Votons responsable !

Les catholiques français tentent leur retour en politique, c’est bien… Nous avons vu précédemment différentes initiatives de laïcs catholiques et différentes prises de positions d’évêques français. Ca bouge ! Mais est-ce suffisant ? 

Une grande partie des déclarations épiscopales et certaines initiatives laïques sont centrées sur la notion de Principes non-négociables, communément surnommés les « PNN ». 

Je ne tiens pas à remettre en cause ces principes car je les ai défendu précédemment et je suis convaincu de leurs bien fondés car ils touchent l’essentiel : la personne humaine. 

Néanmoins une question se pose : mettre systématiquement en avant le discours de Benoît XVI de 2006 et ses trois PNN est-il pertinent ? Je me permets de répondre : non. Pourquoi ? 

Limiter le discernement pour les prochaines élections à seulement trois points est une très mauvaise idée car cela revient à faire une fixation sur seulement trois aspects de la doctrine sociale de l’Eglise… Or cette doctrine est plus vaste, plus riche que seulement trois interdits. Elle vise à construire la civilisation de l’amour, non a donner des cartons rouges aux candidats. 

Si, au lieu du discours de 2006, avait été mis en avant la note doctrinale du 24 novembre 2002, nous aurions eu une approche différente de la campagne. Celle-ci nous appelle certes au refus du compromis, mais elle nous invite aussi à faire de la politique et à tout faire pour éviter la catastrophe…Et surtout elle n’énumère pas que trois PNN, mais une liste bien plus longue…et non exhaustive. 

N’as t’on pas tronqué la doctrine sociale avec ces trois points ? J’ai bien peur que oui. D’autant que c’est la pensée du Pape lui-même qui se trouve élaguée. Le discours de 2006 n’est qu’un bref texte s’adressant a des parlementaires. La note de 2002 concerne toute l’Eglise et est un document long et précis sur toute la vie politique. Nous ne pouvons comprendre le discours de 2006 qu’en le mettant en perspective de la note de 2002. La conférence des évêques de France l’a bien compris en réalisant son excellent document. 

La conséquence de cela est qu’au nom de la « cohérence », certains se permettent d’appeler à…voter blanc. Cela malgré le risque qu’un François Hollande défenseur de l’euthanasie, du mariage homo, de l’homoparentalité et adversaire de l’école libre ne l’emporte… 

Le candidat socialiste a beaucoup de chance d’emporter le scrutin, Nicolas Sarkozy, malgré ses nombreux défauts, est le seul qui puisse encore le battre… Et surtout, son programme est le moins mortifère. 

Le minimum de responsabilité serait de faire barrage à Hollande ! Mais non… Au nom des mains pures ils ne veulent pas toucher au bulletin Sarko. 

« Ils avaient les mains pures, mais ils n’avaient pas de main. » 

Mais pourquoi un tel acharnement a ne pas vouloir voter Sarkozy (ne fut-ce qu’au second tour) alors que le plus « pro-mort » des candidats risque de l’emporter ?

Dans leur argumentaire ils répondent que le vote des autres n’entraîne pas leur responsabilité… Drapés dans leur habit blanc vont-il aller jusqu’à dire : « Je m’en lave les mains, cela n’incombe que la responsabilité des autres, pas la mienne ! ». Moralement un tel propos est insoutenable…et absurde car en refusant de cautionner un candidat ils font passer le pire… 

Quelle tête feront-ils quand le prochain gouvernement socialiste aura fait passer la loi sur l’euthanasie ? 

Quelle tête feront-ils quand tomberons les chiffres annuels des vieillards et des malades ayant reçu une injection léthale ? 

Quelle tête feront-ils quand, dans la mairie de leur ville, seront célébrés des mariages homos ? 

Quelle tête feront-ils quand des enfants seront adoptés par des couples gays ? 

Il ne faudra pas qu’ils se plaignent…Car en votant blanc, ces électeurs (essentiellement de droite) auront ouvert un boulevard à Hollande… 

Eh oui, la première des cohérences est d’être responsable des conséquences de ses actes.

About these ads

30 réflexions sur “Votons responsable !

  1. C’est ton premier billet dont je partage toutes les idées, de l’entame au point final :) et tu le dis très bien !
    Je te signale aussi le billet de Philarête (blog "L’esprit de l’escalier") sur le sujet, qui mérite le détour.. mais ta citation de Péguy me laisse penser que tu l’as parcouru ?

  2. C’est la première fois que je lis ton billet et c’est une joie de pouvoir lire ENFIN une telle évidence que je ne cesse de répéter : voter blanc, c’est donner sa voix à Hollande. Merci encore de ce billet que je diffuse très largement !

      • Ce qui est vrai ! Les gens d’extrême gauche votent généralement pour le candidat socialiste au second tour. Si ceux ci votent blanc, ce seront des voix perdues pour la gauche.

        Concernant les cathos. Il ne faut pas se leurrer, la plupart de ceux de Votons cohérent sont des gens de droite…ils font partie du réservoir de voix du candidat de droite au second tour. Donc ces votes blancs seront des voix perdues pour Sarko et donc gagnées pour Hollande.

  3. Bonjour, ce billet me touche d’autant plus que je suis toujours circonspect face aux différents candidats. Et je n’exclue pas de voter blanc au second tour. Je comprends vos arguments, même si je n’y souscris pas entièrement.

    Mon père me disait récemment que Giscard avait perdu en 1981 car beaucoup de catholiques avaient refusé de lui accorder leur suffrage à cause de la loi légalisant l’IVG. Ils n’avaient pas pour autant voté Mitterrand, mais s’étaient abstenus ou avaient voté … blanc. Je ne sais la réalité chiffrée de ce non vote et si c’est à cause de cela que Giscard a réellement perdu. Mais peu importe, regardons l’aspect déontologique. C’était leur seul moyen de sanctionner Giscard (selon leurs critères) sans pour autant voter socialiste. Eut-il fallu qu’ils votent malgré tout Giscard au nom du moindre mal ?

    Bref, pas si simple. J’essayerais d’aller plus loin dans un billet dédié. Mais merci pour votre réflexion (même si un peu virulente ;-))

    • Merci pour votre commentaire.

      On ne peut pas comparer 2012 avec 1981. Pourquoi ? En 81 Mitterrand n’aurait pas été pire que Giscard puisqu’il ne proférait aucune menace sur le droit à la vie. Au contraire, Mitterrand était contre la peine de mort, ses propositions étaient peut-être davantage conformes aux PNN que la politique giscardienne…

      Je n’ai jamais entendu parler du vote blanc des cathos en 1981, ceux que je connais ont voté Giscard, d’autres Mitterrand. C’est peut-être vrai mais absolument invérifiable…d’où l’absurdité d’une vote blanc qui n’exprime rien.

      En revanche en 2012 nous sommes clairement devant une menace : Hollande propose ouvertement la légalisation de l’euthanasie, le mariage homo et l’homoparentalité. En revanche Sarkozy s’est exprimé contre ces points.

      Les supporters de Votons cohérent ne cessent de se lamenter du drame de l’avortement…or leur attitude risque de faire passer l’euthanasie ! Une contradiction flagrante et, je me permets de le dire, irresponsable.

      Si je suis virulent c’est parce que je pense que le pays court un grand danger. En 1975 nous avons été incapable d’éviter la loi sur l’IVG car les chrétiens n’ont pas assez réagit. En 2012 une menace similaire (et multiples) est devant nous. Alors qu’en votant Sarko (ne serait-ce qu’au second tour) nous pourrions éviter le désastre, des chrétiens militants pour la vie préfèrent proférer une sanction qui passera inaperçue…

      Un peu comme si les passagers du Titanic préféraient lyncher le capitaine Smith plutôt que gagner les chaloupes…

  4. Votre billet contredit ce petit texte publié sur le site du diocèse de Belley-Ars :

    "La DSE (…) interdit à un catholique de favoriser, par son vote, un programme contenant une entorse sur un point dit « non-négociable » par l’Eglise, à savoir : le droit à la vie, depuis la conception jusqu’à son terme naturel ; le droit au mariage indissoluble entre un homme et une femme ; le droit à la liberté d’éducation des parents."

    (à lire ici dans son intégralité)

    • Et le vote blanc il favorise qui ? La plupart des "voteurs cohérents" sont des gens de droite, de l’électorat de Sarko. Cela va donc pénaliser le Président sortant et favoriser Hollande, le plus contradictoire aux PNN. Désolé : mais ce que je dis ne contredit en rien Mgr Bagnard (que je connais bien car je suis originaire de son diocèse), au contraire cela dans son sens.

  5. Votre billet et navrant de naïveté. Le SEUL à pouvoir battre Hollande, c’est Bayrou, et vous le savez bien. Continuez donc à appeler à voter Sarko. C’est le meilleur moyen de voir Hollande à l’Elysée.

  6. Pingback: Work in progress : psychologie d’un électeur en ébullition | Le blog d'Henry le Barde

  7. Pingback: L’heure du choix « Catholique Aujourd'hui

  8. Pingback: Réponses à quelques objections « Cathos avec Sarko

  9. Ce billet est bien le témoignage de l’échec de la démocratie chrétienne…c’est ce genre de raisonnement qui a permis le recul plus ou moins rapide des valeurs chrétiennes en politique et dans les textes légaux.
    Mais bon, reprenons quelques points de la DSE:
    - subsidiarité? Quelle subsidiarité avec Sarkozy, et avec n’importe lequel des candidats d’ailleurs, sauf certains sur les questions européennes?? Où est le principe selon lequel il faut laisser l’échelon inférieur de la société libre d’agir jusqu’à ce qu’il ne puisse plus? Qui s’oppose à l’école à la maison? Qui refuse le ticket éducation?
    - respect de la personne humaine…ajustement du PACS sur le mariage encore dernièrement (loi 1er juillet 2010), aucune remise en cause de l’avortement, ministres de la santé très peu pro vie, faveur pour le tout contraception.
    - le bien commun…qui en a parlé lors de ces élections?? Soudain au soir du 1er tour on entend un discours dans ce sens de M. Sarkozy…la bonne affaire. Que ne l’a-t-il fait plus tôt?
    - la solidarité…notion à contenu très variable sur laquelle je ne m’étendrai pas.
    Je ne vois pas vraiment ce qui m’empêchera de ne pas voter Sarkozy

    • Vous êtes très critique envers Sarkozy…et envers Hollande ? Vous avez un surprenant silence… Vous préférez peut-être le candidat de l’euthanasie et des revendication LGBT ?
      La seule question qui nous est posée est : Sarko ou Hollande ? Le choix est simple, j’ai fait le miens.

      • Je ne vous condamne pas de voter Sarkozy et je comprends vos arguments. Mais comprenez bien que l’ump a exclu Christian Vanneste, que gay lib est bien présent au sein de l’UMP, que la droite a imposé le gender dans les manuels scolaires, qu’un ministre de droite a exclu un professeur qui avait osé débattre de l’avortement, que le projet de réforme des allocations familiales de Monsieur Estrosi apparaît peu favorable aux familles nombreuses, que la révision des lois bioéthiques a encore élargi un peu plus les exceptions à l’article 16-1 du code civil, que la CMU et l’AME sont toujours là, que les subventions pour les centres de planning familial ont bien été reconduites, qu’on a toujours le diktat des associations antiracistes et ultrapolitisées de gauche, qu’on a encore voulu établir une loi mémorielle au mépris de la liberté universitaire, que le code de procédure pénale a doublé de volume et n’a plus aucune cohérence, etc. Les faits sont têtus.
        Hollande est certainement un danger, mais Sarkozy aura été un danger invisible bien efficace au final…

        nde est une catastrophe, mais nier que Sarkozy en a été une me paraît bien léger

  10. Cher Charles,

    Eternel débat entre éthique de conviction et éthique de responsabilité…

    Si la culture de mort pousse bien entendu à ne pas voter pour F.Hollande, je n’approuve pas complétement ton analyse quant au vote blanc, et je trouve qu’elle se contredit : tu dis fort justement qu’il ne faut pas se contenter de quelques principe non négociable, mais qu’il faut regarder les différents points de la DSE dans son intégralité, comme le dit la lettre du Pape de 2002 et celle de la conférence des évêques de 2011, qui précise également que chacun doit ensuite hiérarchiser.

    A ce titre, je pense que c’est bien en hiérarchisant que l’on peut ne pas exclure justement de voter blanc. En effet si la culture de mort est le risque de la gauche (ce qui ne permet pas de voter pour elle), je crois vraiment que le discours de Sarkozy depuis quelques années, et encore plus lors de cette campagne, le virage de droitisation qu’il est en train de prendre, développe une culture de rejet, de repli, de division, de mépris de l’autre. Travaillant dans une ville moyenne de province, au contact de populations d’un département rural, j’observe une vrai banalisation de discours anti-immigré, anti-rom, un individualisme dans le travail, les relations sociales délabrées, une baisse du nombre de bénévole dans les associations…

    Je crains que le sakozysme culturel, le sarkozysme du discours ("casse toi pauvre …", les suites du discours de Grenoble, le "vrai travail" contre celui des assistés, des chômeurs, des fonctionnaires – à noter que la droite n’a jamais autant développé les contrats aidés que sous Sarkozy), le sakozysme du contre-exemple (Jean Sarkozy, le Fouquets, les conflits d’intérêt des affaires Pérol et autres Woerth) n’aient pas été pour rien dans un développement de l’individualisme et de l’absence de conscience civique. Je note que nombre d’affiches sur les panneaux électoraux dans ma ville ont été arrachés, ce que l’on ne voyait pas lors des précédentes campagnes.

    Le résultat du vote Front national me semble être pour partie la résultante de cela.

    Face à cela, "les chrétiens ne peuvent pas ce taire", pour reprendre le titre d’un récent livre écrit pas Etienne Pinte et le P.Jacques Turck qui rappelle que l’Église invite à l’accueil, à l’ouverture, au partage, à la charité et au vivre ensemble.

    La stratégie suicidaire de Sarkozy, et en particulier celle que prend actuellement sa campagne, s’oppose à ces valeurs. Même s’il ne les met pas en œuvre en suite, le mal aura été dit.

    Entre culture de mort et culture de rejet de l’autre, le choix de vote blanc, que je n’exclut pas (dommage seulement qu’il ne soit pas pris en compte, comme l’a proposé un candidat du 1er tour), peux paraitre rester le moins mauvais choix, ces deux cultures étant à mon sens tout aussi néfastes, s’alimentant l’une l’autre.

    • Le souci est que le vote blanc n’exprime rien et ne contribue à rien. En votant pour Sarko je fais barrage à Hollande et à son cortège de propositions morbides. Le sarkozysme n’est pas terrible…néanmoins il me rebute moins que le hollandisme. Mgr 23 l’a très bien dit : on vote pour le moins mauvais et il a raison. C’est très bien de multiplier les analyses, néanmoins vient un moment où il faut trancher en tenant compte de la réalité : lequel des deux est le pire ? Honnêtement, on reproche à Sarko des problèmes d’image. Certaines de ses bêtises ont été revues depuis : il n’y a eu qu’un "casse toi pauv’con", depuis il a été insulté et même molesté : il n’a rien dit. Sur le Fouquet’s, il n’est pas le seul président a y être allé…il ne va pas fêter sa victoire au McDo ! Et un Président n’entre pas au monastère. Sur le bling bling, beaucoup de choses ont été revue à la baisse, même chose sur l’ostension de sa vie privée.

      Sur le reste de sa politique : aucun thatcherisme, bien au contraire. Malgré certains propos, on est loin d’une politique lepeniste.

      Honnêtement : l’antisarkozysme est très injustifié… Donc voila je voterai pour Sarkozy.

  11. Pingback: Retours sur une campagne | Rue de Vaugirard, le blog de Charles Vaugirard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s