Il y a de nombreuses demeures dans la cathosphère

blogVendredi 26 juillet, dans le Monde, Samuel Laurent a écrit un article sur l’Institut de formation politique, une organisation libérale-conservatrice souhaitant former de futurs cadres politiques.

L’article est bien documenté, il est instructif, mais il y a quelques points discutables sur lesquels je souhaite revenir.

En décrivant l’IFP, Samuel Laurent nous présente un aperçu du monde libéral-conservateur français qui est montré comme ayant des connexions avec l’extrême droite et avec des organisations catholiques, des mouvements pro-vie et pro-famille… Ainsi, il fait une assimilation claire entre libéral-conservatisme et « droite de la droite ». Cette assimilation est vraie pour certaines organisations qu’il cite : l’IFP, Polémia ou des pure player comme Nouvelles de France ou Contrepoint qui sont en effet très à droite. De même pour certains noms cités (Jean-Yves Le Gallou ou feu Dominique Venner) qui sont des figures de l’extrême droite et proches du FN.

Mais, outre le fait que certains libéraux-conservateurs (LibCons) ne se reconnaissent pas dans cette droite extrême, il y a des raccourcis gênant : pourquoi donc mettre la Manif pour tous (LMPT) ou Vita dans cette même nébuleuse ? Etre pro-vie suffirait-il pour être « LibCons » ?  Non, car Vita ou LMPT sont construites autour d’une thématique bien précise : la défense de la vie, pour l’un, la famille père-mère-enfant pour l’autre. Nulle trace de discours économique ou de programme politique chez elles. Le fait qu’elles interviennent à l’IFP résulte plus d’un témoignage ponctuel (elles en donnent dans beaucoup d’autres organisations) que d’une adhésion à la famille de pensée de l’IFP. Le fait qu’un cadre de Vita ou de LMPT donne une conférence dans cette institution n’implique pas l’adhésion des milliers d’adhérents de Vita ou le million de manifestants « pour tous ».

Enfin, Vita ou LMPT ne peuvent guère être assimilées au libéral-conservatisme. Les thématiques de ces organisations ne recoupent que très peu le corpus idéologique « LibCons »… Certains auteurs du site « Contrepoints », cités par Samuel Laurent comme récompensés par l’IFP, sont même allés jusqu’à considérer LMPT comme étant profondément antilibérale… eh oui, l’auteur de cet article considérait même les discours des porte-paroles du mouvement comme étant « constructivistes » voire même marxistes… Cette dernière accusation étant pour le moins farfelue.

Ainsi, il ne suffit pas d’intervenir à l’IFP pour être LibCons… Ce qui est au moins valable pour les organisations pro-vie ou pro-famille.

Mais au-delà de cette question, un autre point m’a surpris, et je ne suis pas le seul : c’est l’utilisation du vocable « cathosphère ». Ainsi, d’après l’article, les organisations pro-vie, pro-famille, mais aussi d’autres groupes qualifiés de « traditionnalistes » sont assimilés à la cathosphère… Cathosphère qui, dans le contexte de cet article, a une connotation presque politique comme si cela désignait un réseau politico-religieux.

Là encore nous avons affaire a un sérieux raccourci : bon nombre de ces organisations ne sont pas confessionnelles, ni politiques. En aucun cas elles ne peuvent être assimilées à la cathosphère et pour certaines (les pro-vies), les amalgamer à la droite n’est pas correct car elles sont apolitiques. Certes, il y a beaucoup de catholiques dans leurs rangs, mais ce n’est pas exclusifs : il y a aussi des protestants, et des non-croyants… Et surtout les groupes pro-vie ne sont pas confessionnels, la seul organisation « catho » de la liste étant Ichtus qui est une organisation de formation politique. Ainsi, il est tout autant inopportun de classer ces groupes dans la cathosphère que de faire de La Manif pour Tous une version française du Tea party.

Mais ce terme de cathosphère, outre qu’il ne soit pas adapté, sème la confusion car Samuel Laurent ne le définit pas précisément.

Pour tenter une définition correcte, la cathosphère est avant tout un terme issu d’Internet. Dérivé de la formule « blogosphère », il désigne l’ensemble (la sphère) des sites et blogs explicitement catholiques. Elle est large et sa frontière n’est pas forcément nette, mais ce qui est clair est l’orientation spirituelle de chaque site : ils sont tenus par des croyants qui parlent de sujets religieux, ou de sujets d’actualité avec un regard de croyants.

Or la cathosphère n’a guère de ressemblance, ni de liens avec l’univers libéral-conservateur tendance réac décrit par Samuel Laurent. Elle est beaucoup plus diversifiée.

Elle comprend toutes sortes de sensibilités, de genres différents. Il y a des blogs axés sur des sujets d’actualité vus sous un angle spirituel comme par exemple « Le Spirituel D’abord » (LSD) de Sylvie Carnoy. D’autres prennent la forme de journal où l’auteur raconte des épisodes de sa vie, par exemple le blog « Une catho à l’hosto » de Dopamine qui est interne, étudiante en médecine. Son blog a d’ailleurs reçu le prix du blog catho en 2012. Il y a aussi le blog de Jonas Tree où Valérie Barbe nous délivre d’excellents billets d’humeurs sur des sujets très variés, toujours avec la foi en arrière-plan. La cathosphère a aussi des cathos de gauche revendiqués comme « A la table des chrétiens de gauche », « Le petit chose » ou « Chrétiens en ce temps » ; des antilibéraux comme Patrice de Plunkett ; libéraux (pas forcément conservateurs) comme Hohenfels, le Barabel ou Zardovoz ; des démocrates-chrétiens comme votre serviteur ; des écologistes comme Visible et invisible ou Phylloscopus inornatus, et beaucoup d’autres : des blogs plus poétiques comme celui de Corine Marbeuf ; spirituels comme celui d’Aimé Blumentern ; bibliques au sens d’exégétique comme Pneumatis ; théologique comme « Théologie du corps » d’Incarnare ; littéraires comme les Carnets de Joseph Gynt qui écrit aussi des Cahiers libres, plus politiques avec une inspiration péguyste ; humoristique comme Kto and the city ; juridique mais aussi politique comme Thomas More de Nicolas Mathey ; les humeurs d’une journaliste pleine de talents sur Nystagmus de Natalia Trouiller et bien sûr les blogs commentant l’actualité comme Faut-le-dire-vite de Paul Santus, Catholique aujourd’hui de Jibitou, Chromatismes de Dimitri Roginski et l’incontournable blog de Koz Toujours.

Bien sûr, tous ces qualificatifs se révèlent être des diminutifs tant les blogueurs cathos sont des hommes et des femmes libres que nul épithète ne saurait enfermer. Ils sont catholiques, c’est bien là l’essentiel.

Un très bon moyen de découvrir cette cathosphère, dont je ne viens de donner qu’un faible aperçu est de visiter le blog du père Stéphane Lemessin qui délivre une fois par semaine une revue de presse de la cathosphère. Il y a aussi le blog note de Radio-Notre-Dame où certains blogueurs s’expriment chaque matin sur un sujet. RCF n’est pas en reste : il y a la revue de blogs de Valérie-Anne Maître.

Un très grand nombre de ces sites ne parle jamais de politique, ce qui est bien normal pour des sites se réclamant de la foi. Eh oui, le catholicisme n’est pas une idéologie, c’est avant tout une rencontre avec le Christ, c’est une foi qui se vit… et elle se vit partout, y compris en politique, d’où l’existence de blogs cathos s’exprimant, entre autre, sur la politique. Mais ceux-ci ne constituent pas la majorité du genre.

Une grande partie de la cathosphère se retrouve au sein de la FASM (Fraternité des amis de Saint Médard) qui n’est ni une société secrète, ni un club select et encore moins une organisation de communication de l’Eglise… elle est juste un lieu de rencontre où les blogueurs, journalistes et twittos cathos (et autres car elle est ouverte) se retrouvent autour d’une bière. La FASM a un site web, où sont répertoriés un grand nombre de blogs cathosphériques.

Il y a de nombreuses demeures dans la cathosphère, une foison de sites, de personnalités diverses. La FASM illustre bien cette diversité : les échanges entre blogueurs sont souvent contradictoires mais toujours cordiaux et fraternels.

La plupart d’entre eux sont modérés dans leur ton et dans leur style tout en étant de fervents croyants et des personnes bien affirmées dans leurs idées. Des idées neuves, pertinentes mais qui, hélas, sont moins visibles que certains « durs ».

D’ailleurs, les sites proches de l’extrême droite ont inventé une formule qui leur est propre : la « réacosphère ». Certains d’entre eux en ont fait un label : « certifié réacosphère » apposé sur leur site avec un logo tiré d’une célèbre marque de Bourbon… Le terme « cathosphère » ne leur correspond pas. Ils souhaitent mettre en avant leur marquage idéologique réactionnaire, d’autant plus que tous les réacs ne sont pas forcément cathos. Faire cette distinction permet d’éviter les amalgames.

Les sites réacs sont très fréquentés, et d’un point de vue extérieur, ce sont les plus visibles.

Ce ne sont pas les plus nombreux, mais leurs membres sont organisés, mobilisés et ont des moyens. Ainsi ils ont constitué de nombreux sites, des blogs collectifs, des pure players qui sont mis à jours très régulièrement et qui délivrent une information originale qui capte un large public… Un public beaucoup plus large que celui qui partage leur ligne idéologique. Malheureusement, beaucoup n’ont pas conscience de la ligne politique de ces médias et ne pensent y trouver que de la « réinformation ». Alors qu’on peut y trouver autant de la réinformation que de la désinformation et qu’il est difficile de faire la part des choses.

Ainsi, cette minorité est ultra-visible alors qu’elle n’est pas représentative de la majorité des catholiques français, ni du positionnement des évêques de France et du Pape.

Cette surexposition médiatique interroge. Ne faudrait-il pas que les catholiques « mainstream », « modérés et fervents à la fois », soient plus visibles à travers le net ? Ils sont nombreux à avoir un blog, à être présents sur les réseaux sociaux, mais ils travaillent seuls…

Commençons par y réfléchir.

17 réflexions sur “Il y a de nombreuses demeures dans la cathosphère

  1. Bref, un article de Samuel Laurent. Bon journaliste, qui vérifie ses infos, écrit bien… mais qui a une certaine ignorance sur les sujets cathos et pro-vie, et qui a tendance à faire des amalgames.

    Il est certainement honnête, mais incapable de se mettre à la place de ceux sur qui il écrit et d’analyser leurs motivations, leurs croyances, et même de penser qu’ils puissent être de bonne foi…

    • Je pense aussi qu’il est honnête. Il est extérieur à la cathosphère, donc il la connait peu ce qui explique en effet les amalgames. Cela peut changer en discutant cordialement avec lui, ce qui est possible car il me semble ouvert et sympathique.
      Autre point: il perçoit très bien la partie la plus visible du web catho-revendiqué… Or cette partie ultra-visible est la réacosphère, comme Samuel l’a dit lui-même sur Twitter. Cette ultravisibilité doit nous interpeller.

  2. Je ne vais pas m’attarder sur le pourquoi ce billet est né parce qu’honnêtement, en lisant la phrase qui glisse "cathosphère" dans l’article de Samuel Laurent, je ne me suis pas sentie concernée et je n’ai pas senti une envie de sa part de limiter ce terme. Donc passons. Par contre, la fin de ton billet m’interpelle car je me suis posée la question de nombreuses fois (et je n’ai pas fini de me la poser je pense).
    Quand je faisais un dossier sur Internet et les chrétiens, j’en étais arrivée à la conclusion qu’il est bien plus "payant numériquement" d’être dans la petite phrase assassine, le bon mot perforateur. Le doux ou le pondéré prend rarement la vedette, mais le show ne se fait pas sans lui, dans les coulisses. A cette remarque, s’est ajoutée récemment une réflexion venue après que des amis m’aient dit : "Mais enfin, pourquoi on n’entend pas les cathos comme toi ? Pourquoi tu te tais ?". Mais je ne me tais pas : ce n’est pas parce qu’on ne m’entend pas sur la même longueur d’onde (basse) que les intégristes que je n’existe pas. "Mais enfin, tu devrais faire (mettre action spectaculaire ou diatribe dithyrambique de votre choix)." Say who ? Je fais ce que je veux, et si je ne veux pas hurler et vociférer mes idées et mes croyances de la même manière que ceux qui ne sont pas d’accords avec moi et que je n’estime pas, c’est mon choix. Et je suis même sûre que c’est le bon : d’abord, parce que du coup je suis en accord avec moi-même (toujours utile) ; ensuite parce que "faire", "agir" offrent ce merveilleux luxe d’être d’une diversité aussi vaste que notre imagination et notre volonté. Est-ce que je chercherai toujours à faire entendre un peu plus ce en quoi je crois ? Oui. C’est pas pour autant que je ferais un gif animé d’une de mes actions d’éclats publiques… Mais j’avoue qu’à part ma vision personnelle de moi-même, je n’ai pas de solutions globales.

    • L’ultravisibilité d’une réacopshère minoritaire doit en effet nous interpeller. Il est certain que la vocifération est un bon moyen de faire le buzz.
      Mais pas seulement. Je pense que des sites modérés (mais fervent) peuvent très bien devenir très visibles… Mais reste à savoir comment… C’est tout l’objet de ce débat indispensable pour que ces organisations réacs ne deviennent pas la voix des cathos en France.

  3. Comme tu le dis, il n’y a ici qu’un "faible aperçu" et il y a vraiment une foison de blogs, certains bien connus de nous maintenant comme les "petits riens" d’Anne-Claire ou encore les mots précieux de Zabou, pour ne citer qu’eux. Mais je pourrais en citer des dizaines encore, moins connus, peu connus, inconnus presque mais qui sont là, et qui oeuvrent doucement, qui témoignent presque en silence parfois. A nous, les premiers, de leur faire une place ! A cela s’ajoutent tous les blogs de religieuses ou de prêtres qui sont loin eux-aussi de donner une image convenue et unique des catholiques et qui nous montrent la richesse de nos diversités, de nos différences. A nous de les relayer aussi !
    L’amalgame est facile oui, souvent plus par méconnaissance que par réelle volonté je crois, (il en va de même pour bon nombre de sujets d’ailleurs) même s’il est peut-être finalement dérangeant pour certains de voir des visages de cathos ouverts, tolérants – souriants, heureux même!! – et qui ne rentrent pas dans un moule caricatural sur lequel on se plaît de tirer à boulets rouges. Pour changer ces regards sur les catholiques, je n’ai pas de solutions évidemment. Je crois seulement que tous les pas, si petits soient-ils, font avancer. Je rejoins Le Petit Chose en cela: il ne sert à rien de parler plus fort, de crier, en revanche, il sert de continuer sans relâche à parler, être là, dans nos blogs, et dans nos vies surtout, pour faire entendre la Parole du Christ, celle qui résonne dans nos vies, et seulement celle-là.

    • Il est certain que la liste est très, très longue. Je peux citer aussi l’Osservatore Gabbiano de Goéland, le carnet de route d’Amblonyx, l’étudiante sur un toit, Pense toi-même etc… Il y a un beau foisonnement à continuer de faire découvrir. Merci pour ton commentaire :-)

  4. On dirait du Samuel Laurent quand vous parlez des sites plus "traditionnels"…

    1°) Le R&N est catho avant d’être réac. Nous accuser du contraire est inélégant voire anti-fraternel.

    2°) Nous vérifions toutes nos informations (et la plupart du temps, nous allons les chercher nous-mêmes). Quand nous ne pouvons le faire, mais que nous avons lieu de penser qu’elles sont exactes, nous ne manquons pas de le préciser. Nous accuser de désinformation sans preuve est un bel exemple de paille et de poutre. Je vous mets au défi de trouver une information fausse chez nous avant de colporter des rumeurs.

    3°) Nous n’avons aucun moyen, nous sommes tous étudiants. Nous prenons simplement sur nos heures de sommeil pour vous informer TOUS, sans distinction, quelle que soit votre demeure dans la maison du père.

    4°) Vous écrivez "Ainsi, cette minorité est ultra-visible alors qu’elle n’est pas représentative de la majorité des catholiques français, ni du positionnement des évêques de France et du Pape." .Le R&N ne s’est jamais constitué représentant du catholicisme français – ce que d’aucuns ont fait d’ailleurs. Mais si nous sommes visibles, c’est peut être parce que nous plaisons justement à beaucoup de catholiques français, par notre ultramontanisme. En quoi ne sommes-nous pas représentatifs du positionnement du pape, alors que le respect du Souverain Pontife est précisément l’un de nos principes fédérateurs ?

    5°) Je vous invite à nous lire. Quand cela sera fait, j’espère que vous aurez le bon goût de corriger votre article, par déférence pour la vérité.

    Avec mes salutations fraternelles tout de même,

    Carol Ardent (du R&N)

    • Merci pour votre commentaire. Je vais répondre points par points.

      1-Le fait que vous soyez catho avant d’être réac n’est pas ce qui transparait au premier abord.

      2-Concernant la désinformation, j’ai un exemple bien précis : un de vos contributeurs avait rédigé un article fustigeant la politique de Ralliement à la République française du Pape Léon XIII. Les arguments avancés ? La prétendue appartenance à la franc-maçonnerie de son secrétaire d’état, le cardinal Rampolla. Ces allégations sont absurdes, dignes des feuilles conspirationnistes de la fin du XIXème siècle.

      3- C’est tout à votre honneur. Quand je parle de moyens ce n’est pas négatif et je ne me limite pas aux moyens financiers. Vous avez un grand nombre de contributeurs, vous parvenez à faire fonctionner régulièrement votre site : ce sont de vrais moyens humains. D’autre part, les autres exemples cités ont aussi des moyens et ils ne sont pas seulement humains. Expliquez-moi comment le Salon Beige peut diffuser plusieurs posts par jour avec un nombre aussi restreint de contributeurs ?

      4- Vous avez une ligne qui est la votre. Vous êtes certes ultramontains, mais je m’interroge sur certaines prises de positions présentes sur votre site. Par exemple les textes trop complaisants envers les idées d’une figure d’extrême droite néo-païenne qui s’est donnée la mort à ND de Paris. Je ne vois pas de cohérence entre ces articles et le discours des papes sur l’immigration, sur l’accueil de l’étranger… notamment celui de François à Lampedusa.

      5- Je vous lis depuis longtemps.

      Avec mes salutations, et parfois corrections, fraternelles

      Charles Vaugirard

      • A mon tour,

        1°) C’est bien la meilleure ! Autant faut-il lire la plupart des gazettes que vous avez citées pour connaître leur appartenance à la sainte Eglise catholique (à commencer par la vôtre), autant nous exhibons fièrement nos certificats de baptême. Nous sommes explicitement catholiques dans notre présentation, dans notre bannière, sur les réseaux sociaux, et dans nos articles. Tous nos auteurs ne sont pas réacs, mais tous sont catholiques ultramontains (sauf Samengrelo, qui est orthodoxe), quelle que soit la forme de la messe qu’il préfère (Bougainville et Tancrède ne fréquentent certes pas la même paroisse).

        2°) Le R&N n’était pas là dans son rôle d’informations. Puisque vous nous lisez depuis longtemps, vous savez que nous aimons débattre, même entre rédacteurs. Vous débattîtes d’ailleurs à cette occasion, et je conçois que vous en gardâtes une certaines rancœur pour le R&N étant l’impression que Tancrède dut vous laisser alors.
        Je ne veux pas rentrer dans ce débat duquel je m’étais abstenu en avril 2012, mais permettez-moi simplement deux remarques. Vous ne pouvez résumer les arguments d’Ambrogio Riva à la prétendue appartenance de Rampolla à maçonnerie, évoquée rapidement en un mot. Et vous ne pouvez contredire cette appartenance, alors même qu’Ambrogio Riva, s’il est bien luné, l’établirait avec les sources qui nous sont parvenues.
        Notre pape François est-il conspirationniste quand il dénonce les coteries vaticanes ?

        3°) LSB ne produit pas de contenu. Cette revue de presse n’est pas si difficile à tenir : seriez-vous conspirationniste ? ;)

        4° et 5°) Je sais que vous venez régulièrement chez nous, et que vous commentez parfois. Mais nous lisez-vous ? Si tel était le cas, vous sauriez que nous n’avons pas écrit d’articles consacrées à Lampedusa et que les opinions de Bougainville rejoignent probablement les vôtres.Le discours de Lampedusa est utilisé comme argument dans un article. Dans un autre, il est fait référence aux articles de Gabrielle Cluzel et de Charles de Meyer (lesquels disent, en substance, que l’indifférence mondialiste fustigée par le pape va de pair avec le délitement des frontières).
        Quant à M. Venner, vous ne trouverez aucun article contraire à l’enseignement de l’Eglise sur le suicide et sur le sacrilège dans nos colonnes. Et nous ne regrettons pas d’avoir défendu (en partie) son héritage, quand la moitié des catholiques tournaient tels des vautours autour de son cadavre encore chaud, au détriment de tout savoir-vivre, au mépris de toute charité, trop occupés qu’ils étaient à se dissocier de cet homme dans les media. Nous avons aussi parlé de la mort du père Ceyrac (nous accusera-t-on d’être de gauche ?), de l’abbé Houard (nous accusera-t-on d’être anti-tradi ?) ? et de Jean-Marie Ferru. Pourquoi ? Parce que nous avions rencontré ces hommes et les avions admirés. Certains d’entre nous connaissaient et estimaient Dominique Venner : ils n’ont pourtant pas eu les mêmes complaisances qu’avec les précédents.

        Salutations fraternelles,

        Carol Ardent

        • 1- Le souci est que le R&N donne cette image réac, bien que sa catholicité soit visible ce que je ne conteste pas.

          2- Concernant le cardinal Rampolla, le propos est grave. Je ne nie pas l’existence de côteries au Vatican, mais il est très difficile de traiter du sujet étant donné que ce sont des sociétés… secrètes. N’étant pas dans le secret nous ne pouvons guère nous étaler la dessus. D’autre part, en bon ultramontain vous devriez plutôt applaudir des deux mains les encycliques pontificales, surtout du grand pape Léon XIII, père de la doctrine sociale contemporaine. Sans refaire le débat, son appel au ralliement était totalement justifié, et il est vraiment regrettable que les catholiques aient peu suivi le mouvement (et qu’ils aient justifié leur refus par des histoires de complots au sein du Saint Siège ;-) ). Enfin, il était impossible de discerner entre ce qui est ou n’est pas dans le rôle d’information du R&N. Cela pour une raison simple : c’était en une, bien visible. Le message du texte était lisible par tous et donc susceptible d’influencer le lecteur. C’est grave car cela crée une suspicion sur les documents des Papes et ça peut gravement induire en erreur les lecteurs. Nous sommes responsables de ce que nous écrivons, et même s’il y a un débat entre les contributeurs, il reste que des informations jetant le discrédit sur un pape ont été mises en avant.

          4 et 5-Je sais qu’il n’y a pas eu d’articles sur Lampedusa, je ne dis pas le contraire. Mais dans les articles sur la mort de Dominique Venner (à l’exception notable de celui de Bougainville, dont j’apprécie d’ailleurs les écrits), il y avait une réelle complaisance envers les idées (et non l’acte final nous sommes d’accord) de celui-ci. Les idées de Venner sont des idées païennes construites autour de l’idée de race et de la peur d’une « substitution de population ». Venner était un homme cohérent avec ses idées, son paganisme, son rapport à la vie… soyons aussi cohérents avec nous-mêmes : l’idéologie de Venner est morbide et elle n’est pas compatible avec l’Evangile, donc il n’y a pas lieu d’avoir la moindre complaisance envers elle.

          Salutations fraternelles

          CV

          • 1°) Nous sommes certes, pour la plupart, "réac", mais nos opinions politiques passeront toujours après notre foi en Christ mort et ressuscité pour nous. La phrase suivante est donc fausse : "Le terme « cathosphère » ne leur correspond pas. Ils souhaitent mettre en avant leur marquage idéologique réactionnaire, d’autant plus que tous les réacs ne sont pas forcément cathos."

            2°) En fait, ce que vous nous reprochez est d’avoir jeté le discrédit sur une opinion sociale et politique de Léon XIII, et donc, par une extension toute personnelle et irrationnelle sur l’oeuvre et la personnalité entières de celui que l’auteur de l’article considère comme un "grand pape" dans les commentaires.
            Pourtant, en particulier dans le christianisme, critiquer un discours ou un acte n’est pas condamner une personne ou désacraliser une fonction ! Et c’est heureux, car les papes de Marozie ou du XVe siècle auraient sali à tout jamais le siège de Pierre si tel était le cas !
            Vous pensez-vous donc tenu par tous les discours pontificaux, depuis celui de Pierre au concile de Jérusalem, en passant par les bulles d’Innocent III et l’Exsurge Domine de Léon X, jusqu’à la diatribe de Lampedusa ? A moins d’être schizophrène, non. C’est pourquoi l’Eglise fut toujours un lieu de liberté intellectuelle et de disputationes. Le concept de "péché originel" même naît d’une controverse entre les deux géants du christianisme primitif : Jérôme et Augustin.
            Les moralistes de l’internet et les censeurs catholiques contemporains ne nous enlèveront pas cette liberté traditionnelle et respectueuse de la doctrine catholique. Et si nos lecteurs gagnent en liberté, je m’en féliciterai.

            4° & 5°) Ne doutez pas de l’Eglise : le Christ a su "assimiler" la mort, son Épouse saura bien assimiler des idéologies païennes (elle l’a fait tout au long de son histoire). Elle n’a d’ailleurs pas besoin de tout assimiler. Si certaines thèses de Venner sont contraires à l’Évangile, son apologie de la parole donnée et de la loyauté est déjà toute chrétienne. De même que je fus capable d’admirer la charité d’un jeune hindou qui me donna un jour à boire, je sais reconnaître à cet homme force et justice.

            Peut-être me trompé-je, mais votre pensée me semble "coincée" et "étriquée" !

            Avec mes salutations fraternelles,

            Carol Ardent

  5. Pour avoir suivi d’une part les articles de ce journaliste du Monde durant les derniers mois, d’autre part ses tweets, je ne suis pas convaincu que ses prises de position vis à vis des cathos garantissent une rédaction objective et non partisane de ses articles.

    A titre d’exemple cet article me semble révélateur de son mode de rédaction et de réaction : http://bit.ly/14pJWxg. On y comprend qu’il serait critiquable d’être "un défenseur à Bruxelles des valeurs chrétiennes". Par ailleurs, soulignant que toute procédure juridique devant la CEDH est forcément longue et incertaine, il accrédite l’idée que cela permettrait de considérer comme légitime toute initiative (en l’occurrence PMA et GPA) dès lors qu’elle ne peut être tranchée juridiquement à court terme. L’inverse du principe de précaution, en quelque sorte.

    La rhétorique de son article rejoint donc tout à fait celui qui est commenté dans le présent billet.
    En conclusion, ce qui me paraît important de souligner, c’est que, au delà du sujet de la cathosphère, il existe bel et bien une "publicosphère" qui tend, sous des argumentaires incertains, à distiller sur internet des raisonnements biaisés qui agissent contre les cathos, mais pas seulement. Il convient de dénoncer ces mécanismes.

  6. Ping : Il y a de nombreuses demeures dans la cathosph&...

  7. Bonjour Charles, et merci pour la mention…

    "Cette surexposition médiatique interroge. Ne faudrait-il pas que les catholiques « mainstream », « modérés et fervents à la fois », soient plus visibles à travers le net ? Ils sont nombreux à avoir un blog, à être présents sur les réseaux sociaux, mais ils travaillent seuls…"

    Pas sûr d’avoir bien compris : aurais-tu l’idée de créer un site communautaire ?

  8. Je partage le constat général dont votre billet (ainsi que les multi^les commentaires) se fait l’écho sur la diversité de la cathosphère ; il y en a pour tous les goûts et cela montre bien, à mon sens, la grande richesse, la grande liberté et la fécondité du christianisme que certains voudraient voir moribond.
    Malgré cette richesse et cette diversité (j’ai presque envie de parler de foisonnement), j’ai le sentiment (et j’espère me tromper) que cette "cathosphère" n’est pas très visible au-delà d’un public "catho friendly". Et cela m’interpelle. J’ai l’impression que la seule vision de l’univers catholique véhiculé dans notre société est celui du catholicisme "conservateur" (pour ne pas dire autre chose) et qu’il n’est bien délicat d’avoir une prise de parole audible qui soit au rebours de ces clichés.
    C’est aussi une des raisons d’être de ma présence sur la toile. Prendre la parole librement en temps que citoyen lambda, travaillant en entreprise, père de famille, mari… bref, plein de choses, mais catho.

  9. Ping : Nouvelles de la Rue de Vaugirard | Rue de Vaugirard

  10. Ping : Foire aux médias(3) : blogues et sites | PEP'S CAFE !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s