républicain de Libération ». L’Action catholique de la jeunesse française, les anciens du PDP, une partie de ceux de la JR (celle-ci s’est reconstituée et à refusée de rejoindre le mouvement) ont apporté le gros des nombreuses troupes du nouveau mouvement. La camaraderie avec les autres résistants, communistes, royalistes, républicains, a créé une atmosphère utopiste en cette fin 1944. Les jeunes gens du parti, sans la moindre expérience, ont cru à une « Union sacrée » avec les autres courants politiques, les lettres du Lyonnais Gilbert Dru (mort mi-44) en témoignent. Mais très vite, les démocrates-chrétiens vont perdre leurs illusions. 

Les formations politiques d’avant-guerre se sont reconstituées. La SFIO, le parti radical sont revenus et ont repris leurs habitudes politiques. Le Parti communiste, soumis à Staline, n’a pas non plus joué le jeu de l’Union nationale. Tous, y compris le MRP, ont été représentés au premier gouvernement provisoire (GPRF), présidé par de Gaulle. Ce premier gouvernement a mis en place le programme du CNR : vote des femmes, Sécurité sociale, création de l’ENA, nationalisations de certaines grandes entreprises (Charbonnages, SNECMA etc.)…Toute l’année 1945 jusqu’au 2 novembre a été sous le gouvernement du GPRF. Le pays était en guerre contre le Reich jusqu’au 8 mai, et en guerre en Indochine d’abord contre les Japonais puis contre le Viet-Minh : en plus d’être en reconstruction, la France était encore en guerre. 

L’élection de la première Assemblée constituante le 21 octobre n’a pas permis de donner la majorité absolue à un parti…Pour cause de scrutin proportionnel. L’Assemblée était partagée entre trois grands partis (et quelques autres petits), c’est le « tripartisme ». Les communistes et les socialistes étaient majoritaires mais peu unis. 

Cette Assemblée a fonctionné malgré d’incessantes divisions, notamment sur la composition du gouvernement qui en était issu. De Gaulle lui-même a été attaqué, et le MRP s’est levé pour le défendre…c’est à cette occasion que Maurice Schumann a écrit dans l’Aube  « Le parti de la fidélité »

En revanche, il n’y pas eu de consensus sur la constitution…Une majorité socialo-communiste a voté un projet constitutionnel auquel le MRP, la droite et de Gaulle étaient opposés. Une chambre, un gouvernement « dans » le Parlement et entièrement soumis à lui, la peur d’un régime faible dirigé par une Assemblée pouvant facilement basculer dans le communisme faute de contrepouvoir efficace. 

La tension avec les communistes est à son comble. Le MRP a très vite endossé le rôle de parti anticommuniste, oubliant vite ses illusions de 1944 et il est le seul à combattre ce projet présenté aux électeurs par referendum le 5 mai 1946. 

Le seul ? Oui, car le Général de Gaulle s’est retiré. Le 20 janvier 1946, de Gaulle a démissionné du GPRF, laissant sa place à Felix Gouin. Il s’est alors enfermé dans le silence pendant la campagne référendaire… Le MRP a continué de le soutenir, même si un grand nombre d’entre eux se sont senti seul ou n’ont pas compris une telle décision. Le MRP était donc le seul et principal rempart face à cette menace. 

Le projet constitutionnel a été repoussé le 5mai 1946. Ce succès à marqué la première grande victoire du MRP qui a juste après obtenu un très grand nombre de députés lors de l’élection de la deuxième Assembléele 2 juin et cinq ministres au GPRF. 

Un second projet a été préparé. Celui-ci ne correspond toujours pas aux idées du MRP diffusées dès 1944. Mais il est plus « acceptable » que le précédent. Il a deux chambres, le gouvernement a plus d’indépendance vis-à-vis du Parlement…Les députés MRP sont nombreux à l’accepter en soutenant qu’ils pourront toujours l’améliorer après. Un autre argument, de taille, s’impose à eux : depuis la Libération, la France n’a pas de constitution…soit depuis plus de deux ans. Les Français sont lassés, voire démoralisés de cette situation provisoire. Le MRP considère donc qu’il faut donner à la France un régime légitime et sortir du temporaire. Le Mouvement soutien donc le projet… 

Ils s’avancent en contradiction avec le Général de Gaulle qui a tenu à s’exprimer le 16 juin 1946 à Bayeux. Dans ce discours resté très célèbre, de Gaulle exprime ses idées constitutionnelles. Le projet de 1946 n’a pas tenu compte de ses recommandations et le Général l’a rejeté. 

La rupture avec Charles de Gaulle donc est consommée. Le parti de la fidélité n’est plus, vive le parti de la IVème République. 

Le MRP a-t-il loupé son rendez-vous avec le succès en rompant avec le Général ? Mais pouvait-il faire autrement ? Gaullisme et Démocratie-chrétienne pouvaient-ils se rencontrer ? 

A suivre…

Publicités

7 réflexions au sujet de « Le parti de la fidélité »

  1. Ping : Revue de Presse : édition spéciale chrétiens et politique « Lemessin

  2. Ping : La Démocratie chrétienne contre de Gaulle | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

  3. Ping : Le MRP et la Vème République | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

  4. Ping : De la Démocratie chrétienne au centrisme | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

  5. Ping : Gaullisme et Démocratie-chrétienne | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

  6. Ping : De Gaulle était-il démocrate-chrétien ? | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

  7. Ping : #RadioLondres Les carottes ne sont pas cuites… Je répète… les carottes ne sont pas cuites. | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s