Anonymous et pseudonymous

L’anonymat est un sujet sensible qui met parfois en émoi la blogosphère. Ce fut le cas ces derniers temps, et cela m’oblige de faire une petite pause (le temps d’un papier) dans la série sur l’histoire de la Démocratie chrétienne… En effet, les mystérieux Anonymous défraient régulièrement la chronique par leurs cyberattaques de sites gouvernementaux, ce qui leurs vaut alternativement des louanges et des virulentes critiques. Les blogueurs sous pseudonymes sont aussi pointés du doigt. Un tweet de l’abbé Amar, du Padreblog, a récemment crééla polémique. L’abbé critique le recours au pseudonyme par des blogueurs catholiques. Levée de boucliers immédiate ! De nombreux blogueurs se sont sentis blessés par cette remarque et des articles ont été rédigés en réponse. Henry le Barde, Amblonyx Cireneus ont écrit d’intéressants papiers à ce sujet…et l’abbé Amar à conclu le débat par un long texte où il développe sa pensée. Une belle homélie qui parait dure et sévère au début, mais qui est tempérée par un raisonnement très pertinent et pragmatique à la fin. 

Je n’ai pas l’intention d’ajouter un article supplémentaire à ce débat. Mais je tiens simplement à opérer le distingo essentiel que mettent en avant l’abbé Amar, Henry le Barde et Amblonyx : l’anonymat est différent du pseudonymat. 

Le pseudonymat reprend la tradition littéraire du « nom de plume ». Ecrivains, journalistes, artistes ont fréquemment recours au pseudonyme pour différentes raisons : besoin de respecter un devoir de réserve, volonté de protéger sa vie de famille d’une vie publique trop envahissante ou encore recherche d’humilité, le nom de plume n’est pas un voile dissimulant la personnalité de son auteur ou le noyant dans un néant, un « non-nom » qui est le sens même de l’anonymat. Les blogs à nom de plume sont nombreux et généralement de qualité. Une grande partie d’entre eux se retrouvent à la Fraternité des amis de Saint Médard (FASM), on peut citer par exemple Edmond Prochain, Henry le Barde, Amblonyx Cinereus, Une catho à l’hosto ou encore Koztoujours qui a pu révéler son identité après avoir obtenu certaines sécurités au niveau de son travail et avec l’accord de sa famille (ce qui est essentiel). Mon blog est de ceux là. Si vous lisez nos articles, nos tweets ou notre mur Facebook vous verrez non seulement nos opinions, nos convictions mais aussi notre personnalité. Si jamais vous nous croisez à la FASM, aux Semaines sociales, aux Etats généraux du Christianisme ou ailleurs, vous verrez nos visages et vous échangerez avec nous… Nous ne sommes pas des hors-la-loi cachés derrière nos pseudos comme un agent secret derrière son nom de code. Non, nous sommes des hommes et des femmes libres, qui s’expriment librement et personnellement. 

Au contraire, l’anonymat est quelque chose de terrifiant et l’abbé Amar dénonce avec raison cette technique qui peut parfois relever de la perversité. 

Le meilleur exemple est celui des Anonymous et leur slogan résume bien le problème : « We are anonymous, we are legion, we don’t forgive, we don’t forget, expect us ». Ce qui donne en français : « Nous sommes anonymes, nous sommes légion, nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas, vous ne payez rien pour attendre… ».  

« Nous sommes légion » pourrait faire penser a une référence à l’Evangile. Se comparent-ils aux démons qui ont possédés le Gérasénien, pauvre hère qui vivait dans des tombeaux ? Des milliers de démons qui possédaient un seul homme. Des milliers de démons qui ont répondu ceci à Jésus qui leur demandait leurs noms : « Mon nom est Légion, car nous sommes nombreux » (Marc 5-9). Jésus a exorcisé le pauvre homme, et ils sont partis en rentrant dans deux milles porcs qui se sont précipités du haut d’une falaise. Les Anonymous semblent avoir de drôles de références…sans doutes comparent-ils le piratage d’un ordinateur ou d’un serveur avec la possession d’un homme par une légion de démon. A cela ils ajoutent qu’ils ne pardonnent pas… C’est dur. 

Cet anonymat est surtout terrifiant pour les pirates eux-mêmes. Dissous dans cette légion, dissimulés derrière le même masque (celui du film V pour Vendetta), chacun n’a plus d’identité. Il n’est plus qu’un numéro agissant. Un journaliste du Baltimore City Paper est allé jusqu’à définir les anonymous comme une « superconscience ». Une intelligence collective…qui noie la conscience de chaque hacker ? Voila une définition du totalitarisme… Ce qui se confirme par un autre de leur slogan : « Nous ne sommes pas un groupe mais une idée ».  Ils n’ont plus rien d’humain, les voila réduits à devenir une « idée »…un pur esprit ? Il semble qu’ils aiment se comparer à des démons, ce qui est de bien mauvais goût. 

Enfin, l’idéologie des Anonymous et autres pirates est la liberté totale et absolue du Net. Pas seulement sur le sujet de la liberté d’expression, mais aussi et surtout la liberté de consommer les « biens immatériels » gratuitement… Donc télécharger des séries, des films, des documents gratuitement. Je ne m’étendrai pas sur le sujet de la propriété intellectuelle tant il est vaste complexe. Certaines de leurs revendications peuvent se défendre. Néanmoins Cédric Biagini, dans « La Décroissance », met le doigt sur la dimension ultralibérale de l’idéologie des partis pirates qui ont un discours semblable aux Anonymous. Finalement, la liberté du Net des Anonymous n’est-elle pas celle d’être un consommateur sans frein ? Bien sur, l’activisme des hackers masqués ne se limite pas à cela : Ils ont aussi attaqué l’Eglise de Scientologie, les ex-dictatures arabes, les cartels mexicains… Mais cette exaltation de la liberté individuelle se fait par le biais d’un mode de fonctionnement totalitaire noyant l’individu dans une société secrète masquée… 

Il n’y a pas que les Anonymous qui fonctionnent comme cela. L’Histoire est pleine de corbeaux signant d’un X ou d’un faux nom mystérieux…des « pseudonymous » qui ne révèleront rien de leur personnalité et qui n’existent que dans l’invective etla dénonciation. Lesforums en sont remplis, certains sites extrémistes fonctionnent comme cela. Ce sont ceux là que dénoncent les opposants à l’anonymat et non les blogs à nom de plume.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Anonymous et pseudonymous »

  1. Curieux mélange que les Anonymous : un côté ultraconsumériste, tu l’as dit. Un aspect loi du plus fort assumé (quand on se sert de ses connaissances techniques pour bloquer un site, on est clairement sur ce registre), une idéologie un peu gauchisante également (leur soutien aux OWS)… Bref, beaucoup de choses sympathiques ou non, suivant les points de vue.
    Je trouve tout ça authentiquement 68ard, au fond. Avec les mêmes contradictions en bonus.

  2. Ping : Anonymous et pseudonymous | Coups de coeur | Scoop.it

  3. Et si ce qui liait les anonymous n’était simplement que des moyens d’actions similaires, et une volonté d’avoir une existence politique qui ne leur est plus possible par les voies normales ? On comprendrait alors les dérapages de-ci et de-là, tout le monde pouvant se revendiquer à tout moment de ce groupe informe. Un groupe qui n’aurait peut-être pour but que d’offrir la possibilité à des citoyens lambda de dire : « J’existe ! » … mais de le dire fort.

  4. Ping : Revue de Presse : abus, froid, exclus, carême et JMJ ! du pire au meilleur ! « Lemessin

  5. Ping : L’usage des pseudonymes dans le black metal « Inner Light

  6. Ping : Pseudonymat, un masque pour quoi ? « Carnet2route

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s