Nouvelles de la Rue de Vaugirard

logoComme vous l’avez remarqué il n’y a pas beaucoup d’activité dans la rue de Vaugirard. Depuis septembre dernier, je n’ai pas posté d’articles ici.

Les choses ont pas mal changé dans ma vie de blogueur… et aussi dans ma vie personnelle.

Je suis toujours présent sur Internet, mais dorénavant j’écris principalement sur les Cahiers Libres, des pages catholiques écrites à plusieurs plumes. La fondation de ce site fait suite au constat d’un manque de blogs collectifs catholiques suivant une ligne éditoriale fervente mais avec un  ton mesuré, modéré et respectueux. Trop de sites collectifs, souvent très lus, ont un marquage idéologique très fort dans lequel beaucoup de catholiques ne se retrouvent pas. Il y a de nombreuses demeures dans la cathosphère, mais certaines sont grandes et visibles, alors que d’autres sont petites, trop discrètes bien que très nombreuses. Les plus “modérés” font partie de cette deuxième catégorie : éparpillés, fonctionnant seuls. Le but des Cahiers Libres est donc d’être un blog collectif de cette sensibilité.

Modéré ne signifie pas mou ou pusillanime, bien au contraire : la modération est la vertu de tempérance qui est maîtrise de soi… et il faut beaucoup de force pour être modéré. La modération est dans le ton, afin de toujours rester dans la charité. Frédéric Ozanam le disait bien dans “Les devoirs littéraires du chrétien” : “Sans la charité, les piliers de la controverse s’effondrent” et “il ne faudrait pas compromettre la sainteté de la cause par la violence des moyens”. Les Cahiers Libres tentent de suivre l’exemple du fondateur de l’Ere nouvelle : un style modéré avec des convictions ferventes. Et des convictions passionnément catholiques et fidèles au Pape. Nous avons lancé Cahiers Libres le soir de la veille de la Saint François d’Assise, comme pour la vigile d’une solennité, afin de marquer notre communion avec le Pape François. Le site indique par là son postulat, son principe : catholique romain, fidèle au Saint Père et à l’enseignement de l’Eglise. Partant de ce point de départ, de cette base éditoriale, les auteurs s’en donnent à coeur joie pour commenter l’actualité, disserter sur des sujets de réflexions et apporter au site leurs inspirations personnelles.

A la base, nous nous sommes réunis à six, avec Joseph Gynt, Benoît, Amblonyx, Fol Bavard et Ayssalène, et nous constituons le comité de rédaction. Nous nous sommes répartis différents thèmes (les “chapitres”) que nous gérons pour veiller au respect de la ligne éditoriale. Tout le monde peut proposer sa contribution à ce blog collectif s’il se reconnaît dans notre démarche.

Mais l’aventure des Cahiers Libres ne veut pas dire que la Rue de Vaugirard soit fermée. J’ai bien l’intention de continuer à écrire des articles ici.

L’autre grand changement qui s’est produit fin 2013 touche à ma vie personnelle : je me suis marié cet automne. Un déménagement, un nouveau poste. Beaucoup de changements en peu de temps, en plus du lancement des Cahiers, ce qui explique mon absence sur ce blog ces derniers mois.

Je vous dis à bientôt sur les Cahiers Libres, mais aussi sur Rue de Vaugirard, ou même IRL pour ceux qui seront à Paris le samedi 1er mars. Nous organisons une petite soirée pour boire et discuter avec les auteurs et les lecteurs des Cahiers. Plus d’informations ici !

Conférences sur Frédéric Ozanam

Frédéric OzanamDans le cadre du bicentenaire de la naissance de Frédéric Ozanam, la Société de Saint Vincent de Paul m’a invité à donner des conférences sur la pensée politique de Frédéric Ozanam. C’est depuis les JMJ de 1997, où il a été béatifié, que je me suis pris d’affection pour lui. Certains ont leur saint préféré : beaucoup sont fans de Ste Thérèse, d’autres sont des inconditionnels de Pier-Giorgio Frassatti et je ne parle pas des groupies de Jean-Paul II… Pour moi, mon préféré c’est Frédéric Ozanam, un laïc qui a osé dire que la devise de la République était “l’avènement temporel de l’Evangile”.

Ozanam est l’un des fondateurs de la Société de Saint Vincent de Paul, l’un des précurseurs de la doctrine sociale de l’Eglise (dixit Jean-Paul II) et l’un des créateurs de la Démocratie chrétienne.

C’est sur ce dernier point que j’interviens dans deux conférences :

- ”La pensée politique de Frédéric Ozanam” à l’Académie de Macon, 41 rue Sigorgne 71000 Macon,  le 26 septembre à 19h.

- ”Frédéric Ozanam, inventeur de la Démocratie chrétienne ?” à la Maison de la Région, 61 La Canebière, 13001 Marseille, le 25 octobre à 10h. Cette conférence sera dans le cadre d’un colloque de deux journées où participeront aussi Charles Mercier, historien et maître de conférence à Bordeaux IV, et le Cardinal Peter Turckson, Président du Conseil Pontifical Justice et Paix.

Frédéric Ozanam mérite vraiment à être connu car il est proche de nous, tout comme son époque qui a des similitudes avec la nôtre. Ses écrits sont d’une grande richesse, que ce soient ses articles de journaux, ses cours à la Sorbonne ou ses lettres à sa fiancée. C’est un saint actuel, présent pour tous ceux qui veulent faire rimer citoyen et chrétien.

Il y a de nombreuses demeures dans la cathosphère

blogVendredi 26 juillet, dans le Monde, Samuel Laurent a écrit un article sur l’Institut de formation politique, une organisation libérale-conservatrice souhaitant former de futurs cadres politiques.

L’article est bien documenté, il est instructif, mais il y a quelques points discutables sur lesquels je souhaite revenir.

En décrivant l’IFP, Samuel Laurent nous présente un aperçu du monde libéral-conservateur français qui est montré comme ayant des connexions avec l’extrême droite et avec des organisations catholiques, des mouvements pro-vie et pro-famille… Ainsi, il fait une assimilation claire entre libéral-conservatisme et « droite de la droite ». Cette assimilation est vraie pour certaines organisations qu’il cite : l’IFP, Polémia ou des pure player comme Nouvelles de France ou Contrepoint qui sont en effet très à droite. De même pour certains noms cités (Jean-Yves Le Gallou ou feu Dominique Venner) qui sont des figures de l’extrême droite et proches du FN.

Mais, outre le fait que certains libéraux-conservateurs (LibCons) ne se reconnaissent pas dans cette droite extrême, il y a des raccourcis gênant : pourquoi donc mettre la Manif pour tous (LMPT) ou Vita dans cette même nébuleuse ? Etre pro-vie suffirait-il pour être « LibCons » ?  Lire la suite

Gaz de schiste, OGM et embryons

Conservés dans l'azote liquideLe Parlement a autorisé l’expérimentation sur les embryons humains. Le projet de loi a été voté le mardi 16 juillet. Le gouvernement n’a pas appliqué la loi de 2011 qui impose la tenue d’un grand débat public, des états-généraux, lors de toute modification de la loi sur la bioéthique. Il n’a pas non plus sollicité l’avis du Conseil d’état, ni réalisé une étude d’impact. A l’aide d’un artifice juridique, le gouvernement a, encore une fois, fait fi d’un grand débat public et il s’est arrangé pour que le vote ait lieu en plein été. Ainsi, une loi très importante a été votée en catimini.

La même semaine, l’INRA renonçait à l’expérimentation des OGM en plein champs, faute d’autorisation gouvernementale. Également, François Hollande nous assurait qu’il n’y aurait pas de recherche scientifique en vue de l’exploitation de gaz de schiste en France.

Une telle situation nous interroge car il y a une incohérence : pour les OGM et le gaz de schiste, on renonce à la recherche pour des raisons écologiques, mais pour la recherche sur les embryons, on laisse de côté les questions bioéthiques (qui sont aussi écologiques) pour donner une carte blanche à l’industrie pharmaceutique. Lire la suite

Le Gouvernement serait-il mal-à-l’aise avec l’écologie ?

Delphine Batho et son successeur, Philippe MartinIl semble que François Hollande ait du mal avec l’écologie… beaucoup de mal même. Le limogeage de Delphine Batho semble confirmer ce malaise. En effet, celle-ci a eu le malheur de critiquer un projet de budget contenant de très grosses coupes au détriment du ministère de l’écologie. Ministère qui se trouve dans la situation peu enviable de plus gros perdant du nouveau budget ! 

Tout un symbole ! Ce qui peut nous laisser penser que le gouvernement Ayrault considère l’écologie comme la cinquième roue du carrosse républicain… et nous le pensons sérieusement, tant cet évènement n’est pas le seul symptôme : avant madame Batho, c’est Nicole Bricq qui a fait les frais d’une éviction pour cause de désaccord avec le gouvernement socialiste sur les forages au large de la Guyane. 

Pour le binôme Hollande-Ayrault un bon ministre de l’écologie serait-il un ministre muet ? Lire la suite

Découpage régional et décentralisation

Les régions françaises et leurs blasonsLa décentralisation est une question politique essentielle. Elle s’intéresse au plus près de la vie démocratique car elle tente de réduire la distance entre les citoyens et leurs représentants. Elle est liée à des principes politiques fondamentaux : le principe de subsidiarité et la participation des citoyens.

Malheureusement cette question est peu médiatisée. Elle est pourtant au cœur du débat politique actuel avec le projet de réforme des collectivités territoriales initié par le gouvernement. Surnommé acte III de la décentralisation, il vise à rendre plus simple et plus efficace l’actuelle organisation territoriale.

Sur le site du Courant pour l’Ecologie humaine, j’ai abordé cette question en cherchant quelques points de repères pour une réflexion sur ce sujet. Je vous renvoie à ce texte.

J’aimerais ici parler d’un aspect particulier de la décentralisation : le découpage des régions françaises et le choix des critères définissant les périmètres régionaux.  Lire la suite

Quelle stratégie pour un engagement politique après les Manifs pour tous ?

Mariannes pour tousLa loi instituant le mariage pour tous a été votée, promulguée, le premier mariage unissant deux hommes a été célébré… Alors c’est fini ? Les neuf mois de manifestations, happenings, de pression médiatique, politique, ces longs mois de luttes où des centaines de milliers de personnes ont été mobilisées, où ces personnes ont été ignorées et même pour certaines réprimées par le gouvernement, ce long combat a-t-il été mené pour rien ?

Non, je ne le crois pas. Certes, le temps du slogan « Taubira ta loi on en veut pas » est dépassé. Le temps du combat contre le projet de loi Taubira est terminé, mais nous entrons dans une nouvelle étape politique. Cette fois-ci, le théâtre des opérations ne sera plus dans la rue, mais dans les urnes… à condition que nous nous organisions avant. Lire la suite

Frédéric Ozanam et la Révolution de 1848

Lamartine25fevrier1848Frédéric Ozanam a été un acteur de la révolution de 1848. Certes, il n’a pas joué un rôle politique de premier plan. Mais son influence sur les catholiques de son temps n’a pas été négligeable. L’Eglise a donc béatifié un « révolutionnaire » ! Ce qui tord le cou au cliché d’une Eglise conservatrice qui craint les changements et les révolutions… Regardons de plus près ce qui c’est passé. Lire la suite

Frédéric Ozanam et la politique

La liberté guidant le peupleLa question des idées politiques de Frédéric Ozanam est sans doute celle qui m’a le plus passionné. Certainement parce que ce sont par elles que j’ai découvert Ozanam aux JMJ de 1997 : un Pape, présenté comme dénonçant le capitalisme sauvage et ayant vaincu le communisme béatifiait un homme qui avait approuvé la révolution de 1848. L’Eglise élevait sur les autels un révolutionnaire ! Un bienheureux républicain ! Voilà qui est surprenant alors que les catholiques français du XIXème siècle étaient majoritairement royalistes et, qu’encore de nos jours, les cathos sont représentés comme de pieux conservateurs se méfiant du peuple… Image fausse, du moins en partie, complètement démolie par cette béatification de 1997. Voilà qui parlait au grand adolescent attiré par la gauche[1] que j’étais !

 Mais il est important de connaître son histoire. On ne s’improvise pas révolutionnaire et Ozanam a mis du temps avant de poser des choix essentiels. Nous l’avons vu précédemment, Ozanam a eu très vite des convictions et des engagements sociaux et caritatifs. En 1833 avec la Société de Saint Vincent de Paul, en 1839 avec son cour de Droit commercial où il annonce, avec un siècle d’avance, le contenu du code du travail. Dès 1831 il a eu un engagement intellectuel en dénonçant une des premières idéologies socialistes : le Saint-simonisme. Il avait seulement dix-huit ans.

 Mais concernant la politique, il n’a pas envisagé d’engagement avant 1848. Son cheminement s’est fait par étape. Lire la suite

La violence et la non-violence

La violence et la non-violenceJe laisse exceptionnellement la plume à Iris, ma fiancée. Elle a voulu me souffler une idée de billet, mais je lui ai proposé de l’écrire elle-même et de le publier sur mon blog.

4ème de couverture : « Les Goûters Philo aident les enfants à réfléchir sur les questions importantes qu’ils se posent. Toute une série de livres clairs, directs et drôles pour éveiller aux idées. »

Celui-ci parle de « La violence et la non-violence ». Un livre pour enfants à partir de 8 ans, car la philo peut être mise à la portée de tous.

En week-end chez mes parents, j’ai retrouvé ce petit bouquin que j’avais lu il y a quelques années. J’ai eu envie de le relire, pour me rafraîchir la mémoire et avoir un peu plus les idées au clair sur ce qu’est la non-violence, puisque le mouvement des Veilleurs qui est en train de se développer depuis quelques semaines se réclame de la non-violence.

Dans le même temps, j’ai vu sur les réseaux sociaux que Vivien Hoch ferait bien lui aussi de lire ce livre, car ce chercheur en philosophie est présenté comme « une figure des Veilleurs » alors qu’il ne cesse d’avoir un comportement violent. Précisons tout de suite qu’il n’est pas dans le staff des Veilleurs, et que s’il leur a peut-être donné quelques coups de main, il n’est pas représentatif du mouvement.

Voici quelques citations du livre, qui donnent des pistes sur l’attitude à avoir face à la violence :

« Dans le cercle de la violence, on est comme dans un tourbillon : aspiré, entraîné, incapable d’en sortir. Un seul moyen pour ne pas être aspiré : ne pas y entrer. Dès que l’on détecte la moindre petite violence, refuser d’y répondre. »

« Se montrer fort en face de la violence ne veut pas dire être violent. Se montrer fort prouve que l’on est capable de dompter la violence, de briser le cercle, et cela prouve qu’on veut le faire, qu’on y est décidé. »

« Répondre à la violence par la violence veut dire que nous ressemblons à celui qui agresse, que nous acceptons sa violence, puisque nous nous y mettons, nous aussi. »

« Si on répond à la violence par la non-violence, on dit à celui qui est violent qu’on ne parle pas la même langue que lui. On lui dit qu’on ne comprend pas sa langue, qu’on ne comprend pas le langage de la violence, qu’il ne sert à rien. »

« Un non-violent est quelqu’un qui est agressé par des injustices, par des violences, et qui décide de ne pas utiliser l’arme de la violence pour se battre. C’est quelqu’un qui décide de renoncer à la violence, même s’il continue à être victime d’injustices, même s’il risque sa vie. »

« La non-violence demande beaucoup d’imagination, d’intelligence, de patience et de persévérance. »

« L’escalade de la non-violence a commencé. Le sommet, c’est l’objectif que l’on veut atteindre. Pour l’atteindre, il faut grimper et être capable de faire de plus en plus d’efforts. En franchissant des niveaux de plus en plus difficiles, on montre à l’adversaire qu’on ne plaisante pas : personne ne fournit autant d’efforts pour un simple caprice. La tactique de la non-violence n’est jamais facile ; il faut y croire, s’accrocher, mais elle montre que l’on veut vraiment atteindre le sommet, l’objectif, que le combat est juste, que ça vaut le coup. La non-violence peut faire très peur : voir des milliers de personnes manifester dans le silence, le calme total, est très impressionnant. On sent leur volonté, leur puissance, à travers la force qu’ils montrent en se maîtrisant. Une force bien plus grande que ceux qui cassent tout. »

« Éviter les conflits, cela ne veut pas dire que le monde doit être peuplé de mous, de lâches, de gens qui s’écrasent ou partent en courant dès qu’il y a un désaccord. Au contraire. Cela veut dire un monde peuplé de gens préoccupés de ce qui se passe autour d’eux, de gens présents, attentifs, vigilants, pour détecter les endroits où les conflits sont en train de naître. Des gens capables d’utiliser leur intelligence, leur énergie, leur volonté, leur courage, leur persévérance pour résoudre les problèmes avant qu’ils ne se transforment en conflits. »

On ne peut pas narguer les policiers et se réclamer d’être un non-violent.

Toutefois, l’hymne des Veilleurs étant « l’Espérance », nous pouvons espérer que ce jeune homme se rende compte de ses incohérences, et qu’il choisisse la non-violence pour de bon. La non-violence s’apprend, il existe des techniques à appliquer. Nous pouvons lire Gandhi et tous ceux qui ont expérimenté la non-violence avant nous.

En attendant, on ne peut pas présenter Vivien Hoch comme un Veilleur, car sa démarche n’est pas claire.

Les Veilleurs, c’est un mouvement spontané et naissant dont il faut protéger l’inspiration, qui est fondée sur la non-violence. Il faut faire attention à ceux qui voudraient récupérer le mouvement, pour qu’ils ne le fassent pas tomber dans la violence. Ça pourrait arriver sans même qu’ils le fassent exprès, en étant simplement inconscients de leur propre violence.

Pour finir, je vous laisse lire la belle lettre d’encouragements que le père Daniel-Ange a adressé aux Veilleurs, qui nous ramène à l’essentiel.

Frédéric Ozanam, Histoire d’une vocation par Philippe Charpentier de Beauvillé

CouvertureCette année du bicentenaire de la naissance de Frédéric Ozanam (1813-1853) et du 180eme anniversaire de la fondation de la Société de Saint Vincent de Paul (1833), est l’occasion de lire les biographies de Frédéric Ozanam. Les éditions Salvator l’ont bien compris et ont publié un intéressant ouvrage : Frédéric Ozanam, Histoire d’une vocation par l’historien Philippe Charpentier de Beauvillé. Lire la suite

Frédéric Ozanam : la charité, la justice et la lutte des classes

Révolte des CanutsFrédéric Ozanam a connu une France en pleine mutation. Né en 1813 et mort en 1853, il a vécu à une période où la société française s’est radicalement transformée tant d’un point de vue politique que social. Politique car il a connu cinq régimes. Social parce que cette période est celle de la Révolution industrielle qui a complètement modifié les classes sociales et les rapports économiques et sociaux dans le pays. Rapidement, une nouvelle société s’est construite avec d’un côté une bourgeoisie industrielle riche et puissante, de l’autre une classe ouvrière pauvre et nombreuse. Les changements politiques de la France ont accentué cette mutation. Ozanam a connu cinq régimes politiques : l’Empire de Napoléon 1er, la Restauration à partir de 1815, la Monarchie de Juillet en 1830 avec le Roi des Français Louis-Philippe 1er (curieux monarque qui n’avait pas de légitimité et qui s’inspirait des principes de 1789), la IIème République en 1848 et enfin le second Empire en 1852. La France changeait et certains régimes, comme la Monarchie de Juillet, ne refusaient rien à la nouvelle classe qui dirigeait l’économie du pays…

La Révolution industrielle a entraîné un exode rural qui a rempli les villes de populations ouvrières misérables. Ozanam a connu le Paris de 1831 qui est celui que décrit Victor Hugo dans les Misérables. Les ouvriers travaillaient durement, tous les jours, toute la journée, dans des conditions catastrophiques. Ils recevaient un salaire de misère et vivaient dans des taudis. Aucunes vacances, aucun repos, aucune protection en cas de maladie, pas de retraite : il était difficile pour eux d’élever leur famille et de vivre décemment. Lire la suite

Les Veilleurs de l’espérance

VeilleursLe vote solennel de la loi élargissant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe a eu lieu hier, le 23 avril.

Nous aurions pu être tristes, abattus, défaits. Nous aurions pu nous lamenter. Nous aurions pu ranger nos sweats, drapeaux et pancartes.

Et pourtant non, tout le contraire s’est produit. Nous avons continué de manifester, mais surtout, après la manif autorisée par la Préfecture de Police, il y a eu la nuit des Veilleurs. Lire la suite

Frédéric Ozanam et la Société de Saint Vincent de Paul

Ozanam23 avril 1833. Ce jour là, Frédéric Ozanam fête ses vingt ans. Il aurait pu les fêter comme tous les étudiants de son temps : avec ses camarades de la Sorbonne dans une taverne du quartier latin. Ou bien il aurait pu choisir une atmosphère plus « balzacienne », en fréquentant un très chic salon au milieu de jeunes gens de « bonnes familles ».

Mais non, ce jour là sera différent, car avec sept autres amis, ils ont décidé de se rassembler à l’actuel 38 rue St Sulpice, au siège du journal la Tribune Catholique, pour répondre à un appel… Lire la suite

Chronique d’un changement de civilisation

Les Temps ModernesFrédéric Ozanam se serait-il douté que le 23 avril 2013, soit deux cents ans après sa naissance le 23 avril 1813, la France allait élargir le mariage et l’adoption aux couples de même sexe ? Je ne tiens pas à faire parler les morts, je ne sais pas ce qu’il aurait dit s’il avait vécu aujourd’hui…

Mais ce qui est vrai est que notre époque a une similitude avec la sienne : la première moitié du XIXeme siècle a été le théâtre d’un grand changement de société. Lire la suite

Frédéric Ozanam, historien

Ozanam« Pendant que les catholiques s’arrêtaient à la défense de la doctrine, les incroyants s’emparaient de l’histoire. (…) Il nous faut reconquérir ce domaine qui est à nous, puisque nous le trouvons défriché de la main de nos moines, de nos bénédictins, de nos bollandistes[1]. Ces hommes pieux n’avaient pas cru leur vie mal employée à pâlir sur les chartes et les légendes. (…) je veux montrer le bienfait du christianisme dans ces siècles mêmes dont on lui impute les malheurs.[2] » 

Ainsi parlait Frédéric Ozanam en ce vendredi saint de l’année 1851, dans l’avant propos de son cour sur la civilisation au Vème siècle. Dans ce long texte introduisant son enseignement à la Sorbonne, Frédéric Ozanam nous délivre un émouvant testament spirituel et intellectuel. Spirituel, car il y relate son adolescence difficile, où il avait perdu la foi, et sa conversion grâce à l’abbé Noirot. Intellectuel, car il nous livre les raisons profondes de son travail universitaire, de sa double vocation de chercheur et d’enseignant.  Lire la suite

Et si on (re)découvrait Frédéric Ozanam ?

Frédéric OzanamLa société de Saint Vincent de Paul fête cette année le bicentenaire de la naissance de son principal co-fondateur : Frédéric Ozanam. Né en 1813, il a fondé, avec quelques amis, la première « conférence de charité » en 1833, et il est mort en 1853. 2013 est donc un triple jubilé : bicentenaire de sa naissance, 180 ans de la société de saint Vincent de Paul, 160 ans de l’entrée au ciel de Frédéric. 

Ozanam n’est pas encore très connu et c’est bien dommage car il a une personnalité passionnante. 

Je l’ai personnellement découvert en 1997, lors des Journées mondiales de la jeunesse de Paris. Frédéric Ozanam a été béatifié à cette occasion par Jean-Paul II, à Notre-Dame. Cette rencontre a été pour moi décisive. J’avais 18 ans. J’étais un grand adolescent en quête de vérité et de justice sociale. L’heure était à la contestation et plusieurs fois il m’arrivait de remettre sérieusement en question l’éducation catholique que j’avais reçue. La foi en Dieu restait intacte, mais c’était avec l’Eglise que j’étais en froid… c’est ainsi que je suis allé aux JMJ avec des pieds de plomb. 

L’évènement des JMJ, les enseignements reçus, l’image de ce pape au corps épuisé mais à l’esprit jeune et flamboyant qui appelle à « construire la civilisation de l’amour », tout cela m’a bouleversé. Je m’étais réconcilié avec l’Eglise. J’avais découvert sa dimension prophétique, la puissance de son message dans un monde en pleine mutation. 

L’appel de Jean-Paul II à construire la civilisation de l’amour était accompagné d’un exemple concret : la vie et la personne de Frédéric Ozanam. Le bienheureux Ozanam est bien différent des autres saints de l’Eglise. Laïc, marié, père de famille, tour à tour avocat, professeur de droit puis professeur de lettres à la Sorbonne, il était engagé dans la société française du début du XIXème siècle. Il avait un engagement social avec la fondation des conférences de Saint Vincent de Paul, un engagement politique avec sa participation active à la révolution de 1848, un engagement intellectuel avec son travail de recherche en histoire des religions. Tous ses engagements étaient habités, motivés, par une foi ardente et un immense amour du Christ et de son Eglise. 

Ozanam était un citoyen, témoin des changements de son temps qui ont engendré le monde moderne que nous connaissons. Cet exemple est peut-être un des plus parlant pour quiconque souhaite s’engager dans la Cité aujourd’hui. C’est sans doute cet aspect qui m’a le plus marqué chez lui : le citoyen et, soyons clair, le révolutionnaire républicain de 1848. Ozanam n’a pas eu peur de dire que la devise « Liberté, égalité, fraternité » est « l’avènement temporel de l’Evangile » alors que bon nombres de catholiques étaient monarchistes. Ozanam a pris position en faveur de la démocratie alors que ce régime était mal perçu par l’Eglise. Ses choix audacieux ont fait de lui un visionnaire : il a anticipé, et inspiré, la doctrine sociale de l’Eglise, il a contribué à la fondation de la démocratie chrétienne

Ozanam était aussi un ardent défenseur de l’Eglise, même s’il se permettait quelques critiques… il était un évangélisateur et non un propagandiste, un prophète et non un petit soldat. Intellectuel engagé, il a été un historien pionnier dans la réhabilitation d’un Moyen-âge trop souvent caricaturé.

Cette grande figure mérite d’être redécouverte tant elle peut être une source d’inspiration pour aujourd’hui. Sa manière d’être, à la fois audacieuse et loin des extrémismes, ferme et non-violente, à l’écoute de ses adversaires mais toujours dans le respect, fidèle à l’Eglise mais avec un esprit critique constructif, tout cela fait d’Ozanam un personnage exemplaire pour notre époque riche de débats passionnés et d’enjeux cruciaux. 

Pour mieux le connaître, je diffuserai dans les semaines à venir, quelques articles sur différents aspects de la vie et de la personnalité de Frédéric Ozanam. Il s’agira de quelques réflexions sur certains épisodes de sa vie, certains de ses ouvrages ou encore sur certaines facettes de ce personnage très riche. 

A suivre !

Au-delà d’un million

La Manif pour tous, avenue de la Grande Armée“Au-delà d’un million, le gouvernement vacille” disait François Mitterrand. Il savait de quoi il parlait. En 1984, son gouvernement avait retiré une loi déjà votée devant une manifestation géante.

Céder devant la pression populaire n’est pas un phénomène rare. Les grands mouvements populaires parviennent généralement à leur fin. Cela est normal : la démocratie ne se joue pas seulement lors des élections, au Parlement ou dans les mécanismes institutionnels. La démocratie est aussi à l’oeuvre dans les corps intermédiaires et dans les collectifs spontanés qui parviennent à rassembler un très large public. Lire la suite

Une Eglise pauvre, pour les pauvres

Le Pape François avec le père Gonzalo, prêtre Uruguayen travaillant auprès des jeunes de la rue.

Le Pape François avec le père Gonzalo, prêtre Uruguayen travaillant auprès des jeunes de la rue.

Le pape François nous a délivré le secret du choix de son nom durant la conférence de presse du 16 mars. Sa référence n’est ni Saint François-Xavier, ni Saint François de Sales mais bien, comme tout le monde s’y attendait, Saint François d’Assise, le poverello.

Il serait très imprudent de parler de « programme » car un pape n’est pas un homme politique avec un programme, des slogans et des propositions. Rien de tout cela chez un pape ! Son élection nous a bien prouvé que les critères humains, inspirés de la vie de la cité, n’ont pas cours au cœur de l’Eglise. La cité des Hommes n’est pas celle de Dieu, il est bien difficile de comprendre l’une en suivant le raisonnement de l’autre. Mais sans évoquer un programme, nous pouvons percevoir une sensibilité, une tendance par le choix de ce nom.

François le dit très clairement "Je porte le nom de François, car je voudrais une Eglise pauvre, pour les pauvres ". Une Eglise qui irait vers sa périphérie, vers ses « favélas ». Le choix de François lui est venue comme une mystérieuse inspiration après avoir pris conscience qu’étant devenu pape, sa priorité sera pour les pauvres.

Un tel choix peut sembler évident pour un chrétien : la pauvreté évangélique, l’option préférentielle pour les pauvres sont des manifestations de la charité, la plus importante des vertus théologales, celle « qui ne passera jamais ». Nous sommes en plein dans le message du Christ.

Mais un tel choix pourrait presque surprendre… oui, il pourrait surprendre tant les conversations d’avant le conclave portaient sur un autre sujet : la réforme de la Curie romaine. Nous attendions un pape réformateur, plutôt jeune, solide aussi bien doctrinalement que physiquement. Certains parlaient d’un pape réunissant les chefs de dicastère comme un Président ses ministres. D’autres disaient que le conclave élirait un « ticket » fait d’un pape et d’un secrétaire d’état, et ils comparèrent même cette solution aux élections américaines… et non, rien de tout cela : nous avons eu Bergoglio, un franciscain égaré dans une jésuitière…

Est-ce incompatible ? Non, car un disciple de Saint François ne peut-être qu’un réformateur, mais pas un réformateur au sens de la cité des Hommes.

Saint François d’Assise a été le plus grand réformateur de l’Histoire de l’Eglise. En son temps, l’Eglise s’écroulait de toute part : corrompue par l’argent, l’Eglise n’était plus que l’ombre d’elle-même. Qu’a-t-il fait ? Il n’a, ni dénoncé les clercs, ni appelé à une « opération mains propres », il n’a commis aucune violence envers les prélats malhonnêtes ni envers personne… François a fait le choix de suivre le Christ.

Il a prié, il s’est uni à Dieu. Attaché à lui, il a choisi de se détacher des richesses : il est devenu un pauvre parmi les pauvres. Uni à Jésus, il a embrassé un lépreux et servi les pauvres. Son choix radical a appelé à sa suite des milliers de vocations. L’Eglise a été renouvelée par cette révolution Evangélique, une révolution sans la moindre violence, toute imprégnée de charité.

Le pape contemporain de Saint François, Innocent III, a eu un étrange songe : il a vu la basilique Saint Jean de Latran s’effondrer, mais un mendiant la soutenait. Peu après, il reconnu en Saint-François le pauvre de son rêve et il compris ainsi qu’il devait accueillir favorablement cet ordre de frères mendiants.

La révolution franciscaine qu’a connue l’Eglise médiévale est toujours d’actualité. Ce sont les saints qui sont les piliers sur lesquels l’Eglise repose.

En ces temps de besoin de réforme, le pape François appelle l’Eglise à être « pauvre pour les pauvres ». Pour le moment, nous ne sommes que dans les premiers jours, François a tenu à faire des gestes symboliques : apparition en simple soutane blanche lors de son arrivée au balcon, port de ses anciennes chaussures, déplacement en bus avec les cardinaux, paiement de sa note d’hôtel comme tout un chacun… A la messe de dimanche il a salué les paroissiens de Ste Anne comme n’importe quel curé. François tient à la simplicité pour présenter au monde une Eglise proche des plus modestes.

François est un pape simple et accessible, mais il est surtout un pape de prière. Il a commencé ses premières minutes d’évêque de Rome en priant, et faisant prier, pour Benoît XVI. Il a ensuite fait ce geste incroyable de demander à prier pour lui. Il nous rappelle ainsi que tout commence par la prière. Tout, à commencer, bien sûr, par cette réforme tant attendue.

La réforme aura-t-elle lieu ? Nous n’en savons rien. Elle prendra certainement des formes inattendues. Mais ce qui est certain, c’est que sa source sera le Christ.

Le pape nous appelle au choix du Christ, donc de la charité et de la pauvreté.

Le songe d'Innocent III. St François d'Assise soutien St Jean de Latran sur le point de s'effondrer.

François

FrancescoLa surprise est totale, la joie est immense. Surprise d’un pape aussi inattendu, joie d’avoir un pape et un pape simple, humble et priant.

Tout est surprise chez lui, tout, y compris le déroulement de son élection.

On s’attendait à un conclave long, de plus de six tours : il y en a eu cinq, ce qui est plutôt court.

On s’attendait à un pape jeune, sexagénaire ou au maximum de 72 ans (le papabile Scola). Il en a 76, soit deux petites années de moins que Benoît XVI à son élection.

On ne s’attendait pas à un jésuite, il n’y a eu aucun pape ignatien et une légende tenace (mais désormais morte) disait que ce n’est pas compatible avec la papauté. Il en est un.

On ne s’attendait pas à Jorge-Mario Bergoglio car une rumeur prétendait qu’il avait refusé d’être élu en 2005. Il serait pourtant bien parti, ayant peut-être eu beaucoup de voix. Mais il aurait eu une sorte de malaise indiquant une peur de sa charge, une expression sur le visage exprimant une angoisse, un refus, qui aurait dissuadé les cardinaux de voter pour lui aux tours suivants… est-ce vrai ? Nous n’en savons rien. Mais ce qui est sur est que cette histoire l’a éloigné de beaucoup de listes de papabile… Ce qui ne l’a pas empêché d’être élu. 

Enfin, on s’attendait à un Léon XIV, Paul VII, Jean XXIV ou Benoît XVII… Nous voici avec François ! Un nouveau nom dans l’histoire des papes, un nom plein de sens car il se réfère à Saint François d’Assise. C’est une surprise et elle en dit peut-être beaucoup sur notre nouveau pape : généralement, le choix du nom est une sorte de programme ou au moins une référence particulière pour le pape. Alors dans le cas de François la référence est la plus profonde qui soit. Saint François d’Assise est peut-être le plus grand saint de l’Histoire de l’Eglise… le plus grand saint parce que le plus petit, le plus humble de tous : il a choisi de vivre dans la pauvreté. Cette référence est-elle un programme pour le pape ? Dans son cas il est impossible de répondre actuellement, mais le symbole est très puissant, très grand, très profond.

Saint François est le saint de la pauvreté. Il a choisi d’être pauvre parmi les pauvres. Il embrassa un lépreux et vécu au service des plus misérables. Il est le saint de la charité et de l’humilité. Le message est fort : François est le premier pape de l’hémisphère sud, hémisphère de la pauvreté.

Saint François est le saint de la Création: il est le saint patron des écologistes ! Quel message, en ces temps de crise écologique !

Saint François a connu une Eglise en pleine crise, gangrénée par la corruption. Or, son œuvre a profondément bouleversée l’Eglise. Par sa sainteté, sans être un réformateur, il a renouvelé l’Eglise. Une réforme par la sainteté, la charité, l’humilité…

Saint François est le saint du dialogue. Il a discuté, dans la paix et la charité, avec un sultan qui était en guerre contre les chrétiens. Sans violence, il est allé lui parler. C’est devant cet exemple que Jean-Paul II a organisé la première rencontre interreligieuse à Assise. Beau message de paix !

Enfin, saint François est le saint de la vie intérieure. Profondément mystique, il a reçu les stigmates, saint François était un homme de prière.

Avec un tel nom, nous aurions, si c’est le but du pape, un magnifique programme. C’est bien parti. Il a commencé son pontificat d’une manière très originale : il a prié, et fait prier, pour son prédécesseur. Surtout, il a demandé à ce que l’on prie pour lui. Démarche spirituelle mais aussi d’humilité : il souhaite que le peuple de Dieu demande à Dieu de le bénir. Il manifeste par là qu’il a grandement besoin de nous. Cette prière était belle : un long temps de silence et un pape incliné, le visage vers le sol.

Nous avons vu le soir du 13 mars un pape simple, priant, attachant. Quand nous lisons sa biographie, nous voyons qu’il était un prêtre puis un évêque très proche des plus pauvres, des malades, des personnes loin de la foi… Il est connu pour être un  "homme de prière, qui fuit le paysage médiatique et mène une vie sobre et évangélique." Il a une évidente sensibilité “franciscaine”, même s’il est d’un autre ordre religieux.

François est déjà surnommé dans les réseaux sociaux « le pape de la charité ». Nous accueillons sa venue avec joie !

Au cénacle

Veni creator spiritus… En chantant l’appel à l’Esprit Saint, les cardinaux entrent dans la chapelle Sixtine pour y rester enfermés à clés, « cum clave », ce qui est le sens de « conclave ».

Au conclave, les cardinaux sont comme les apôtres enfermés dans le cénacle à Jérusalem. Les premiers disciples étaient enfermés, coupés du monde. Jésus était monté aux cieux quelques jours avant, il leur avait promis la venue de l’Esprit. Confiant dans les paroles du Seigneur, ils ont prié et ont attendu.

Le conclave est un nouveau cénacle où les cardinaux prient pour que l’Esprit Saint descende sur eux. Le conclave est le lieu du mystère de l’Eglise : divine et humaine à la fois. L’Esprit Saint vient sur des hommes libres. Il participe à l’élection sans s’imposer. L’élection du pape est le fait d’une décision toute humaine : sur des critères terrestres, les cardinaux désigneront le successeur de Pierre. Ils choisiront le pape selon son profil théologique, sa personnalité, son âge, sa santé, les langues qu’il connaît etc. Mais ils demanderont à l’Esprit Saint de féconder cette réflexion, de leur inspirer la bonne décision, le bon critère de vote. C’est une élection à la fois humaine et divine, tout comme l’est l’Eglise : institution humaine et corps mystique du Christ. Et comme l’est Jésus : vrai homme et vrai Dieu. Comme l’est l’eucharistie : pain fabriqué par des hommes et corps du Christ. Comme l’est la Bible : texte écrit par des hommes et véritable parole de Dieu.

Les portes de la chapelle Sixtine sont maintenant fermées. Les cardinaux sont invisibles, coupés du monde. L’Eglise retient son souffle pour que l’Esprit souffle. Nous nous tenons derrière la porte pour les porter dans la prière.

Tous les jours de ce conclave nous allons attendre, fébrilement ou pas, la fumée blanche.

Tous les jours de ce conclave nous pourrons participer à cet évènement en priant pour un cardinal en particulier ou pour tous les électeurs.

Tous les jours de ce conclave, nous ferons un acte de foi et d’espérance : le prochain pape sera le nôtre, le bon, la Pierre sur laquelle repose l’Eglise.

Veni creator spiritus

PorteClose

Les origines de la liberté, l’émergence de l’esprit dans le monde naturel

Les origines de la LibertéLa science a fait de vertigineux progrès. Aujourd’hui, la technique permet à l’Homme de regarder de près l’activité du cerveau. Nous pouvons le voir en train de penser ! Il s’agit d’une révolution. Les neurosciences peuvent nous conduire à une conclusion « réductionniste », c’est-à-dire où la pensée, l’esprit humain, seraient réduits à l’activité cérébrale. C’est tout du moins ce que peuvent induire les récentes découvertes sur le fonctionnement du cerveau humain. Ainsi, notre époque est tentée par une conception matérialiste de la vie et de l’Homme : l’âme serait matière, l’intelligence humaine serait le fruit d’une évolution hasardeuse et d’une sélection naturelle. L’Homme serait doué de pensée parce que cela aurait facilité la vie de nos ancêtres primates. Un tel raisonnement remet en question toute la philosophie, toutes les religions et pose à l’Homme des questions vertigineuses : quel est le sens de notre vie, sommes-nous libres ?

Dans son livre «les origines de la liberté, l’émergence de l’esprit dans le monde naturel », le philosophe Philip Clayton[1] attaque ces questions de front autour d’une problématique fondamentale : sommes-nous vraiment libres ou le libre arbitre que nous nous attribuons n’est-il qu’une illusion ? Cette question contient en elle toutes celles touchant à notre destinée, le sens de notre existence sur terre et celle de notre âme et de notre corps. Clayton est un philosophe et un théologien chrétien. Il ne rejette aucune science, bien au contraire il les accueille en toute objectivité et il pose une réflexion de philosophe sur les conséquences de ces découvertes sur les questions existentielles. Il nous conduit au fil des pages dans un raisonnement démontrant les limites des théories réductionnistes. Il développe une thèse « émergentiste » qui n’élimine pas le spirituel et pour qui le libre-arbitre est toujours d’actualité. Cet ouvrage est remarquable pour ceux, croyants ou non, qui sont intéressés par le rapport entre science et foi.

Voici quelques extraits :

« La préemption de la question de la liberté humaine s’est considérablement accrue ces dernières années en raison du développement de la psychologie évolutionniste et des nouveaux défis que lancent les neurosciences aux théories plus traditionnelles de la liberté. Je soutiens, tout au long de ce livre, que cette nouvelle attaque figure parmi les menaces les plus profondes qui aient été avancées dans toute l’histoire du problème que soulève la liberté dans la pensée occidentale. Les « neurophilosophes » (ou philosophes des neurosciences) d’aujourd’hui, en présentant des réponses basées sur des données, ne font pas que contester les concepts utilisés par les défenseurs traditionnels du libre arbitre ; leurs arguments tendent également, en effet, à invalider plusieurs des hypothèses sur lesquelles étaient basées nombre des justifications traditionnelles de la liberté humaine. » (…)

« L’aptitude de l’homme à se lier aux autres, à communiquer, à se forger des représentations des autres et de lui-même et à participer à des réseaux sociaux et culturels complexes, s’enracine indéniablement dans le monde biologique. Ces racines et fonctions biologiques continuent à influencer même les interactions humaines extrêmement complexes et évoluées. Mais la biologie seule ne peut tout expliquer. Les structures biologiques sont des conditions nécessaires mais non suffisantes à la pensée symbolique et à l’action. Comme Greenspan et Shanker le notent : 

« Chez les êtres humains […] même les outils d’apprentissage doivent être assimilés et réassimilés par chaque nouvelle génération. Cela inclut l’aptitude à assister l’autre et à interagir avec les autres, à se lier sur les plans affectifs et sociaux, à élaborer des modèles complexes, à organiser l’information de façon symbolique et à utiliser des symboles pour penser. Ces « outils » nous permettent de développer des connaissances, la sagesse et l’empathie. Ce sont également des moyens concédant une protection, une sécurité et des organisations sociales et politiques efficaces. » »


[1] Philip Clayton est un philosophe des sciences, américain, doyen de l’université Claremont en Californie.

La renonciation de Benoît

B16c

Benoît XVI a abdiqué. La nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Personne ne s’y attendait. Même si un tel acte est canoniquement possible, cela ne s’était jamais vu depuis le Moyen-âge.

Benoît XVI a brisé un tabou, celui du Pape-Roi qui règne jusqu’à sa mort comme tous les monarques de la Terre. Ce tabou est comparable à celui qu’ont pulvérisé les cardinaux en 1978 quand ils ont élu un pape non-italien, là aussi, une première depuis le Moyen-âge. Eh oui, les tabous tombent car l’Eglise change, pour toujours rester fidèle à elle-même, à sa vocation d’universalité. Elle change car elle n’est plus dirigée par un Prince Italien qui gouverne un petit Etat de la péninsule italienne (un quart de l’Italie actuelle). Depuis 1929 et les accords du Latran, les Etats pontificaux ont été réduit à 44 hectares : un Etat sans nation, un pur symbole qui garanti au Pape une indépendance politique. Il n’est plus un Prince d’Italie, sa fonction est redevenue spirituelle avant tout. Fini le Prince italien, il peut donc être de n’importe quelle nationalité. Fini le Pape-Roi, il peut donc prendre sa retraite comme n’importe quel évêque. Lors de son élection, Benoît XVI a d’ailleurs acté cette évolution par un petit geste presque passé inaperçu : sur son blason, il n’a pas mis de tiare, symbole du pouvoir temporel du Pape, mais il l’a remplacé par une mitre et un pallium. Ces deux symboles sont des attributs spirituels de la papauté.

Le conservateur Ratzinger n’est pas aussi réac que la presse le présente, bien au contraire ! Il a compris son époque, la place de l’Eglise dans le monde actuel, le rôle et le sens de la papauté aujourd’hui.

Tout son pontificat a été un dialogue avec le monde d’aujourd’hui. Tout son pontificat a été un message adressé à un monde en pleine mutation. Benoît XVI a parlé à un occident sans Dieu, à une Afrique mystique, et à un monde devenu village.

Il a appelé au développement intégral de l’Homme, dénoncé l’ultralibéralisme, appelé au respect de la création. Il a défendu la notion juridique de droit naturel devant un Occident acquis au positivisme juridique. Il a maintes fois dénoncé le relativisme dans un nouveau monde soumis au « dogme de l’antidogme »1. Son œuvre est dense, puissante et surtout inclassable : ni conservateur, ni progressiste, ou peut-être les deux à la fois, Benoît XVI est résolument catholique.

Benoît XVI a su parler au monde durant un pontificat marqué par de nombreuses tempêtes. Affaire Williamson, polémique de Ratisbonne, Vatileaks … Benoît XVI aura été un des papes les plus conspués et toujours très injustement. À la fois théologien génial, philosophe exceptionnel, il a su prendre des décisions courageuses : politique très sévère contre les prêtres pédophiles, reprise en main de la Légion du Christ, réforme des finances du Vatican… Sa fermeté exemplaire a marqué un tournant dans la gestion des affaires internes de l’Eglise. Pour cela, il a fait preuve de beaucoup de courage et d’une immense liberté. Son dernier geste illustre à la perfection ce courage et cette liberté.

Benoît XVI, malgré l’image réactionnaire qui lui a été affublée, est un pape d’aujourd’hui. Son message restera. Son humilité et son courage feront dates. L’œuvre de « l’humble ouvrier de la vigne du Seigneur » portera de nombreux fruits.

1 La formule est d’Alain Finkielkraut

Jacques Attali et le Meilleur des mondes

MainTranshumanismeJacques Attali serait-il un « technoprophète » ? C’est-à-dire un de ces étranges intellectuels annonçant, avec délectation, les transformations futures de l’espèce humaine grâce aux miracles de la technique ? Nous pouvons nous poser cette question en lisant son article dans Slate « Vers l’humanité unisexe ». En effet, ce court document nous décrit une humanité mue par un désir d’égalité, de liberté et d’immortalité qui la pousse à se servir du progrès technique pour concrétiser ce désir… Le résultat ? Un monde de stricte égalité, d’indifférenciation, entre les sexes et les orientations sexuelles où la sexualité serait totalement séparée de la procréation, où les enfants seraient conçus par ectogenèse, c’est-à-dire dans des utérus artificiels. Ainsi la femme serait pleinement libérée de l’enfantement ! Il imagine un monde de sexualité libre, d’unions libres, sans aucun mariage, où l’humanité s’est affranchie de tout y compris de la mort ! Oui, la mort, car la technique permettrait de libérer l’Homme de son funeste destin… ou tout au moins de le retarder.  Lire la suite

L’écologie pour tous

Un des slogans de la Manif pour TousLe grand mouvement de la Manif pour tous serait-il le point de départ d’une révolution écologique ? Nous pouvons nous poser cette question car Tugdual Derville, un des membres du collectif Manif pour tous, a déclaré :

« Un mouvement “d’écologie humaine” est en train de se lever. » Et il précise : « Nous ne nous battons pas pour notre intérêt propre, mais pour défendre un bien précieux pour tous que nous n’aurions jamais imaginé menacé. Ce bien – le fait que tout être humain est issu de la complémentarité d’un homme et d’une femme – est une réalité qui vient de la nuit des temps. Propre à l’humanité, il est à l’origine de chacun d’entre nous. Or une loi prétend effacer cette réalité. (…) Je vois des similitudes entre ce mouvement et la naissance de l’écologie politique il y a quelques décennies. Au départ, ce fut la rencontre d’associations de défense de milieux naturels menacés et d’experts visionnaires faisant émerger une question que l’on ne pensait pas avoir à se poser un jour : quelle Terre allons-nous laisser en héritage aux générations futures ? À l’époque, beaucoup de chrétiens[1] faisaient d’ailleurs partie de l’aventure. Il est stupéfiant que ceux qui, actuellement, prétendent incarner l’écologie aient oublié ce qui fait l’essence de l’humanité et soient aux antipodes de notre préoccupation. Pourquoi passer sous silence le repère le plus naturel qui soit : que tout enfant vient d’un homme et d’une femme ? La protection des plus vulnérables devrait s’effacer devant la toute-puissance ! »

Tugdual Derville s’interroge devant le positionnement d’Europe-Ecologie-les-Verts (EELV) : comment peut-on défendre, en même temps, l’écologie et un mariage « pour tous » qui permet de créer des filiations fictives ? Pire : EELV défend la procréation médicalement assistée (PMA) qui « fabrique » des enfants coupés de leurs filiations à grands renforts de prouesses biotechnologiques… Les Verts seraient-ils en pleine contradiction ? Lire la suite

PMA : Valls hésitation

manu vallsManuel Valls est-il contre l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes ?

Dimanche 20 janvier, il a déclaré à l’émission Dimanche+ : "Je ne voterais pas la PMA dans le texte de loi sur le mariage pour tous et l’adoption", après avoir dit un NON ferme à la question : « Si vous étiez député socialiste, voteriez vous en faveur de la PMA, à la fin du mois voire en mars ? » Il a justifié sa position en disant que "La PMA, c’est un sujet extrêmement compliqué" et que cela "mérite un débat approfondi (…) long et fourni. Ce sont des questions très lourdes".

Intéressantes déclarations, mais font-elles de Manuel Valls un opposant à la PMA ? Non, car son opposition ne porte pas sur la PMA, mais sur l’opportunité d’un vote au Parlement à la fin du mois ou même en mars. Manuel Valls ne se prononce pas sur le fond du sujet mais sur la forme : il réclame un « débat approfondi (…), long et fourni ». Fait-il allusion par là à des Etats-généraux comme ceux mentionnés dans la loi de 2011 sur la bioéthique ? C’est possible et ce serait un changement car nous savons que le gouvernement socialiste en a cure de cette disposition légale…

Mais une autre interprétation de cette « Valls hésitation » est possible : le gouvernement n’est pas à son aise sur ce sujet. Le mariage pour tous, et à plus forte raison la PMA, sont contestés par un mouvement populaire qui a réussi à lever plus d’un million de personnes le 13 janvier. Le gouvernement n’a donc pas le choix, pour faire passer le mariage pour tous et l’adoption, il est obligé de repousser la PMA et de taire, pour l’instant, la gestation pour autrui (GPA). Cela a pour conséquence l’abandon du vote de la PMA dans le même texte que le mariage, et son ajournement à une prochaine loi sur la famille. Avec un débat public et la liberté de vote des députés socialistes ? C’est possible, ce serait alors une forme de compromis visant à prioriser le passage (en force bien-sûr) du mariage pour tous.

Mais ne nous leurrons pas, l’ajournement de la PMA, et le passage sous silence de la GPA, appartiennent à la logique de la grenouille ébouillantée. Comme un pauvre batracien dans une casserole d’eau froide dont la température monte lentement jusqu’à ébullition, l’opinion publique n’est pas brusquée par des mesures sociétales fondamentales survenant d’un seul coup. On procède par étape. Le mariage pour tous et l’adoption d’abord, avec un semi-débat, puis la PMA avec un débat et enfin la GPA remise à plus tard.

Les propos de Valls obéissent très certainement à cette logique. Exactement comme Elisabeth Guigou en 1999 qui voulait faire passer le PaCS en le séparant de la filiation. Son discours vibrant sur la différence des sexes était une manipulation, bien assumée depuis. C’est aussi le cas de Najat Vallaud-Belkacem qui se prononce actuellement contre la GPA, alors qu’elle y était favorable il y a un an… Tout est stratégie, il ne faudrait surtout pas que la grenouille prenne conscience trop vite que l’eau est en train de bouillir.

Le discours anesthésiant de Manuel Valls ne doit pas nous faire oublier une chose essentielle : le mariage, dans le droit civil, est intimement lié à la filiation. Ainsi, le projet de mariage pour tous le lie clairement à l’adoption et à la filiation. Si le mariage est ouvert aux homosexuels, il ouvrira les portes à la PMA. Il serait en effet discriminant que les couples mariés hétérosexuels y aient accès et non les couples mariés homosexuels. Si la PMA est ouverte pour les couples mariés lesbiens, pourquoi n’en serait-il pas de même pour les couples d’hommes ? Ainsi, la GPA serait automatiquement justifiée pour les couples d’hommes…et finalement pourquoi pas pour tous afin de ne faire aucune discrimination ?

La logique est imparable et la Valls hésitation de Manuel et des socialistes ne fait que retarder les nouvelles lois qu’ils veulent mettre en place. Nouvelles lois qui sont revendiquées clairement par le lobby LGBT, hormis la GPA qui est moins ouvertement dans les tuyaux. Celle-ci est tout de même demandée, il suffit de se référer au document du Monde de 2011, et aux propos de Pierre Bergé, mais l’inter-LGBT et le gouvernement ne la mettent pas en avant : ce sera une étape suivante.

Ainsi, il est logique que, quand on est contre l’adoption, la PMA et la GPA, nous soyons aussi contre le mariage pour tous… Ce qui ne nous empêche pas de proposer à la place une alliance civile qui ne touche pas le régime de la filiation.

Faut-il un référendum sur le mariage pour tous ?

ReferendumLa question du référendum est arrivée au cœur du débat sur le mariage pour tous. Certains députés de l’opposition ont décidé de déposer une motion référendaire. L’idée fait son chemin : en pleine séance de questions au gouvernement, l’opposition a scandé le slogan « Ré-fé-ren-dum »… ils étaient nombreux à le clamer, la formule a du succès.

Le gouvernement tient tête, sa réponse est non, non et non… ce qui s’explique : si le référendum a lieu, les Français sanctionneront le gouvernement au lieu de répondre à la question posée… du moins pour une bonne partie des électeurs. Au vu de la popularité du gouvernement, Hollande-Ayrault préfèrent éviter cette option, en mettant en avant l’impossibilité constitutionnelle d’une telle consultation et non le risque politique.

Nous n’aborderons pas la question de la constitutionnalité du référendum. Le juriste Nicolas Mathey a abordé cette question avec justesse, et la réponse est loin d’être évidente… disons simplement que le référendum n’est « pas impossible ». C’est plutôt la question de l’opportunité que nous allons voir. Lire la suite

1984

Manifestation 24 juin 19841984 est un millésime souvent cité ces derniers temps. Une année symbole évoquée pour deux raisons différentes : la grande manifestation du 24 juin 1984 pour l’enseignement libre, 2 millions de personnes dans la rue qui ont fait reculer le gouvernement de Pierre Mauroy ; mais aussi le célèbre roman de George Orwell : 1984, qui est l’une des plus terrifiantes et prophétiques contre-utopie de l’histoire de la littérature. Lire la suite

L’alibi de l’homophobie

Manif LGBT« L’homosexualité perçue de manière positive par 90% des Français.» C’est la conclusion du sondage Ifop diffusé le 14 décembre par France Inter. Bien sûr ce n’est qu’un sondage, mais il a été effectué par un grand institut et commandé par une association gay. Il ne peut donc être soupçonné de manipulation en faveur d’organisations hostiles au lobby LGBT qui affirmeraient qu’il n’y a presque plus d’homophobie en France. Ce chiffre révèle une très nette évolution en faveur des personnes homosexuelles : en 1996, seuls 67% des sondés étaient de cet avis, et en 1986, 54%. Cette opinion favorable indique un net recul de l’homophobie, ce qui est une excellente nouvelle.

Nous pouvons comparer ce chiffre avec ceux concernant l’opinion vis à vis du mariage pour tous et de l’homoparentalité. Le plus récent est le sondage Ifop du 16 décembre : 60% des sondés sont pour l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe, et 46% sont favorables à l’adoption. Mais alors, pouvons-nous conclure que les 40% de sondés qui ne sont pas favorables au mariage pour tous, et que les 54% en désaccord avec la possibilité d’adopter sont de funestes homophobes ? Non, car si on en croit le premier sondage, qui dit que 90% des Français perçoivent l’homosexualité de manière positive, les 40% de personnes opposées au mariage pour tous, et les 54% qui sont opposés à l’adoption devraient être contenus dans les 10% qui ne perçoivent pas l’homosexualité de manière positive, si c’était le cas.  Lire la suite

Mariage pour tous : pour des états-généraux de l’enfant

Le gouvernement semble déterminé à faire voter le projet de loi sur le mariage pour tous et l’homoparentalité sans organiser de débat national. Malgré un ajournement du projet à janvier 2013, nous ne voyons pas venir de grand débat, d’états-généraux de la famille traitant de la question essentielle de l’enfant adopté, ou procréé avec assistance médicale, au sein d’un couple homosexuel marié.

Il s’agit d’un fâcheux oubli, parce qu’une telle démarche ne peut pas faire l’impasse d’un débat national à cause de la loi de 2011 sur la bioéthique, mais aussi en raison des promesses du candidat Hollande de respecter les corps intermédiaires. Lire la suite