Faits d’hiver

Le printemps arabe amorcé au début de l’année 2011 avait été accueilli très favorablement par l’opinion publique française. Les journalistes parlaient de chutes des tyrans, d’avènement de la démocratie… Propos tenus avec une certaine naïveté. 

L’espoir fait vivre ! Cette attitude optimiste a conduit la France, et d’autres pays occidentaux, à soutenir ces révolutions. Les anciens amis de la France qu’étaient ces potentats ont été lâchés par la République et les rebelles ont été encensés. L’exemple le plus flagrant est celui de la Libye où nous sommes allés jusqu’à attaquer le régime du colonel Kadhafi. 

Mais voila, le printemps arabe a eu des conséquences inattendues. Déjà au mois d’aout, des voix discordantes annonçaient un retour des islamistes. En Libye, certaines organisations djihadistes proches d’Al-Qaïda, faisaient parties du Conseil national de transition (CNT). Malgré la discrétion des médias sur ce sujet, certains journalistes évoquaient ce sujet. J’ai rédigé un papier la dessus. 

Deux mois plus tard, les choses sont beaucoup plus claires : le printemps arabe est suivi de l’hiver islamiste. La presse commence à le reconnaître, enfin ! 

Cet hiver prend la forme d’une montée en puissance des organisations politico-religieuses qui étaient ostracisées sous le règne des tyrans du monde arabe. 

En Egypte : la chute d’Hosni Moubarak a entrainé la fin de l’illégalité de l’organisation des « Frères Musulmans », mouvement islamiste très important présent dans une grande partie du monde arabe. Il est en force dans le pays et cherche à obtenir le pouvoir. Le gouvernement actuellement en place lui concède beaucoup de choses, l’armée à compris qu’elle devait composer avec lui. Les conséquences sont déjà importantes : la situation des chrétiens orthodoxes Coptes n’a jamais été aussi mauvaise. La répression de manifestation Coptes s’est traduite par des exactions monstrueuses : des chars sont allés jusqu’à rouler sur des manifestants… 

En Libye : la puissance des islamistes ne fait que se confirmer. Le drapeau d’Al-Qaïda flotte sur différentes places fortes, et les intégristes sont bien représentés au sein du CNT. Le pays n’est pas encore stabilisé, mais tout laisse à croire que dansla nouvelle Libye, l’islamisme fondamentaliste aura une place prépondérante. Il reste à espérer que le pays ne devienne pas une base arrière d’Al-Qaïda… 

En Tunisie : les élections démocratiques qui ont donné au pays une assemblée constituante et un gouvernement provisoire ont été un franc succès pour le parti Ennahda, parti islamiste « démocrate » interdit sous la règne de Ben Ali. Son chef, Rached Ghannouchi, était exilé à Londres depuis les début des années 1990 et il est revenu peu après la révolution du Jasmin. Ennahda entend bien s’inspirer de la Charia pour la nouvelle Tunisie, et Hamadi Jebali, son secrétaire général a eu des déclarations fracassantes : allusions à un sixième califat et même à une reconquête de Jerusalem…tout cela en présence de représentants du Hamas. Terrible… A noter : le fondateur d’Ennahda a été très proche des Frères musulmans dans sa jeunesse. Sa doctrine s’inspire très largement de la leur… 

Au Maroc : le printemps arabe a eu lieu d’une façon particulièrement douce. Quelques manifestations, émeutes et Mohammed VI a tout de suite devancé le mouvement. Il a entrepris très vite des réformes institutionnelles qui ont été avalisé par un référendum. Le régime se démocratise, et pourtant le peuple vient de donner aux dernières élections législatives une importante victoire aux islamistes du Parti Justice et développement (PJD). Le nouveau chef du gouvernement sera vraisemblablement issu de cette mouvance. 

Enfin en Syrie : la révolte gronde et le gouvernement de Bachar-El-Assad tremble sur ses bases. La rébellion a un acteur important : comme en Egypte, il s’agit des Frères musulmans. La répression est féroce, presque comme en Libye, mais cette fois-ci les occidentaux hésitent à intervenir. Seule la Turquie serait disposée à envoyer les troupes…La Turquie dirigée par l’islamiste modéré Erdogan qui voit d’un très bon œil l’émergence de ces mouvements radicaux… 

Globalement c’est une nouvelle géopolitique du monde arabe qui se dessine. Auparavant, le monde arabo-musulman était tenu par des régimes nationalistes très autoritaires. Nationalistes avec une dose de socialisme, ce n’était pas des régimes religieux. Il y a eu chez eux une part d’Islam, tant il est impossible pour ces pays de faire abstraction de la culture musulmane, mais globalement ces Etats défendaient une forme de laïcité. Ces dictatures laïcisées, très dures, regardaient essentiellement vers l’occident, même s’ils ont souvent tenu un discours contraire. Bourguiba, Nasser, Assad, mais aussi le FLN Algérien et surtout, le précurseur de tous, Atatürk, cultivaient une forme de progressisme laïc ne voyant dans l’Islam qu’un fond culturel servant de colonne vertébrale au régime. Nationalistes, leur régime étaient centré sur l’idée de nation ou, pour les états arabes, l’idée de panarabisme (qui fut un échec). Modernistes, ils veillaient à garder de bonnes relations avec les occidentaux, ou avec l’URSS (mais ce fut passager), mais ils avaient rompu avec l’idée de Califat (aboli par Atatürk en 1924). 

C’est ce monde qui est en train de disparaître. Au profit de mouvements se réclamant tant de la démocratie que de l’Islamisme radical. L’appel à un sixième califat, le discours anti-israëlien, la volonté de retour à la Charia sont des éléments de la vulgate islamiste, énoncés prudemment par les différents mouvements radicaux. 

Une autre conséquence est la grande menace qui pèse sur les communautés chrétiennes des pays arabes. Les Coptes en Egypte ont été les premiers à en faire les frais. Cette très importante communauté était plus ou moins protégée par le régime de Moubarak…plus ou moins car le régime les protégeait de moins en moins au fil des ans et l’attentat d’Alexandrie en2010 aune origine suspecte… 

Les groupes islamistes cultivent une haine envers les chrétiens, et les révolutions arabes ont pour conséquence une augmentation de l’émigration des orthodoxes vers les pays occidentaux. La situation est dramatique pour les chrétiens d’orient et le risque est grand de voir ces peuples disparaître. 

L’hiver arabe est bel et bien là.

About these ads

6 réflexions au sujet de « Faits d’hiver »

  1. Ping : Du rêve de la Place Tahrir au vide des Champs Elysées | Le blog d'Henry le Barde

  2. Ping : Revue de Presse : Avent, environnement, blogs, papamobile… « Lemessin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s