Après l’affaire Castellucci : les blogs et le devoir d’information.

La blogosphère chrétienne connaît souvent des épisodes remuant. Ce fut le cas lors de la polémique qui a touché la représentation à Paris de la pièce de théâtre : « Sur le concept du visage du Fils de Dieu » de Romeo Castellucci. « L’affaire Castellucci » comme il convient de l’appeler a suscitée de très vives passions. D’abord il y a eu des appels à « Défendre le Christ » de la part d’organisation très à droite comme Civitas ou le Renouveau Français (entre autre). Puis, de nombreux blogueurs et personnalités ont exprimé une opinion divergente appelant les chrétiens à raison garder. J’ai été dans cette deuxième catégorie. 

Une polémique est née de la confrontation des deux points de vue. Commentaires de blogs, pages Facebook, tweets, propos radiophoniques, le débat était houleux pour ne pas dire âpre et violent. Certains ont été copieusement insultés commeMyriam Picardqui s’est fait maltraitée sur une station de radio se revendiquant de la bienséance… J’ai moi-même été malmené sur mon mur Facebook et j’ai même reçu un mél d’insulte très violent d’un petit jeune de 19 ans… 

Cette polémique terrible a été suivie d’une autre vague de discussion (plus soft que la précédente). En effet, un troisième point de vue est apparu qui ne concerne pas la pièce en elle-même : Certains blogueurs ont regretté que les divisions des chrétiens aient été étalées sur la place publique. Affirmant que « nous ne sommes pas seuls », ils semblaient déplorer les réactions à l’encontre des groupes extrémistes qui ont attaquéla pièce. Nonpour défendre Civitas, ils n’ont pas d’accointance avec eux, mais pour condamner ces divisions. 

J’avoue que ces déclarations m’ont laissé perplexe. Ils disent une vérité : les divisions font du tort à l’Eglise. Le Christ nous a appelés à l’unité. Je suis d’accord la dessus. 

Mais malgré tout je ne parviens pas à souscrire à ce discours. Pourquoi ?

Car j’ai le sentiment que cette attitude ne peut pas être satisfaisante. Le père Stéphane Lemessin dit une chose très intelligente dans sa dernière revue de presse : « Sur le fond, je suis d’accord, mais je vous avoue (oui, aujourd’hui, je sors de ma réserve) que cette demande me laisse un arrière-goût amer. Celui d’une unité qui serait uniforme, où tout le monde penserait pareil. Soyons honnêtes, ça n’a jamais existé. Si l’on regarde les Actes des Apôtres, alors que l’on fouettait les disciples de Jésus, Pierre et Paul eux-mêmes ont eu des points de vue différents. Donc si ces appels sont beaux, ils me semblent iréniques et irréalisables, car j’ai beau être gentil et accueillant, Civitas et moi, on n’a pas le même combat ! »

Iréniques et irréalisables. Je suis d’accord. Si tous les blogueurs et journalistes chrétiens avaient décidé de ne rien dire de ces organisations au nom de l’unité, qu’aurions nous eu ? Tout simplement c’est Civitas, le Renouveau Français et l’Action Française qui auraient joué le rôle de leaders incontestés des catholiques français… Une catastrophe. L’Eglise de France aurait eu le visage de l’extrême droite et de l’intégrisme… Rien de mieux pour anéantir tout travail d’évangélisation.

Mais heureusement nous avons bougé. Nous avons diffusé des informations cruciales sur ces mouvements : leurs liens avec la Fraternité Saint Pie X (qui n’est pas encore réintégrée dans l’Eglise), leurs idéologies extrémistes, leurs rapports avec des groupuscules néofascistes etc.

De nombreux fidèles sincères et fervents se sont laissés entrainés par ces groupes qui pratiquent un marketing viral sur le net. La grande majorité de ces gens ne savaient rien de ces mouvements. Certains blogueurs parlent de manipulation et Mgr Vingt-trois a employé le terme « d’idiots sympathiques » : des personnes désinformées qui servent à faire du nombre.

Pouvions-nous laisser ces centaines de chrétiens suivre Civitas et cie ? Si nous voyons des gens marcher vers un précipice, est-ce notre devoir de ne rien dire pour ne pas faire de vague et ne pas contrarier l’unité ? Bien-sur que non.

Nous autres blogueurs et journalistes chrétiens avons eu accès à un grand nombre d’information. Nous avons beaucoup reçu, alors il nous est beaucoup demandé. Intervenir lors de cette polémique, prendre parti dans ce débat n’était pas un luxe ni un « emportement » de notre part. C’était juste notre devoir de fidèle engagé.

Le blogueur, le journaliste chrétien a un devoir d’information. Obéir a cette vocation implique de prendre des risques, notamment celui de déplaire, de se faire insulter. Nous sommes nombreux à avoir assumé ce risque. Mais je suis convaincu que cette polémique, malgré quelques dégâts, a porté de nombreux fruits. Elle a notamment permis l’émergence de nombreuses propositions par rapport à Golgota Pic-Nic, je pense en particulier au très bon article de Jean-Baptiste Maillard.

Je ne suis pas un blogueur très ancien et cette polémique et les conclusions que certains en ont tirées auraient pu me décourager. Mais non, je suis au contraire plus que jamais motivé pour continuer d’écrire et de dénoncer certaines choses quand elles doivent l’être. J’aime trop l’Eglise pour me taire.

PS : Il y a eu récemment une autre polémique qui a touché un sujet beaucoup plus politique : le libéralisme. La lettre ouverte à mon frère chrétien libéral a été écrite sans nommer personne. Le frère libéral est un personnage fictif « incarnant » certains travers que peuvent donner un raisonnement entièrement construit sur une idéologie. Je n’ai aucune animosité envers personne et je dialogue avec tous. Ce sont des constructions idéologiques que je désapprouve, pas des individus. J’ai utilisé ce style car récemment, des libéraux militants ont écrit une lettre du même type aux Indignés. C’est une légitime réponse à ce texte. Suite à cela j’ai fait l’objet d’attaques personnelles sur un blog. Des propos aux limites de l’insulte, où la charité chrétienne était totalement absente. C’est une attitude que je déplore totalement sauf sur un point : ces agressions m’ont fait dela publicité. Merci ! LOL.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Après l’affaire Castellucci : les blogs et le devoir d’information. »

  1. Ce n’est pas une question de faire de la pub ou non (surtout que si c’est le cas, j’en suis bien heureux, même si d’autres blogs vous apporteraient plus de trafic). C’est juste un usage courant, sur les blogs et Internet en général, de mettre un lien vers les articles auxquels on se réfère ouvertement et précisément (ce qui était le cas de l’article d’Incarnare et comme vous auriez pu le faire, tenez, en reprenant in extenso le titre de mon billet – sauf si vous citiez quelqu’un d’autre que je n’aurais pas vu passer, ce qui est possible).
    Cela permet au lecteur d’aller apprécier le texte d’origine en lui-même et la totalité de l’argumentation et garantit par là-même l’honnêteté des débats (afin de dépasser le cas du « libéral » pour le coup très fictif) et cela signale à l’auteur que son billet fait l’objet d’un commentaire.

    Tout cela participe, en l’occurrence, du « dialogue avec tous » que vous invoquez 😉

  2. En parlant de pub je faisais un trait d’humour…;-) Je ne discute pas le fait de faire des liens vers des sites mentionnés. Je pratique d’ailleurs cela. Ce que je n’aime pas c’est le la descente en flamme. Son propos était particulièrement sévère et surtout on sentait en lui une forme de colère un rien exagérée…lui même le reconnait en disant que « ça le met en rogne ». Je sais bien qu’il n’y a que la vérité qui blesse mais tout de même…Je ne le visais pas personnellement puisque je ne connaissais ni ce gars ni ses écrits. Mais bon, s’il s’est reconnu dans le personnage que je décris…ça veut dire que le « frère libéral » souffrant d’une allergie à l’Etat de niveau « top » existe bel et bien. Tiens ! Un exemple amusant : par hasard je passe sur un certain blog (allez je cite : le Salon beige) et que vois-je : un lien amical vers un article de « Contrepoint »…Article décrivant Sarko comme un socialiste de droite a cause de son rapport à l’Etat. En lisant ce texte un rien grandguignolesque on a l’impression que quand on fait intervenir l’Etat, quand on n’est pas favorable a une sorte d’Etat maigrichon, minimal on serait un socialiste…C’est le sommet de la caricature !

  3. Peut-être un trop plein des mêmes rengaines éculées et fausses sur le libéralisme (pas d’Etat, la main invisible, etc.). C’est un courant de pensée complexe, hétérogène, où les libéraux se critiquent entre eux, où certains sont détestables, inquiétants, d’autres quasi « sociaux-démocrates », aux sources philosophiques très diverses. Mais on appelle tout ça « les libéraux », en mettant Constant, Tocqueville, Burke, Hayek et Nozick (et j’en passe des dizaines) dans le même panier. Donc, oui, un papier d’humeur.

    Quant aux liens du SB vers Contrepoints, ils sont typiques de ce que Huguenin (un critique très intelligent du libéralisme, pour le coup) dénonce chez les libéraux français (pas les penseurs, qu’on ne lit pas en France, mais les sympathisants) : le libéralisme des français se limite à négocier des baisses d’impôts (mais des hausses du subventions pour leurs entreprises si possibles), râler contre les radars et les interdictions de fumer, etc. Bref, du poujadisme maquillé en libéralisme. Témoin cet article d’Atlantico que j’ai mis en ligne sur Facebook hier, qui plaidait, ironie du sort, pour un libéralisme non caricatural, mais qui aurait apporté beaucoup d’eau à votre moulin dans votre critique 😉

    En outre, les libéraux de droite très à droite, ce sont souvent des gens libéraux sur le plan économique (surtout quand ils ont les moyens) mais pas sur le plan politique ni moral. Quand on est libéral, un minimum de cohérence s’impose.

    • Vous montrez vous même qu’être libéral n’est pas une sinécure. Les libéraux très à droite (style radio courtoisie, encore hier soir Henry de Lesquen se qualifiait de libéral) aiment se dire contre-révolutionnaires…un comble ! Le libéralisme est un produit des lumières. En effet, je pense qu’il faut être cohérent. D’accord sur l’aspect poujadiste d’une certaine frange du libéralisme. Néanmoins je trouve que par votre description, intelligente, de la galaxie libérale, vous apportez pas mal d’eau à mon moulin. Les libéraux s’autocaricaturent à l’extrême, se perdent en incohérence (encore Lesquen qui se dit libéral et qui est un fan de Maurras) et parfois on certaines absences : ils ne parlent pas souvent des délocalisations, et quand j’en parle à des amis libéraux (les vrais frères libéraux que je connais) ils répondent à côté, un vrai tabou.

      • Enfin comme vous le dite si bien, quand on est libéral un minimum de cohérence s’impose. Libéral économique mais aussi politique et moral… Mais ce libéralisme intégral, c’est à dire cohérent avec lui-même peut-il être compatible avec la DSE ? Je ne suis pas contre la liberté, loin de là, mais dans un monde comme le notre, où les valeurs morales sont en chute libre, où tout est permis (finalement c’est très libéral), peut-on laisser un maximum de marge de manoeuvre au marché ? Fikmonskov dans son commentaire à votre article prenait l’exemple de Gleeden c’est en effet pertinent. Notre monde a besoin d’éthique et d’arbitres pour respecter cette éthique. Et je ne suis pas convaincu que le libéralisme aille dans un tel sens. L’analyse de Pierre-Yves Gomez (de l’Emmanuel, comme moi 😉 ) est très intéressante à ce sujet.

  4. Ah, et sinon, je ne suis ni militant (ni parti, ni association libérale, ni rien) ni idéologue : j’aime à me nourrir des critiques les plus intelligentes du libéralisme : Chesterton, Bernanos et, comme je l’ai dit, Huguenin…

    • Ca tombe bien moi non plus 😉 L’indignation n’est pas une idéologie, c’est un cri du coeur qui précéde un engagement dans la Cité pour le Bien Commun. Quant à ma famille de pensée (pas idéologie) : c’est la Démocratie chrétienne !

  5. Ping : Civitas et l’Eglise catholique « Lemessin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s